[test] Worx Landroid Vision : le futur de la tondeuse robot, pas pour tout de suite

Une petite révolution est en train de se produire dans le petit monde des robots tondeuse… Il s’agit de l’arrivée des caméras et de l’IA, non pas pour détecter des objets (ça se faisait déjà), mais pour détecter votre pelouse et enfin se passer de fils de bordure. Comme d’habitude, plusieurs nouveaux entrants tentent de renverser le marché. Mais une fois n’est pas coutume, un acteur établi, à savoir Worx et sa gamme Landroid, est l’un des premiers à se lancer sur ce nouveau créneau de la tondeuse intelligente.

Le problème : le fil
Alors, pour commencer, un petit point sur ces fameux fils de bordure, pour ceux qui découvrent le monde des robots tondeuses. Parce que vous pensez sûrement que ce n’est pas si sorcier d’avoir à poser un petit fil tout autour de son coin de pelouse. Vous n’avez pas complètement tort, puisqu’il s’agit d’un élément d’installation à poser une fois pour toutes. Mais dans la pratique, c’est un peu plus compliqué.
Déjà, lors de la pose, il faudra de multiples ajustements pour bien poser le fil, assez proche des murets et des bordures pour tondre au maximum, mais pas trop pour ne pas que la tondeuse se bloque… Une approche empirique sur plusieurs sessions de tonte sera requise pour arriver à un résultat satisfaisant.

Ensuite, la présence d’un fil de bordure empêche de tondre deux espaces de gazon séparés (par une allée par exemple). A méditer selon l’agencement de votre pelouse.

Enfin, pour disposer d’une tondeuse dotée d’un fil, je peux vous garantir que si vous n’avez pas enterré votre fil (ce que vous ne serez pas pressé de faire vu les corrections nécessaires au début), et même enterré (car on ne peut pas le placer très profondément), il sera soumis à quelques aléas pendant la vie de votre jardin : arrachage lors du passage d’un râteau, coupure sous des coups de pelle ou de scarificateur, voire même grignotage par un rongeur de passage… Vous allez adorer vos session de recherche de coupure puis de soudure au fin fond du jardin.

Maintenant que le point est fait et que vous avez compris que l’absence de fil de bordure est un vrai plus, venons-en enfin au test de la Landroid Vision!
test review essai Worx Landroid Vision M
Design
Avec son look anguleux doté de multiples espèces de rajouts visuels en surépaisseur et ses couleurs flashy, ou son « bras » portant sa caméra en avant et en hauteur, cette tondeuse ne jurerait pas dans l’épisode 1 de Star Wars, sur Tatooine (à part qu’il n’y a pas de gazon sur Tatooine). J’avoue que j’aurais préféré un style plus simple et plus discret, mais au moins une tondeuse Worx est directement identifiable, c’est le style de leurs robots depuis les débuts, et ils s’y tiennent.
Un écran LCD sur le dessus de l’appareil permet de tout contrôler, principalement avec la molette centrale et quatre boutons de raccourcis. En général on utilise plutôt l’application, voire rien du tout si le robot est bien programmé, et ce panneau sert surtout à rentrer le code PIN de temps en temps et à vérifier que tout fonctionne.
test Worx Landroid Vision essai review robot tondeuse panneau de commande
Idée magique déjà proposée sur les autres robots Landroid : la batterie est un modèle standard 20V de chez Worx, elle s’installe d’un geste et sans aucun outil dans une trappe sur le dessus du robot. Ce qui veut dire que non seulement il n’y aura aucun démontage compliqué à faire lorsqu’elle sera morte, mais qu’en plus vous pourrez vous servir de la batterie de la tondeuse l’hiver pour la mettre dans votre perceuse, si vous avez opté pour la même marque. Vraiment pratique, à une grosse exception près, qui vient un peu gâcher le tableau: la pingrerie des constructeurs. On y revient dans le chapitre performance.
Test essai review Landroid Vision M tondeuse robot intelligente caméra
Pour moi, le gros souci en terme de design de cette tondeuse est que malgré ses dimensions qui la placent dans la catégorie « énorme » (76cm de long, 57cm de large et 32cm de haut), sa largeur de coupe n’est pas plus grande que celle des robots les plus compacts, avec 19cm. C’est dommage.
A noter : avec ses 12kg, ce robot est un gros bébé à porter s’il se retrouve coincé, mais heureusement, une grosse poignée est prévue sur le côté pour aider les manipulations.

La station de son côté est très simple : un grand panneau en plastique à poser sur le sol et un petit dock vertical doté de deux grosses tiges pour se brancher sur le robot, et orné d’un gros QR code pour que le robot reconnaisse la station. Pas de pingrerie sur la longueur du câble : une bonne dizaine de mètres est fournie, de quoi trouver une prise pour connecter la petite alimentation.

Performance
Commençons par un détail cocasse : la tondeuse est livrée avec 6 modes d’emplois, dont certains plutôt épais. Si j’étais assez friand de ce genre de lecture quand c’était la norme il y a quelques années, je dois avouer que ça m’a un peu fait peur pour une tondeuse « sans installation » de 2023… Mais en fait, il n’y a pas grand chose d’utile dans ces dizaines de pages puisque déjà la section française est très limitée, et qu’en plus ça ne raconte pas grand chose. Seul le petit guide visuel de 2 pages façon BD sera nécessaire pour bien installer la tondeuse et sa base de charge.
La seule chose à savoir, ET QUI BIEN SÛR N’APPARAÎT DANS AUCUN DES GUIDES PAPIERS est qu’une fois la station montée, branchée et le robot installé dessus, c’est qu’il faut lancer le mode « Exploration de la pelouse » (dans le menu paramètres généraux) avant toute première tonte, pour que la tondeuse se fasse une idée de son environnement. On remarque alors que la détection des bordures de cette tondeuse est efficace, elle s’est tenue aux contours de ma pelouse en allant dans tous les coins mais sans jamais sortir du gazon. Sa caméra

Un petit plus que je n’ai pas évoqué en parlant des soucis du fil : si vous avez plusieurs zones distinctes de gazon, ce robot peut enfin s’occuper de ces zones en franchissant des allées (tant qu’il n’y a pas plus de 3cm à gravir et qu’il ne patine pas dans une allée en gravier), grâce à des bornes RFID à placer de part et d’autre du passage que vous voulez lui indiquer. Et l’application permet de régler différemment les zones pour optimiser la tonte de chaque espace. Bien vu.

Un très gros fil est cependant fourni avec la tondeuse… Il s’agit en fait d’une bande d’aimants qui permet de délimiter des zones interdites, principalement des marches ou des trous, sachant que le Vision n’est pas un robot aspirateur, il ne sait pas détecter le vide. Il faudra donc placer ce fil dans les zones dangereuses ou interdites si vous en avez, mais il n’a pas à être alimenté, alors tout va bien.
Test essai review Landroid Vision M Worx
Une fois la tondeuse lancée, on remarque deux choses : elle est très silencieuse (c’est peut être dû à sa grande taille qui permet d’étouffer le bruit de la coupe), et sa bande de coupe fait le tiers de la largeur de cette grosse machine! Mais ce qui me dérange le plus sur une tondeuse robot de 2023 dopée à l’intelligence artificielle, c’est que cette Landroid n’est pas capable de tondre de façon méthodique par lignes parallèles, et qu’elle fonctionne comme une bête tondeuse basique, traçant des lignes aléatoires d’une bordure à l’autre du gazon. Alors qu’un bête robot Bosch de 2017 est capable de procéder en lignes, cette option n’apparaît pas chez Landroid. Espérons qu’une mise à jour vienne proposer cette option, qui permet de limiter les passages, ce qui est d’autant plus important avec une petite batterie.

Grand avantage d’utiliser une caméra pour se déplacer : le Landroid Vision détecte les objets abandonnés sur la pelouse. Il n’y a donc pas grand chose à craindre si un jouet ou un tuyau d’arrosage avaient été laissés sur l’herbe par mégarde, le robot a tout vu pendant mes tests et soigneusement contourné ces obstacles. A l’inverse, le gros inconvénient d’une caméra, c’est que ce robot ne pourra pas tondre la nuit… Landroid a cependant pensé à une solution avec un kit « Fiat Lux » à 180€ qui vous permet d’ajouter deux gros phares de part et d’autre de la caméra. Mais je déconseillerai dans tous les cas une utilisation nocturne pour ne pas déranger les petites bêtes nocturnes comme les hérisson qui profitent de votre pelouse pendant votre sommeil.

La tondeuse est sensée couper les bords du gazon à la perfection, pour deux raisons : d’abord, elle les voit parfaitement puisqu’elle a été conçue pour ça, et ensuite parce qu’il y a écrit en énormes lettres sur le côté de l’engin « CUT TO EDGE ». Et bien vous savez quoi ? Elle ne coupe pas bien les bords! Une bonne dizaine de centimètres est laissée libre de pousser en bordure de terrain. Je dois avouer que les mises à jour successives de l’engin (de tous les produits que j’ai testés sur diisign.com, c’est sans doute celui qui a été mis à jour le plus de fois, mais je vais y revenir) ont un peu amélioré le résultat, mais il reste loin de la perfection.

Test Worx Landroid Vision trappe batterie
Du côté de l’autonomie, c’est le gros point noir de cette tondeuse en version de base, et le revers de la médaille de la batterie échangeable. Chez moi, avec la petite batterie livrée, la tondeuse n’a jamais pu travailler plus de 45 minutes. C’est très court, d’autant plus que la recharge prend plusieurs heures. Alors vous allez me dire que vu que la batterie est échangeable, il suffit d’en prendre une plus grosse. Oui, sauf que c’est vraiment pingre de la part de Worx de gratter quelques euros pour au final rendre l’expérience client « sortie du carton » très décevante, et fournir une batterie qui risque fort de rester sur une étagère… A moins que ce ne soit un stratagème machiavélique pour vous faire acheter une perceuse…

Test Review Essai Landroid Vision M tondeuse robot sans fil pilote
Conclusion
Difficile de conclure sur cette tondeuse robot : certes, elle tient ses promesses d’installation sans câble, et je ne l’ai jamais retrouvée hors de la zone de gazon. Mais je l’ai souvent retrouvée perdue ou bloquée (le pire étant la fois où elle s’est arrêtée à 30cm de sa station sans aucune raison), et surtout, elle ne sait pas tondre de façon régulière par lignes parallèles, et son autonomie « sortie du carton » (vous pouvez heureusement remplacer la batterie directement) est faible.
Ce qui rend la conclusion difficile, c’est que l’on sent que les équipes de Worx bossent sans relâche pour corriger les bugs que j’ai rencontré (la dernière mise à jour reçue il y a quelques jours doit justement corriger les situations de blocage un peu débiles que j’ai rencontré, et ça a l’air de marcher), donc la plupart des défauts que j’ai pu rencontrer pourraient être corrigés de façon logicielle un jour ou l’autre. Par contre j’ai peu d’espoir de voir un jour cette tondeuse opérer méthodiquement par lignes parallèles, ce qui me dérange pas mal d’un point de vue de l’efficacité de la tonte, aussi bien d’un point de vue énergétique (on ne tond pas deux fois le même endroit) que visuel (on ne laisse pas de motte non tondue).

Les + :
+ Pas de fil
+ Plusieurs zones de gazon configurables
+ Bonne détection des objets sur la pelouse
+ Un logiciel qui évolue vite avec des bugs qui disparaissent

Les – :
– Elle est énorme et orange : difficile de la cacher!
– Largeur de coupe de seulement 19cm
– Pas de coupe méthodique en lignes parallèles, seulement de l’aléatoire
– Fonction « cut to edge » décevante : 10 à 15cm ne seront pas tondus en bordure
– Batterie fournie trop petite (45min de tonte en aléatoire)
– Interface utilisateur confuse
– Encore pas mal de bugs

1 commentaire

Ajouter les vôtres

Tondeuse en service depuis fin juillet 2023, modèle WR213E, autonomie environ 2 H 15, et résultat remarquable. Effectivement les bordures sont a reprendre, mais la roue jockey placée a l’arrière ne permet pas toujours de tourner avec des bordures hautes.

Laisser un commentaire