Sélectionner une page


Elle est sortie il y a un petit moment, mais il fallait vraiment que je mette mes mains dessus : c’est la balance wifi de Withings. Alors plongeons ensemble dans un monde où les objets les plus simples deviennent connectés, et où vos données les plus intimes sont partagées par tous vos appareils électroniques… Après ce test, ma masse grasse n’aura plus aucun secret pour vous!

Design
Rien que l’emballage ultra épuré vous prouve que cette balance est dédiée à l’univers Apple. Une grande boite blanche avec la photo du produit… Ce n’est pas du Apple, mais ça y ressemble fort.
La balance elle même renforce cette idée : grand carré en plastique blanc et verre, finition impeccable, écran LCD à fort contraste qui se fond dans le design de l’ensemble, on croirait encore un objet Apple.
Sauf que ce n’est pas du Apple, alors finalement Bravo Withings, enfin une balance impédancemètre qui ne fait pas objet de laboratoire (car il existe de jolies balances, mais en général, les balances dotées de la fonction impédancemètre sont plutôt affreuses avec de grosses électrodes en métal).
Pour résumer, côté design, Withings fait un sans faute.

Performance
Après une première mise en route nécessitant l’installation d’un petit utilitaire sur son Mac, la saisie des paramètres wifi et la connexion de la balance en USB (via un câble fourni), on se retrouve très vite avec une balance opérationnelle et complètement autonome (pas besoin d’avoir un ordinateur allumé pour faire fonctioner Wiscale).

Rien qu’en l’utilisant « bêtement », cette balance Withings a déjà quelque chose d’exceptionnel : elle donne directement la masse de l’utilisateur qui monte dessus et n’a pas besoin d’un « temps d’allumage » pour faire sa tare. C’est un petit plus très agréable, on n’a pas à attendre l’objet, c’est lui qui obéit à nos sollicitations.

En restant quelques secondes après l’affichage de sa masse sur la balance, une barre de progression apparaît… Preuve que l’objet est définitivement geek ! A la fin de ce « calcul », vous obtenez le score final : votre masse graisseuse. Et autant vous le dire tout de suite : vous ne pouvez vraiment rien cacher à cette balance, elle voit tout ! Le système de mesure de masse graisseuse est vraiment efficace, puisque à chaque fois que je me suis permis des excès (week end de Pâques, soirées blogueurs, cours de cuisine et autres), même si ma masse totale était restée stable, ma Withings a toujours détecté une augmentation de ma masse grasse. Hmmm… J’ai honte! Bon, il faut admettre que ce genre de mesure n’est pas une science totalement exacte, puisque par exemple si vous buvez beaucoup d’eau, vous agissez sur votre impédance. Mais si l’on s’en tient à se peser tous les matins à jeun, les variations sont représentatives de vos efforts ou de vos excès…

Bon, mais pourquoi la connecter au wifi ? Et bien tout simplement parce qu’en plus de vous martyriser en vous affichant au quotidien votre (sur)poids, la withings envoie toutes les données mesurées au serveur de Withings… Attention, pas pour que vous perdiez encore un bout de votre vie privée à cause du net (Withings ne diffusant aucune des informations à des tiers…), mais pour vous permettre d’afficher les courbes de suivi de votre masse directement depuis un navigateur internet, et tout ça grâce à une superbe interface en flash. (Espérons une longue vie à Withings, parce que sans leurs serveurs, leur balance deviendrait… une simple balance, mais rappelez-vous de l’affaire Violet/Nabaztag : plus de peur que de mal).
Comble du raffinement, ou de la geekitude, au choix : il existe une application Wiscale pour iPhone (et même très bientôt iPad), histoire d’afficher votre masse graisseuse à tout moment de la journée, au bureau, au restaurant… Pour que vous ne puissiez jamais oublier vos problèmes de poids… L’horreur absolue 😉 Je dois vous avouer que l’application iPhone n’a jamais été d’une réelle utilité, sa principale utilisation a été d’épater collègues et amis avec une application vraiment originale… A noter : la représentation des courbes diffère un peu entre l’iPhone et le navigateur : sur iPhone, vous avez des « courbes d’enveloppe » qui apparaissent autour de votre courbe de poids, histoire de voir si vous restez dans les limites normales de variation de votre masse.
Il serait intéressant que Withings raffine son application iPhone avec un système de coaching (vu que c’est le truc à la mode), en ajoutant (seulement si l’utilisateur le désire) des conseils voire des petits challenges pour conserver une forme d’athlète.

Notons aussi que Wiscale est multiutilisateurs : si je me pèse, la balance sait automatiquement que c’est moi, puisque mon poids diffère beaucoup de celui de mademoiselle diisign… Mais même si vous voulez peser deux personnes aux poids presque identiques, la balance vous propose alors un petit menu où il faut choisir entre les deux personnes, simplement en se penchant d’un côté ou de l’autre. Simple et efficace.

Conclusion
Mon côté geek est charmé par le côté connecté de cette balance, mon côté esthète aime l’allure racée de l’objet, et mon côté pragmatique aime la vitesse et la précision des mesures de Withings…
Que ce soit moi ou mademoiselle diisign, on adore le fait de pouvoir consulter les courbes directement sur son ordinateur, l’application iPhone assortie renforce le côté geek…
En résumé, il n’y a pas mieux comme balance sur le marché, que ce soit pour sa précision, sa vitesse, son design ou pour sa génération automatique de courbes, elle séduit, et on devient vite accro. Son seul défaut est d’être plutôt chère (129€), c’est donc à vous de savoir si ses petits plus valent le surcoût.

+ Elégante
+ Finition impeccable
+ Mise en route immédiate
+ Précise (et rapide)
+ Multiutilisateur
+ Patins moquette fournis
+ Fonctionne de façon autonome (ordinateur éteint)
+ Très bientôt une application iPad

– Chère pour une balance (129€)
– Nécessite de se connecter au serveur Withings : si la société décide de couper ses serveurs, que deviendra la balance?
– Vu ses capacités, elle aura une autonomie moindre qu’une balance traditionnelle. Mais après plusieurs mois de test, pas de faiblesse des batteries…
– Uniquement iPhone : pas de version Android, Blackberry, Symbian ou Windows Phone…
– A l’installation, nécessité d’installer un logiciel et de la connecter en USB à son Mac

On se laisse sur la vidéo de l’application iPad…

Comparateur de prix
[adfever type= »product » value= »12430278″]