[test comparatif] Wistiki vs Tile : tout pour ne plus perdre du temps à chercher des objets

[test comparatif] Wistiki vs Tile : tout pour ne plus perdre du temps à chercher des objets

Le précurseur, c’est l’américain Tile, qui arrive seulement en France ce mois-ci après plusieurs années passées à être vendu aux USA. Le suiveur, c’est le français Wistiki, qui est déjà disponible dans notre pays depuis un moment mais revient dans une version « design by Starck ». Nés du financement participatif au moment où la norme bluetooth low energy a rendu ces gadgets possibles au niveau autonomie, ces deux produits ont énormément de choses en commun. Je les ai testé pour voir s’ils tenaient leurs promesses. Wistiki m’a proposé de tester le Voilà, Tile son… Tile, mais aussi le Tile Slim. Cette version plus fine est conçue pour s’insérer facilement dans un portefeuille par exemple (je sors fréquemment en oubliant mon portefeuille, donc je ne vais pas dire que c’est une mauvaise idée), et aura un concurrent direct en décembre chez Wistiki avec le Hopla! Mon test va donc se focaliser sur les deux concurrents directs, d’autant plus que le Tile Slim propose exactement les mêmes fonctionnalités. Du côté de Tile, l’objet est on ne peut plus simple et discret : un carré de 37mm de côté pour 5mm d’épaisseur, blanc. Le logo « tile » apparaît et le « e » cache un bouton totalement invisible. Design Chez Wistiki, l’objet est plus allongé : 62mm x 22mm pour 5mm d’épaisseur, et attention, c’est Philippe Starck qui le signe. On a donc le droit à une carrosserie couleur alu assez valorisante, associée à un embout translucide orange où apparaît un bout de circuit imprimé (vu sa forme, ce circuit ne sert pas à grand chose, à moins qu’il ne serve d’antenne…) Le bouton est ici...
[test] Casa do Amarelindo : une petite perle d’hospitalité à Salvador de Bahia

[test] Casa do Amarelindo : une petite perle d’hospitalité à Salvador de Bahia

Suite de notre trip estival au Brésil. On quitte Rio pour l’ancienne capitale du Brésil, et plus particulièrement son quartier historique rénové, le Pelourinho (« petit pilori » là où esclaves étaient punis). En y allant à la veille de la saint Jean, c’est sous des habits de fête que toutes les rues s’étaient parées, donnant une atmosphère particulièrement irréelle à ce quartier inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Vous l’aurez sûrement remarqué, chez diisign on cherche des hôtels bien situés. Une fois encore, difficile de trouver mieux, puisque le Casa do Amarelindo se trouve en plein milieu du Pelourinho, sur l’une des petites artères piétonnes principales où s’étalent les vendeurs de rue, et à 200 mètres à peine de l’église d’or, merveille de la ville. Tout est à portée de marche, ou presque. Côté chambres, c’est Byzance, avec pour notre chambre Deluxe le plus grand lit dans lequel j’ai jamais dormi (presque 3 mètres de large sur 2m de long… SuperKingSize selon la description de l’hôtel), de l’espace, un balcon donnant sur la ville basse, l’ancienne faculté de médecine où la végétation tente de regagner ses droits, et la Baie de tous les Saints. En étage, une piscine vous permettra d’admirer cette vue assez spéciale sur le port (buildings modernes rongés par les éléments, porte containers au loin… Atmosphère totalement dépaysante, et complètement opposée à l’image plus lisse du quartier historique. La salle de bain simple mais spacieuse est dotée de tout ce qu’il faut… A part peut-être d’une baignoire, mais on a réussi à s’en passer grâce aux multiples fonctions de la large douche ! Le petit...
[test] Beoplay A9 : B&O fait les choses en grand, mais délaisse trop le logiciel

[test] Beoplay A9 : B&O fait les choses en grand, mais délaisse trop le logiciel

Il me fallait une enceinte pour sonoriser la cuisine de ma nouvelle maison, et j’ai été attiré par le look du Beoplay A9 placé en position murale. Sorte de sculpture d’Anish Kapoor en version sonorisée, avec la possibilité de lire en simultané le son de la TV du salon grâce au Beolink Multiroom, c’était un choix à la fois très pratique et très esthétique. Test après quelques mois de vie commune, où ce sera l’occasion pour vous de voir cette enceinte en position murale, configuration qui ne court pas la toile… Design On est chez B&O Play, pas chez Bang & Olufsen, donc il n’y a pas de profusion d’aluminium, simplement un pourtour métallisé sur cette soucoupe volante de 70 cm de diamètre. Choisie en version spéciale « 90 ans », ce pourtour est chez moi dans une finition « or rose » que je trouve plutôt cuivrée et qui est du plus bel effet. Actuellement, vous avez le choix entre aluminium, noir, et une nouvelle série limitée façon laiton brossé, elle aussi très attirante. Le disque est recouvert d’un fin tissu acoustique. Gris taupe chez moi, le choix est large si l’on compte les propositions du constructeur (en tissu acoustique ou en tissu plus épais signé Kvadrat), et quasi illimié si on compte tous les fabricants tiers, comme skiniplay.com, ou comme la ligne signée par l’artiste vianina, où des plans de villes stylisés égaient l’enceinte de façon très originale (disponibles en exclusivité chez Luxussound.com) Posée au sol sur ses 3 pieds en bois massif, la Beoplay A9 prend un look de cible assez étonnant, alors que placée sur...
[test] Iceroll, trop à l’opposé des tendances

[test] Iceroll, trop à l’opposé des tendances

Iceroll a ouvert une première boutique dans le marais, nouveau concept de franchises basée sur le fait de faire des glaces devant le client, sur un plateau réfrigéré. Le nom vient des rouleaux de glace, l’apparence du mets une fois dans votre pot, savamment roulés par le vendeur. Vous connaissez sûrement ça en version street food asiatique, hélas la version franchisée française se positionne mal… On a essayé, et on vous explique pourquoi il faudrait revoir le concept. Personne dans la boutique un jour où il faisait 30°C et où on faisait plus de 30 minutes de queue au Amorino 50 mètres plus loin… Ça commence mal… Manque de connaissance du concept ? Non, pour moi ce n’est pas ça. Le principal écueil, c’est que le IceRoll est à l’opposé des tendances : bien manger, savoir ce qu’on mange, des produits sains et gourmands… J’ai commandé un IceRoll fruits rouges, et le vendeur m’a répondu « c’est parti pour un IceRoll fruits rouges, avec SA framboise ». J’ai cru à une blague, mais c’était vrai : la recette mélange la crème à tout faire dont la composition reste mystérieuse pour le client, c’est bien ça le problème (une base vanillée en bouteille, qui doit contenir du lait, de la crème, pas mal de sucre), il ajoute ensuite une sorte de coulis de fruits rouge, lui aussi en bouteille toute prête, et finalement écrase une seule framboise, histoire de faire croire à la présence de fruits. Le tout est vite glacé, vite roulé, et servi avec un toping au choix (j’ai choisi framboise histoire d’avoir plus de fruit, on m’en a généreusement...
[test] Ipanema Inn+Quiteria, un hôtel cosy et une délicieuse table à Rio

[test] Ipanema Inn+Quiteria, un hôtel cosy et une délicieuse table à Rio

Second hôtel que nous avons testé à Rio, appartenant aussi au Grupo Arpoador, l’Ipanema Inn est comme son nom l’indique situé à Ipanema. Contrairement à l’Arpoador, une centaine de mètres le sépare de la plage, donc vous ne profiterez pas d’une vue à couper le souffle, mais il a d’autres charmes à offrir… Revue de détails à quelques heures de l’ouverture des jeux olympiques. L’adresse ne semble pas aussi incroyable que pour l’Arpoador ? Peut-être, mais la situation de l’Ipanema Inn est tout de même enviable : en plein cœur d’Ipanema, vous avez la plage à un bloc, et la très commercante Rua Visconde de Pirajá à quelques metres à l’opposé. Les fanas de surfwear/beachwear apprécieront que le flagship Osklen Praya soit à peine de l’autre côté de la rue. Du côté des chambres, la décoration est toute fraîche, avec des notes claires, une touche de bois clair qui lui donne un look cosy, pas de frigo qui fait du bruit, et une salle de douche simple au look très actuel. L’insonorisation est très bonne, la literie de qualité et les rideau occultants efficaces : on dort très bien à l’Ipanema. Côté petit déjeuner, le choix est vaste, et la cuisine vous réserve des « suggestions du jour » chaque jour si vous souhaitez varier les plaisirs chauds sucrés ou salés. Un vrai plus rarement proposé au petit déjeuner. Mais la cuisine ne s’illustre pas qu’au petit déjeuner… La plus grande (bonne) surprise de l’Ipanema Inn aura été son restaurant, Quiteria. Animé par le chef argentin Chef Christian Garcia, la cuisine bien visible depuis toutes les tables fait le...