Sélectionner une page


Histoire de vous prouver que pour abreuver votre logement en musique, il y a bien mieux que les dock iPod, on avait commencé par vous présenter le système Airport d’Apple (tiens, à propos, j’ai bien joué avec un dossier de l’été consacré à des produits d’intérieur… Vu le climat qu’on a subi)… On continue ce dossier avec un système toujours propriétaire, mais un peu plus ouvert et flexible en ce qui concerne la musique : Sonos. (et on en profite pour remarquer que j’ai beaucoup de retard dans mes articles…)


Ce système audio multiroom n’en est pas à ses débuts, cela fait déjà plusieurs années qu’il fait le bonheur de pas mal de mélomanes. Il a pour avantage d’être l’un, voir celui qui est le plus simple à mettre en œuvre, et offre une qualité de son et une ergonomie proche de la perfection. Pour le faire fonctionner vous équipez vos pièces avec des modules audio compatibles, les ZonePlayer. Il en existe pour tous les goûts (tant que vous aimez le blanc), c’est ce qui fait la force de Sonos : module audio non amplifié (à relier à une chaine hifi, un ampli, ou des enceintes amplifiées), module amplifié (à relier directement à des enceintes), ou module doté d’enceintes (comme un dock iPod, mais sans connexion iPod, vu que de toute façon vous avez toute votre musique sur le serveur) le ZonePlayer S5. Le tout est connecté en filaire à votre réseau. Si vous voulez du sans fil, c’est possible, mais uniquement via un adaptateur propriétaire (hélas), le ZoneBridge, qui a pour avantage d’offrir un réseau propre pour votre musique et ainsi d’éviter les problèmes de diffusion si votre réseau wifi est chargé.
Ensuite, pour diffuser votre musique, il suffit d’installer un logiciel serveur sur votre PC/Mac, et c’est parti… Mais il y a mieux : ce système peut lire la musique contenue sur un NAS (on reparlera de ces merveilles dans un prochain article), c’est à dire un serveur de fichiers autonome qui fonctionnera même ordinateur éteint.

Enfin, une télécommande tactile dotée d’un grand écran LCD vous permet de tout commander et d’afficher vos pochettes d’album (elle coûte tout de même 350€, alors qu’une application iPod/iPhone gratuite est disponible pour faire quasiment la même chose, quelques délais de reconnexion en plus… On conseillera donc de tout piloter via un iPhone/iPod Touch et d’oublier la télécommande Sonos.

Au niveau du matériel que nous avons eu en test, Sonos a fait les choses comme il faut : un ZonePlayer S5, un ZP90, et un ZoneBridge pour le wifi. Comme tout utilisateur à peu près bien constitué, on s’est passé de la télécommande de la marque. Le ZP90 a été connecté à… Des enceintes Beolab 8000 de chez B&O, directement puisqu’elles sont amplifiées. On a aussi testé le ZP90 en entrée auxiliaire d’une Beosound 3000, histoire de voir s’il y avait une différence.

Design
Niveau design, on croirait qu’on est restés chez Apple : tout est blanc, cubique, bien fini, en plastique, avec pour le S5 une grille en alu. Le ZP90 est plus gros qu’une Airport Express, mais il offre plus de connecteurs, et sa taille reste très contenue. C’est très discret, et sur tous les appareils, il n’y a que trois boutons : deux pour augmenter et baisser le volume, et un troisième pour couper le son. Une petite LED blanche est allumée en façade quand le système est opérationnel : elle est trop puissante pour être discrète si vous dormez à côté de votre Sonos, mais heureusement les programmeurs ont pensé à tout, et vous pouvez désactiver la LED en allant dans les réglages.
En résumé : sobre, bien fini, discret, c’est réussi.

Performances : S5
Tout est branché, tout est admiré, tout est configuré? Ça y est, on allume! Et là, je n’en crois pas mes oreilles : on sent que le S5 peut aller loin dans les aigus et les basses, mais il offre un son absolument pas naturel, très tourné grave… En résumé j’ai l’impression d’écouter le son des Klipsch s4i… Pas vraiment un son pour les mélomanes. Je me jette dans les réglages pour comprendre… Et OUF! Il y a bien un problème : par défaut, le Loudness est actif! Un choix qu’on peut comprendre : ça fait vendre dans les grandes surfaces, avec des basses très flatteuses en espace ouvert, un côté pêchu et boom boom… Mais c’est un choix vraiment discutable quand on sait que Sonos vise les mélomanes.

On oublie cette faute de goût et on écoute… Et là, c’est beaucoup mieux. Le son est toujours un peu tourné vers le bas du spectre, mais est beaucoup plus équilibré, au final très agréable. On rivalise avec les meilleurs docks iPod du marché : Bose SoundDock et B&W Zeppelin, soit un son ample, des détails, du coffre (le S5 peut monter vraiment très, très fort, mais les plus hauts volumes sont inutiles puisqu’il se met à saturer. Ça pourra tout de même servir à amplifier des fichiers audio au volume très bas), mais un petit manque de naturel au profit un son rond qui flattera la majorité des oreilles (et pardonnera quelques imperfections des fichiers numériques compressés).
Une fonctionnalité inédite du Sonos S5 est la possibilité d’en coupler deux pour s’en servir comme voix gauche et droite. Par défaut, le S5 est stéréo, mais l’image stéréo est peu marquée étant donné la largeur de l’enceinte. L’idée d’avoir deux S5 pour reproduire la stéréo est vraiment intéressante, mais la majorité des gens préférera sûrement utiliser un autre produit Sonos (ZP90 ou ZP120) accouplé à une « vraie » paire d’enceintes.

Performances : ZP90
Du côté du ZP90, relié à une paire de Beolab 8000, c’est un ensemble ultra design, il suffira de cacher le ZP90, et seules resteront les sublimes Beolab, icônes du design des années 90, dans votre pièce secondaire… Mais je m’éloigne du sujet. Ici, une fois le ZP90 allumé, le son fut immédiatement impeccable. Étrange : pour cet élément le Loundness n’est pas activé par défaut. Peut-être que la clientèle ZP90 (qui reliera en général ce boîtier à un amplificateur) est plus mélomane?

Bref, avec ce boîtier tout va bien : il produit un son naturel, précis, détaillé… On ne pouvait pas lui trouver de gros défaut avec nos enceintes de test (que ce soit directement connecté à des Beolab 8000 ou connecté à un préampli).

Un petit mot sur le logiciel
Je ne vais pas trop parler du logiciel PC/Mac tant je l’ai peu pratiqué vu sa faible utilité dans un système Sonos : c’est une sorte de petit iTunes où vous pouvez scanner l’ensemble du contenu de votre ordinateur pour pouvoir diffuser de la musique (que ce soit vos fichiers, une station de radio ou encore Deezer si vous avez un compte Premium) dans chaque pièce et créer vos listes de lecture. Ca fonctionne, mais ce n’était pas totalement stable sur mon Mac, il y a peut-être encore un peu de bugs à tuer avant d’avoir un logiciel parfait.

Mais pourquoi piloter son installation Sonos à partir d’un PC alors qu’on peut le faire dans chaque pièce, du creux de sa main, via un iPhone/iPod(/bientôt iPad)?
C’est en utilisant ce logiciel (ou carrément la télécommande Sonos, si vous en avez les moyens et y trouvez un vrai avantage) que le système prend tout son sens. Votre musique (idéalement stockée dans un NAS, histoire d’y accéder tout le temps, même quand les ordinateurs sont éteints) est accessible, vos albums sont là (avec leurs jaquettes si elles sont dans le fichier et non pas dans la librairie iTunes), toutes les radios internet aussi (il y a même une fonction de recherche de stations de radios par ville, donnant des résultats étonnants sur Paris, mais exacts en province), ainsi que la musique en streaming de votre éventuel compte Deezer Premium. Seules manquent les listes de lecture iTunes, pas compatibles pour d’obscures raisons. Dommage. On aurait aussi aprécié que les favoris radio soient accessibles en moins de clics.
C’est tout simplement parfait, l’ergonomie est excellente, la vitesse d’indexation d’un disque bourré de musique est rapide, et tout marche sans aucun problème, avec un temps de connexion rapide (presque instantané sur un iPhone 4). De quoi oublier la télécommande Sonos. On aurait juste aimé que Sonos soit compatible avec Spotify plutôt que Deezer (ou pourquoi pas les 2), mais espérons que cela soit proposé dans un avenir pas trop lointain.

Conclusion
Pour être honnête, il est difficile de ne pas être séduit par le système Sonos. Simple, vraiment efficace, proposé à un prix accessible (le ZonePlayer S5 est vendu au prix du SoundDock Bose, pour des performances et un look proche, j’aurai tendance à dire supérieurs… Mais surtout vous avez directement accès, en plus de votre librairie musicale, aux stations de radio, et à un compte Deezer Premium, ce que ne propose pas la solution Apple (pour les radios ça marche en les ajoutant à la librairie). Le ZP90 est lui un peu cher puisqu’il n’a ni ampli ni enceintes et coûte presque autant que le S5), c’est un peu le système audio multiroom dont on a longtemps rêvé, avec une facilité d’utilisation déconcertante, une compatibilité parfaite avec les fichiers les plus courants (iTunes et Apple Lossless sont supportés, le WMA aussi côté Windows).
Alors, que lui reprocher? Le prix des options, par exemple : une télécommande à 350€, c’est un peu trop cher, un adaptateur wifi propriétaire à 99€… On voudrait aussi un son encore meilleur sur le S5. On peut le demander, Sonos vise les mélomanes… Et puis on pourrait aussi vouloir une compatibilité Spotify, parce que franchement, c’est un bien meilleur service de musique en ligne que Deezer. Et puis, pourquoi pas, un ZP90 plus petit, histoire de vraiment l’oublier.
Ah si, j’oubliais quelque chose qui m’a vraiment manqué : un système de lecture intelligente façon Genius d’Apple, le genre de systèmes tellement pratiques pour redécouvrir sa librairie musicale que son manque devient vraiment handicapant…

+ Qualité de son
+ Simplicité d’installation et d’utilisation
+ Compatible réseau filaire (RJ45)
+ Compatible avec un NAS (pas besoin d’avoir un PC allumé)
+ Compatible Deezer Premium
+ Compatible DLNA : vous pouvez piloter un système Sonos avec n’importe quel système DLNA
+ Compatible Apple Lossless
+ Application iPhone impeccable pour tout commander, bientôt une application iPad
+ Port externe sur les ZonePlayer pour brancher une autre source audio

= Réseau wifi dédié : il vous faudra acheter un ZoneBridge à 99€ pour passer au sans fil. Avantage : votre réseau wifi reste 100% disponible, pas d’interférence entre votre usage « informatique » du wifi et Sonos.

– Incompatible avec les playlist iTunes (si vous tenez à faire des playlists, il faudra passer par le logiciel Sonos sur votre Mac/PC)
– Pas de fonction type Genius pour sélectionner automatiquement les morceaux par style
– Pas d’extinction complète possible
– Non compatible Spotify
– Prix et design de la télécommande Sonos
– Uniquement pour la musique
– Le Sonos S5 consomme 7W en veille, le ZP90 4W… C’est assez énorme, mais c’est le prix d’un démarrage immédiat

[adfever type= »product » value= »12732621″]

[adfever type= »product » value= »12732600″]

A suivre : la suite (et la fin) de notre dossier
Dans le prochain article, on passe aux choses sérieuses : un NAS comme serveur multimédia (et plus si affinités), et plein de périphériques permettant d’accéder à son contenu, le tout pilotable à distance via un iPhone/iPod si vous le souhaitez…

[MàJ août 2011] Sonos a rebaptisé le S5 en Play:5. Sinon, rien n’a changé.