Sélectionner une page


Quand on pense liseuses, on ne peut pas oublier Amazon, qui règne sur le domaine avec son Kindle et ses livres électroniques à prix bas. Alors quand Amazon décide de concurrencer Remarkable avec une grande tablette capable de prendre des notes au stylet, on peut penser que le géant ne va faire qu’une bouchée de la startup… Mais la vie réserve des surprises.

Test essai Kindle Scribe review liseuse prise de notes

Design
Le Kindle Scribe, c’est d’abord une très grande liseuse : son affichage e-paper de 10,2 pouces (et 300ppp) n’est concurrencé que par Remarkable, qui est aussi une tablette faite pour saisir des notes. Si vous trouvez le format type « poche » des liseuses trop petit pour vos yeux fatigués, vous serez peut-être tenté par une Kindle Scribe juste pour sa taille. Revers de la médaille : la Kindle Scribe pèse 443g, ce qui est trop lourd pour lire confortablement couché en la tenant à une seule main (pour comparer, un petit Kindle du genre Paperwhite ne pèse que 180g).

La partie la plus large se place où vous voulez (gauche ou droite) car un accéléromètre permet à ce Kindle de se retourner dans le sens où vous l’utilisez. Elle permet un bon maintient sans toucher à l’écran (et donc sans changer de page), malgré l’extrême finesse de la tablette (5,8mm, c’est très peu). Sur la tranche de ce bord large se trouvent les deux seuls éléments qui brisent le minimalisme des tranches : un port USB type C centré en plein milieu, et le tout petit bouton de mise en marche et arrêt de la liseuse. La position latérale centrale me semble assez pratique pour charger et lire en même temps, venant d’un iPad où le port en position basse est génant dans ce mode, même tourné à 180 degré (le fil est en général toujours trop court, quoi qu’on fasse, même avec des câbles plus longs…) Il ne faudra par contre pas espérer lire et charger avec le câble fourni qui ne mesure qu’un mètre de long.

Du côté du stylet, on m’a fourni la version Premium avec un bouton de raccourci et une gomme. Il se positionne magnétiquement sur le bord fin de la tablette et les aimants le maintiennent plutôt bien en place. Si la gomme est un petit plus pratique, les raccourcis assignables au bouton du stylet sont pour le moment très limités : Surligneur (pas très pratique l’écran étant en niveaux de gris), stylo (vous l’avez déjà), gomme (vous l’avez déjà) ou pense-bête (seule option un peu utile).

test essai Kindle Scribe Review
Performances

La première chose qu’on a envie de faire avec un Kindle Scribe, c’est d’essayer son stylet. Et l’essai est concluant : une bonne prise en main (il fait à peu près le diamètre et la longueur d’un Apple Pencil, en beaucoup plus léger), aucun lag perceptible, on a vraiment l’impression d’écrire sur du papier. Le revêtement texturé de l’écran contribue à cette sensation : si vous avez l’habitude d’écrire sur iPad avec le Pencil (ou Pencil 2), ça n’a rien à voir, l’expérience est beaucoup plus proche du papier sur le Kindle Scribe. Un défaut à relever? Oui! si vous êtes un perfectionniste, ou un graphiste qui aime le monochrome, vous constaterez qu’il y a un léger décalage entre la pointe de votre stylet et le point qui s’affiche à l’écran. Et il y a une raison pour ça : c’est la fine couche d’éclairage frontal qui crée cette profondeur. Alors vous avez le choix : soit pas de couche d’éclairage, et aucun décalage, comme chez Remarkable, soit un éclairage et un décalage quasi imperceptible. J’ai choisi mon camp, l’éclairage, c’est utile!
Kindle Scribe test review
Quand j’ai vu l’annonce du Kindle Scribe, j’ai pensé que les notes dans les livres pourraient se faire directement sur les ebooks achetés pour sa liseuse, comme si on gribouillait les page d’un livre réel. J’ai été déçu : les notes se prennent comme avant : on choisit un emplacement dans le livre, ça ouvre une fenêtre de note, et alors, au lieu de n’avoir qu’une fenêtre texte avec le clavier virtuel, le Kindle Scribe offre un second choix : une fenêtre de gribouillage libre. Ça permet de rester compatible avec les Kindle « non Scribe », mais c’est dommage de ne pas avoir ouvert la prise de note en direct en surcouche du livre lu.

Les carnets de note sont facile à créer et à utiliser… Par contre il manque un énorme truc : la reconnaissance d’écriture. Aucun moyen de convertir vos notes en texte dactylographié via un OCR, et même pas de possibilité de rechercher des mots manuscrits. L’intérêt de prendre des notes numériques est donc très limité à ce stade : vous pouvez les exporter en pdf, c’est tout. Pour moi, venant d’Amazon qui est un géant de l’intelligence artificielle, ce manque est incompréhensible et je pense que le but était de sortir la tablette avant Noël avec ce soft basique, et des mises à jour devraient arriver pour que la prise de note

En tant que liseuse par contre, rien à dire sur le Scribe : vous disposez du catalogue Kindle (qui fait les meilleurs prix sur les eBooks, je ne comprends pas pourquoi les concurrents comme la Fnac sont la plupart beaucoup plus chers), et d’une surface de lecture record. Cette grande surface permet même d’envisager lire certaines BD (attention, pour cela il faut que le dessin soit assez simple et contrasté, et que la couleur soit rare, ne tentez pas un album d’Enki Bilal par exemple), mais attention dans ce cas à la capacité mémoire. Les livres au format epub sont enfin supportés, mais indirectement, via une conversion automatique dans l’application Kindle sur mobile. Cette conversion n’est cependant pas toujours parfaite et des erreurs de caractères peuvent facilement s’y glisser, des convertisseurs tiers seront pour le moment toujours plus efficaces.
L’éclairage est très largement réglable entre luminosité et température de couleur (d’un blanc très bleuté à un jaune orangé), et un réglage automatique est présent.
En fait, la seule chose que d’autres liseuses ont en plus, c’est seulement l’étanchéité. Mais si vous n’avez pas besoin de lecture dans votre jacuzzi, tout va bien.
test essai Kindle Scribe Review

Conclusion
J’ai envie d’être enthousiaste avec la sortie de la Kindle Scribe : la puissance de la plateforme Kindle d’Amazon (les inconvénients aussi de se lier avec ce mastodonte) et la capacité à servir de carnet de notes comme Remarkable en font sur le papier un produit parfait. La partie hardware de l’engin est tout simplement sans défaut (fin, léger, grosse batterie, grand écran réactif, éclairage intégré, stylet sans fil sans piles avec en option bouton de raccourci et gomme…), mais hélas pour le moment la partie logicielle est très limitée, avec l’absence notable de reconnaissance d’écriture dans les notes qui fait que vous pouvez prendre des notes, mais que vous ne pourrez pas les exploiter de façon plus efficace qu’avec un bon vieux carnet papier.
Au final, le Kindle Scribe est un objet très prometteur, maintenant il faut espérer que des mises à jour viennent rapidement mettre cette liseuse au niveau qu’elle mérite.

Les + :
+ Prise de note ultra naturelle (pas de lag)
+ Grande liseuse
+ Rétroéclairage
+ Stylet EMR : sans fil sans pile
+ Autonomie très très confortable, avec ou sans éclairage
+ Ebooks : choix et prix de la plateforme Kindle

Les – :
– Pas d’OCR des notes
– Pas d’annotation directe dans les eBooks, on ouvre des fenêtres d’annotation, on ne gribouille pas dans les livres
– Trop lourde pour une lecture confortable à une main
– Léger gap entre la pointe du stylet et la zone vraiment écrite
– Pas de support natif des ePub, il faut les convertir dans l’app Kindle ou une app tierce
– Pas étanche
test essai Kindle Scribe Review


Deprecated: Directive 'allow_url_include' is deprecated in Unknown on line 0