Sélectionner une page


Petit retour sur les objets qui nous auront marqué au salon du meuble de Milan 2011… Et on commence la sélection par… Une chaise! Bon, outre le running gag qui veut que je ne vous parle que de chaises sur Milan 2011, cette chaise signée Zaha Hadid est plus une sublime œuvre d’art en Acier poli qu’un objet utilitaire. Nommée Z Chair et éditée à seulement 24 pièces par Sawaya & Moroni, elle devrait s’arracher sur le marché des collectionneurs, complétant à merveille les études en acier de Ron Arad.

Mais ne parlons pas que de chaises, parlons technologie : Verbatim arrive sur le segment de l’éclairage OLED et choisit une voie sans concurrence à l’heure actuelle : les OLED RGB. Ces panneaux font partie des plus larges actuellement commercialisés (14x14cm) et produisent 28 lumen par watt à 1000cd/m2. Si vous êtes à la recherche de lames lumineuses OLED de couleurs variables, ça existe désormais, et ça s’appelle Velve.

Bon, revenons au sujet brulant des… Chaises (et en plus des chaises dont le nom commence par Z)! Oui, j’en ai encore repéré une qui devrait marquer sa génération : conçue en fibres naturelles sous la forme de « liquid wood » (on en parlait ici), la chaise Zartan de Eugeni Quitllet et Philippe Starck pour Magis prouve que l’utilisation de ces matériaux a désormais dépassé le stade de l’expérimentation. Philippe Starck en profite pour nous expliquer qu’il sauve la planète avec ce genre de design… On lui répondra qu’avant le liquid wood, et même avant les produits plastiques, il y avait les chaises en bois, en VRAI bois… Il y en a même qui sont assemblées sans colle 😉

Tiens, et puisqu’on parle (un peu) de Starck, signalons cette évolution de ses lampes pour Flos : sous le nom Bibliothèque Nationale, un concept très intéressant qui mixe lampadaire, étagère et prise USB pour recharger tablette ou smartphone. Une preuve qu’il sait encore très bien saisir l’air du temps pour le transformer en objets.

Finissons cette sélection par un canapé (attention, ce n’est pas une chaise…) : ici la nature est évoquée dans la forme, mais en pratique pas de matériaux verts pour Foliage, le canapé de Patricia Urquiola pour Kartell. Structure en plastique et housse en tissus aux motifs de feuille. Très réussi, mais comme d’habitude chez Kartell, mieux vaut voir l’objet « en vrai » pour se faire une idée de la qualité de la finition, très variable, surtout sur les grandes pièces…

Au final, un salon de Milan sans révolution, où l’on sent que les grands noms verrouillent décidément bien le monde de la création…