Sélectionner une page


L’informatique post-PC (dixit Steve Jobs) est entrée chez moi depuis la sortie de l’iPad 2. L’occasion de se demander ce qu’il a changé dans mes habitudes de consommation informatique. Révolution ou gadget?

design
L’iPad 2 est un produit Apple. Pas besoin d’en dire plus : deux matériaux de qualité sous les doigts, l’aluminium et le verre, une finition digne des marques de luxe, 5 bouton au grand total (en comptant le bouton de volume pour 2), une finesse impressionnante et un design pensé jusqu’au fait que l’iPad est parfaitement équilibré une fois en main, contrairement à beaucoup de tablettes concurrentes.
Le design est sûrement le critère N°1 qui explique son succès face aux netbooks (dont les ventes s’écroulent à mesure que celles de l’iPad augmentent) : pour 499€, vous avez un produit qui respire la sophistication dans la sobriété, un petit luxe, alors qu’en face vous gagnez peut-être un clavier et quelques euros, mais vous avez ce qui s’apparente à un gadget en plastique chinois.


Performance

Alors, l’iPad2, c’est juste un gros iPod touch? Et bien on peut dire que oui. Mais ça change pas mal de choses. Ce grand écran est bien pratique. Sa taille d’abord est parfaite : il a les bonnes dimensions pour que je puisse taper au clavier en position verticale avec les pouces, pour que le clavier en position horizontale soit proche d’un clavier standard, et pour afficher des pages web de façon très confortable. Son format ensuite : le format 4:3 est un atout en vue verticale : les écrans larges (format 16:10 voire 16:9) de bien des tablettes concurrentes sont beaucoup trop étroits dans cette position. Aussi pratique qu’un livre (un peu lourd quand même), et une puissance de calcul impressionnante (à observer sur des jeux 3D pour le moment) pour un objet aussi compact, fin, qui ne chauffe pas et ne fais pas de bruit.


A quoi il me sert vraiment ?

Venons en au coeur de la question : l’iPad a-t-il réussi à changer mes habitudes et à me faire oublier mon Mac?
-L’iPad est une formidable machine pour consulter de l’information. Que ce soit des sites internet (la quasi totalité des sites que je consulte est compatible, c’est à dire ne nécessite pas Flash) ou des ebooks (je consulte surtout des PDF) sur un iPad c’est finalement presque aussi agréable que sur un livre (format, choix de l’orientation, appareil relativement léger et maniable), si on fait attention à gérer la luminosité, alors que j’avais un à-priori assez négatif sur la lecture. Pas aussi contrasté que de l’encre numérique façon Kindle, mais très agréable.
Je suis opposé à une approche application pour consulter des sites internet (je préfère une tablette qui rend bien mes sites internet plutôt qu’une application par site, ce qui est assez rétrograde et enferme beaucoup plus sur une sélection restreinte de sources), mais quelques applications vraiment bien faites m’obligent à me contredire : il est par exemple beaucoup plus attrayant de consulter l’application Macgeneration pour iPad (un modèle d’application pensée pour iPad) que le site internet.
-Pour lire et répondre (sans vouloir attacher de document) à mes mails, l’iPad est devenu ma machine de choix : disponible immédiatement, partout (au fond du canapé ou sous ma couette, en déplacement en wifi), léger, il offre un confort incomparable, à partir du moment où les mails à envoyer sont courts (90% du temps) et que vous n’avez pas de pièce jointe à envoyer (gros défaut de l’iPad : sa fermeture aux appareils externes…)
-Il a totalement remplacé l’iPhone pour le contrôle de mon système Sonos : entre l’application iPhone et l’application iPad, c’est le jour et la nuit. Quel plaisir de sélectionner sa musique sur une grande liste bien visible, d’utiliser son clavier virtuel bien agréable pour les recherches, et, luxe suprême, de glisser un album vers la pièce où on veut l’écouter… J’espère que l’application Sonos va évoluer pour être plus belle et encore plus intuitive, mais en l’état, c’est une belle démonstration de ce qu’on peut obtenir comme flexibilité avec de la musique dématérialisée en multiroom. C’est clairement l’application iPad qui m’a fait craquer pour Sonos.

-Sketchbook Pro est un superbe outil pour dessiner des esquisses quand une idée de design passe par la tête, prévue pour un usage au doigt, mais en plus avec un bête stylet on peut se croire (presque) aux commandes d’une Wacom Cintiq (je n’ai que faire de la détection d’inclinaison du stylet, seule une petite reconnaissance de pression pourrait de temps en temps s’avérer utile, en plus c’est quelque chose d’envisageable). Pour le moment vous avez soit des stylets ultra cheap avec un embout en mousse, soit des stylets trop chers avec un super embout gomme (Hardcandy pour ne pas le citer. Il serait peut-être parfait s’il n’avaient pas eu l’idée un peu bête d’y ajouter une pointe de stylo et de le rendre totalement symétrique, mais j’aimerai bien le tester). Wacom vient de sortir sort un stylet pas trop cher (29,90€ quand même mais doté d’un embout gomme, pas mousse comme les stylets bas de gamme). Je l’ai en test actuellement, et c’est vraiment un excellent stylet. Simple et pratique, il se résume au minimum, et sa pointe est un peu plus fine que la plupart des autres stylets. Premier défaut : pas de capuchon ou de mécanisme pour protéger la pointe, ce qui oblige à toujours bien nettoyer d’un coup de doigt, pour éviter qu’une poussière abrasive ne raye votre précieux écran. Autre défaut : il faut appuyer un peu plus fort sur le stylet que quand on dessine au doigt. Fortement recommandé si vous cherchez un stylet, c’est pour le moment ce qui se fait de mieux.

– Je ne me sers que rarement de l’iPad en mobilité, ayant opté pour un modèle Wifi, il est surtout mobile entre le salon, la chambre, la cuisine, le balcon ou… Les toilettes. Mais de temps en temps, sur un court déplacement, c’est un outil efficace, léger et offrant un excellent confort d’utilisation. Plus ludique et informel qu’un MacBook Air 11″, il permet la prise de notes sans trop de soucis. La seule chose qui me manque, c’est un étui de transport correct pour le protéger des coups dans mon sac de voyage ou dans ma besace. Pour le moment j’hésite entre une vulgaire pochette LaRobe Allure de Be.ez (j’en ai déjà une pour mon Mac, simple et pratique), mais elle est prévue pour l’ipad 1, donc un peu trop large, et surtout l’épaisseur de sa mousse est exagérée par rapport à l’épaisseur d’un iPad. Autre type de housse avec lesquelles j’hésite : les étuis type Tucano Schermo : protège et laisse l’iPad utilisable. Sûrement un comparatif de housses bientôt sur diisign.

-C’est devenu une plateforme de jeux casual privilégiée. Mademoiselle diisign passe des heures sur des petits jeux du genre casse tête comme il en existe des centaines, de mon côté j’ai ajouté à cette sélection quelques jeux 3D démontrant le potentiel graphique de l’iPad, comme Asphalt. Avec les iPod Touch, iPhone et iPad, les consoles portables de Nintendo peuvent se faire du souci.
-Il est aussi devenu l’écran TV d’appoint de la maison : de n’importe où, on accède au direct et au replay (via les applications dédiées des chaines de TV, avec moins de pub que sur les versions web en général).
-Etant donné que je n’ai (pour le moment) aucun moyen rapide pour récupérer, traiter et poster les photos de mon D300, l’iPad ne me permet pas de rédiger mes articles diisign.com complètement. J’ai par contre craqué sur l’application Plaintext, qui me permet de rédiger des brouillons d’articles et des notes, qui sont en permanence synchronisées via Dropbox. Je peux ainsi commencer un bout d’idée sur iPhone, le continuer sur iPad, et tout copier dans WordPress pour finaliser un article. Pas mal, simple mais limité.

Ce qu’il me manque pour oublier mon Mac
Hélas, il n’a pas remplacé mon Mac pour beaucoup d’usages : j’aimerai pouvoir gérer rapidement des fichiers sur mon NAS via une application dédiée (si je veux me forcer, je passe par le navigateur de fichiers du NAS via Safari, mais c’est trop lent). Je voudrais pouvoir me passer du Mac pour la synchronisation, les mises à jour. Je voudrais des applications « Office » aussi bien faite que Pages et Numbers, mais reliées à Dropbox (pas trouvé), ou au moins pouvoir copier les fichiers sur une clé USB. J’aimerai que quand je tombe sur un fichier à télécharger ou un lien torrent, avoir le choix de télécharger ça directement sur mon NAS. Je voudrais pouvoir mettre moins de 3h à charger l’iPad. Je voudrais pouvoir le mettre à jour et récupérer de la musique ou des films sans avoir à le connecter à un ordinateur (les applications DLNA existantes sont pauvres)… Et je voudrais surtout un multitâches à peu près bien fait.
L’iPad est complémentaire à un PC, il peut s’y substituer si vous ne faites que de la consultation d’informations, du jeu et autres, mais pour créer du contenu, même s’il ne lui manque presque rien au niveau technique (un port USB aurait été bienvenu, tout comme un moyen de lire les cartes Compact Flash de mon D300), les applications manquent (un Word/Excel compatible Dropbox) ou ne sont pas assez élaborées pour faire oublier un ordinateur (WordPress par exemple pour gérer diisign.com en profondeur). Tout cela pourrait vite changer, c’est une affaire à suivre!

Conclusion
En résumé, l’iPad 2 est un superbe objet, techniquement c’est un quasi sans faute, mais il manque d’ouverture aux autres appareils (le port USB fait défaut au quotidien, et je cherche à l’utiliser en symbiose avec un NAS). Ce qu’il lui manque vraiment, ce sont des applications pour exploiter à fond son potentiel et combler ses manques.
Pour répondre à ma question d’ouverture, on ne peut pas dire que l’iPad constitue une révolution, en tout cas pas pour moi. Mais c’est une évolution logique et douce vers une informatique plus légère, plus tournée vers un usage moderne (beaucoup de consultation mail/internet) qu’un ordinateur « classique ». Il a par contre le potentiel de révolutionner les usages si les applications suivent.
[adfever type= »product » value= »17478430″]
[adfever type= »product » value= »17470002″]