Sélectionner une page

Montre Bodet B480
Tiens, une nouvelle marque de montres… Ca faisait au moins 2 semaines que personne ne nous avait envoyé un communiqué de presse pour annoncer le lancement en fanfare d’une énième marque d’horlogerie. Oui, mais non, parce qu’avec Bodet on parle quand même d’une marque française qui a 150 ans d’existence et dont vous avez déjà croisé quelques unes de leurs réalisations, sans le savoir.

B480 montre bodet
Quoi ? Depuis 150 ans vous regardez des montres Bodet sans le savoir ? Paul Bodet, fils de menuisier, a effectivement suivi une formation d’horloger et installé sa première horloge dans l’église de son village à Trémentines, avant d’étendre son savoir-faire aux clochers de la région… Mais c’est avec son fils Emmanuel, qui prend la relève en 1918 et étend l’activité d’horloges d’édifices, pouvant peser plus de 300kg, aux gares non seulement de l’Anjou mais aussi de tout l’Ouest de la France. Pendant la seconde guerre mondiale, qui limite les déplacements, Emmanuel recentre son activité aux montres de poche, ainsi qu’aux horloges murales et comtoises… Toujours à Trémentines.
Deux générations de Bodet on encore développé l’activité en France et à l’internationale, converti la maison à l’électronique…
B480 montre bodet
Pour en arriver à la génération actuelle de Bodet, Pascal et Sylvain, qui ont compris que développer une gamme de montres pouvait développer encore leur portefeuille de la maison, désormais, spécialiste en horloges d’édifices, restauration de cloches, tableaux d’’affichage sportif et horlogerie industrielles, en passant par les logiciels de gestion du temps…
B480 montre bodet
Et c’est à l’occasion des 150 ans de la maison que l’idée de développer une montre a émergé : la B480, désormais devenue une gamme.
Pour le cadran, la gamme B480 s’inspire de l’horloge analogique BT480 conçue dans les années 60 par Pierre Bodet et que vous avez sûrement déjà croisée dans une gare. Pour le boîtier, dépourvu de cornes, c’est de l’horloge à palettes des années 70 que le designer Philippe Lebru s’est inspiré.


Clairement rétro dans ses lignes, la gamme Bodet est un petit morceau d’histoire de France à porter au poignet… Un seul regret : ces montres sont animées par un robuste mais japonais mouvement Miyota. Ce mouvement permet cependant de rester sur des tarifs raisonnables : Montre B480.3 (l’emblématique, avec une grande seconde en laiton rouge) : 860€, B480.2 (coeur ouvert) : 890€ et enfin la B480.1 qui ajoute une petite seconde au coeur ouvert : 960 €. Toutes sont édites en série limitée à 150 exemplaires

Plus d’infos sur le site de la marque : bodet-1868.com
Sylvain-Bodet-et-les-deux-horloges