4D Concrete watch : une montre automatique en béton

4D Concrete watch : une montre automatique en béton

[MàJ] Le Kickstarter de cette montre est désormais lancé, vous pouvez la précommander ici, sachant qu’à l’heure où j’écris ces lignes l’objectif de financement a été dépassé trois fois. Le béton est décidément à la mode : après quelques années à s’afficher de façon brute sur les bâtiments, il a fait son apparition sur une machine à café. Mais si on aime le béton, c’est au poignet qu’on peut désormais le porter avec la 4D Concrete Watch imaginée par le studio taïwanais 22 Design Studio. La 4D Concrete Watch n’est pas à proprement parler une nouveauté, puisqu’elle avait été lancée via Kickstarter en 2015. Mais son mouvement à quartz n’était pas du genre à nous satisfaire. L’erreur est en train d’être réparée, puisqu’après un lancement à Taïwan, la 4D Concrete Watch refera très prochainement l’objet d’une campagne de financement Kickstarter dans sa version mue par un mouvement automatique (un calibre suisse Sellita SW200). Le garde temps repose sur un principe très simple de 12 sections de cadran en relief, à la façon de 12 marches d’escalier en béton, qui figurent les heures. Il y a un petit côté luxueux au béton : impossible de le fabriquer à la chaîne à une cadence folle, puisque ce tout petit cadran nécessite tout de même 14 jours de durcissement. Le tout est monté dans un (assez épais, la faute à l’épaisseur du cadran) boîtier de forme tonneau en acier, ou, plus original, en laiton, pour se patiner avec le temps. Les aiguilles pliées à 90° offrent une belle originalité, elles sont faites du même métal que le boitier et agrémentées d’une discrète...
Defy lab : Zenith écrit le futur de l’horlogerie suisse

Defy lab : Zenith écrit le futur de l’horlogerie suisse

Remplacer les organes régulateurs d’une montre mécanique, le duo balancier et spiral qui règne en maître sur l’horlogerie depuis 342 ans par quelque chose de plus simple et de plus fiable, beaucoup y ont pensé, et Zénith semble y être parvenu avec sa Defy Lab. Une seule pièce complexe de silicium mono cristallin remplace une trentaine d’éléments sur une montre classique, qui d’ordinaire nécessitent un assemblage, un ajustement un contrôle et une lubrification rigoureux. Le nouvel oscillateur gagne aussi en épaisseur : 0,5mm contre environ 5mm habituellement. Prenant quasiment le diamètre complet du cadran, cette nouvelle pièce est fascinante à admirer dans le premier modèle de la marque, avec sa fréquence d’oscillation, ou plutôt de vibration, de 15Hz à plus ou moins 6 degrés. C’est beaucoup plus rapide que n’importe quelle montre mécanique, en étant plus fiable avec seulement 0,3 secondes de décalage journalier (une précision conservée sur 95% de la réserve de marche), contre un décalage communément admis d’une dizaines de secondes par jour pour un mouvement certifié COSC! Cerise sur le gâteau, ce mouvement « consomme » moins malgré sa vitesse, puisque sa réserve de marche est de 60 heures, soit environ 10% de plus que le mythique El Primero. Cette merveille est disponible pour le moment uniquement sur le modèle Defy Lab de Zenith dans un boitier en aeronith : une mousse d’aluminium dont les pores sont remplis d’un polymère. C’est le plus léger des composites d’aluminium, mais je dois avouer que son look un peu façon « béton » me laisse de marbre. Proposé en édition limitée à 10 exemplaires (tous déjà vendus pour la modique somme de 29900...
Briston Clubmaster Diver : une montre qui va bien pour cet été

Briston Clubmaster Diver : une montre qui va bien pour cet été

Pour faire suite à mes quelques tests de montres sportives estivales (Withings/nokia ou AVI-8), petite info du côté de chez Briston. La marque au look rétro mi rond mi carré m’avait tapé dans l’oeil depuis longtemps, mais leur gamme avait pour moi un gros défaut, corrigé cette saison. Le gros défaut des Briston, malgré leur forme coussin aguicheuse et leur finition rétro, c’était le fait qu’elles soient toutes équipées d’un mouvement à quartz. Et si je tolère les batteries sur des montres connectées, j’ai divorcé de la pile au poignet depuis de longues années. J’avais donc hésité pour la Briston « phantom » en édition limitée Colette, mais finalement non. Mais le défaut est réglé cette année sur la Clubmaster Diver : la gamme entière est équipée en mouvements automatiques. Une couronne interne bidirectionnelle apparaît, pour la fonction plongée, et le boîtier double son étanchéité par rapport aux précédents modèles (200m/20ATM). Grande seconde et date à 3h. Les amateurs de chronos passeront leur chemin pour le moment. Ne reste plus qu’à choisir l’iconique boîtier, paré pour l’occasion deux deux couronnes à 2 et 4 heures, en acétate de cellulose « écaille de tortue », pour jouer l’originalité Briston jusqu’au bout, ou en version plus sobre acier brossé, ou acier poli. Pour le bracelet, le cuir vintage, le silicone ou le très tendance nylon façon NATO permettront de varier les looks. Côté prix, ils restent serrés : de 480 (boitier acétate) à 520€ (boîtier acier poli) en passant par 500€ (boitier acier brossé). Parfait pour les sorties en mer : une Briston, un maillot, et vous êtes habillé pour l’été. Toute la collection sur...
[test] AVI-8 Hawker Harrier II, une montre originale à la finition soignée et au prix serré

[test] AVI-8 Hawker Harrier II, une montre originale à la finition soignée et au prix serré

Face aux montres connectées qui tentent de jouer les codes classiques (comme la Withings Steel HR), les montres mécaniques qui jouent l’originalité ont le vent en poupe. Si j’aime beaucoup les réalisations de marques comme Sevenfriday, j’ai du mal à imaginer dépenser plus de 1000€ dans une montre « fun » Pour un affichage à disque, il y a aussi Klokers, mais le look est un peu fragile à mon goût. Du coup, quand AVI-8 a frappé à ma porte avec une montre automatique à affichage à disques, le tout pour un tarif sous les 400€ (£350 pour être exact), je me suis dit qu’ils avaient peut-être trouvé une bonne formule. Test complet. Design Petits poignets, passez votre chemin, il y a d’autres modèles chez AVI-8 qui vous iront mieux que cette Hawker Harrier II (référence AV-4047-01) : On est sur un boîtier de 45mm de diamètre et de 13mm d’épaisseur : une grosse montre. Principale originalité de ce modèle : l’affichage du temps par disques. Le plus petit affiche les secondes, tandis que les minutes sont affichés sur le disque du milieu, vers le bas, et les heures sur le disque externe, le plus grand, tout en haut de la montre. Pas d’autre complication à signaler, à part que le mouvement est automatique et japonais (je soupçonne un Miyota, autant dire un mouvement simple et fiable). Pour rester dans les codes aéronautiques de la marque, c’est la silhouette du Harrier II (ou AV-8B Harrier II dans sa dénomination américaine, référence encore plus proche de la marque de montre) qui sépare les disques. S’agissant d’une silhouette de face, seuls les regards...
Baselworld : petite sélection parmi les nouveautés horlogères 2017

Baselworld : petite sélection parmi les nouveautés horlogères 2017

Le plus grand événement horloger de l’année ayant fermé ses portes, on vous propose une sélection courte de coups de coeur. Bell & Ross BR X2 La marque swiss made au design français poursuit sur la lancée BR-X avec une magnifique X2 : calibre manufacture toujours, tout en sobriété et très légèrement squeletté doté d’un tourbillon et d’un micro rotor, cette fois-ci un boitier fermé par un couvercle saphir sur tout l’avant de la montre. Une belle réussite, espérons que la gamme s’agrandisse sur une version sans tourbillon plus abordable. Environ 65000€ Zenith Defy El Primero 21 Au début des années 2000, la collection Defy de Zenith allait loin techniquement, mais allait surtout trop loin stylistique ment pour nos goûts européens. Cette nouvelle mouture offre un squelette complet à la ligne El Primero, l’occasion d’admirer au quotidien tous les détails de ce calibre mythique, dans un boitier titane. Seuls les poussoirs rectangulaires sont à mon avis moins sobres que les poussoirs ronds de la ligne Chronomaster. Prix non communiqué, sortie prévue en fin d’année. Monsieur de Chanel Heure sautante dans un gros guichet à six heures, grande minute rétrograde à douze heures, et petite seconde centrale : il faut aimer cette déconstruction du cadran, mais c’est très sobre, très chic. Le tour de force, c’est le calibre manufacture qui se dévoile au dos derrière la glace saphir : une superbe pièce où les ponts sont tous circulaires et dotés d’une finition noire. Pour son tout premier mouvement in-house de haute horlogerie, Chanel frappe très très fort. A partir de 31500€ en édition limitée à 150 exemplaires. Bulgari Octo Finissimo...