Sélectionner une page


Si vous suivez diisign quotidiennement, vous savez qu’on est allés faire un petit tour à travers l’Asie en fin d’année dernière, avec pour base entre chaque pays visité une ville méconnue : Singapour.
Certains peuvent encore se demander si cette ville-état n’est pas juste une ville de transit, un très beau hub aéroportuaire permettant d’aller ailleurs… Bien que l’on ait profité de l’aéroport de Changi pour partir ailleurs, on a d’abord voulu visiter cette ville, et on n’a vraiment pas regretté d’y passer quelques jours, en découvrant que Singapour dispose d’une atmosphère étrangement sereine…
Petit tour en photos.

Singapour, c’est d’abord sa baie, avec son quartier d’affaire en perpétuels travaux, où surgissent des tours de 280m… Et oui, Singapour a beau être moderne et compter la plus forte concentration de millionaires du monde, cette limitation (due à la proximité de l’aéroport) fait qu’elle n’a rien à voir avec l’exhubérance de certaines villes asiatiques ou moyen-orientales. Ici, ce n’est pas le « toujours plus grand, toujours plus haut » qui sert de seule règle architecturale.

Autre chose agréable, la modernité n’a pas totalement ravagé les strates de civilisation de la ville. Un détour par Chinatown vous permettra de découvrir qu’il reste de splendides maisons coloniales dans cette ville-état (même s’il n’en reste vraiment pas assez à mon goût), souvent transformées en boutiques ou bars tendance. Mais aurez-vous comme nous la chance d’être stoppé dans votre balade nocturne par un cours de chant chinois, qui posera sur ce quartier la bande son d’une Asie de cinéma.

A l’opposé de la ville, on trouve aussi quelques maisons coloniales dans Little India, abritant parfois quelques boutiques désuètes qui donnent un charme exotique bienvenu à ce quartier (ci-dessous, une boutique de pièces détachées de scooters).

Du côté de Clarke Quay, sur les bords du fleuve de Singapour, on découvre les toutes premières maisons de Singapour, des habitations de pêcheurs aujourd’hui rénovées avec des couleurs chatoyantes et abritant de nombreux restaurants, bars et clubs (ci-dessous, on distingue ce quartier depuis la terrasse du Marina Bay Sands).

Mais partout, les contructions modernes poussent. Singapour est un gigantesque chantier où l’extravagance asiatique est présente, mais policée. Comme teintées du mélange culturel incroyable de Singapour, les constructions osent sans ostentation. C’est en particulier le cas des immenses malls qui rappellent à chaque coin de rue que le shopping est la religion la plus pratiquée sur ce petit bout de terre, devant le bouddhisme (ci-dessous le mall ION, l’un des plus récents sur Orchard road).

On trouve même sur la baie depuis septembre une « île » Louis Vuitton (le Louis Vuitton Maison Island Store), un bâtiment flottant à l’architecture cristalline servant de flagship store au malletier français. Cette île a une soeur presque jumelle : le floating cristal pavilion, abritant l’Avalon, un night club dernier cri.

Vous l’aurez compris : Singapour est modérée dans la dimension de ses bâtiments d’architecture contemporaine, mais elle n’oublie pas les incroyables notes d’extravagance typiquement asiatiques : le Marina Bay Sands est devenu la plus emblématique de ces folies, un hôtel-casino constitué de 3 tours au sommet desquelles repose une piscine comme une immense planche de surf, incontournable puisque situé au milieu de la baie, en face de la ville. A ses pieds, le Arts Science Museum ressemble à une fleur tropicale, au centre de laquelle les eaux de pluies forment une cascade.

Les réalisations architecturales sont nombreuses, on pourrait encore citer la cour suprème signée Norman Foster, ou Esplanade, le centre de spectacles qui ressemble à deux durians, ces fruits typiquement asiatiques, et bien d’autres bâtiments publics… Même les immeubles d’habitation ne manquent pas non plus d’extravagance, et ces « condominium » sont de véritables villes verticales érigées dans certains quartiers, aptes à faire passer les projets les plus fous du Corbusier pour des résidences de province.

Mais Singapour, c’est aussi le mélange des cultures dans l’assiette. La ville mérite clairement son titre officieux de capitale culinaire de l’Asie. Manger est une institution ici, on peut se nourrir à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, pour une somme vraiment modeste. Partout, des « hawker centres » vous permettent de goûter à des cuisines très variées, entre menus indonésien, chinois, japonais, coréen, vietnamien ou européens, on peut même trouver quelques spécialités singapouriennes, en cherchant bien. On qualifiera ces lieux de temples de la street food.

Si je n’en avais qu’un à vous conseiller (mais essayez-en le plus possible, chacun a son ambiance et ses goûts propres!), ce serait le « Lau Pa Sat », qui en plus de regrouper une excellente sélection de cuisines, est, avec son architecture victorienne datant de 1894, la plus ancienne structure en fer d’Asie. Un paradis pour gourmets amateurs d’architecture, comme la ville!


Pour résumer, Singapour est une étape asiatique passionnante et mérite vraiment qu’on y passe quelques jours. Il suffit d’aimer, au choix : la chaleur (il fait environ 30°C toute l’année), la bonne nourriture (principalement asiatique, quoique…), l’architecture ou tout simplement les grandes villes (avec une atmosphère sereine…). Si vous voulez vous perdre dans cette incroyable ville-état, on a même des hôtels à vous conseiller. A suivre!