Sélectionner une page

Audi-skysphere-concept
Le Audi Design Loft, un studio de design avancé de la marque aux anneaux situé à Malibu (et dirigé par un Français!) vient de sortir un concept car qui préfigure le futur design d’Audi. Et il a été créé dans les condition du futur du design automobile…


L’un des points marquants du Design Loft est qu’il ne contient aucun concept physique : toutes les études de design y sont produites en 100% numériques, et le studio utilise la réalité virtuelle pour que les designers et les décideurs appréhendent les concepts en « taille réelle » dans des réunions en VR comme s’ils étaient physiquement ensemble, alors qu’ils peuvent être à 10000km les uns des autres. Cette façon de travailler 100% numérique a permis au studio de complètement développer le concept Skysphere en situation Covid, confinement et télétravail compris. En cela, le Design Loft semble définir les bases du process de design automobile de demain : adieu le modèle en clay et cette phase ultra tactile où les designers modèlent le véhicule à la main. La vidéo ci-dessous vous présente cette nouvelle façon de travailler avec via Gael Buzyn, le directeur du Design Loft.

Le Concept Skysphere reprend les codes du grand tourisme classique avec un roadster qui… Peut changer de dimensions! L’idée est de matérialiser le mode de conduite autonome de niveau 4 sous la forme d’un coupé élancé ultra confortable en mode Touring, mais de laisser la main au pilote en mode Sport dans un roadster plus trapu, avec un empattement réduit de 25cm qui favorise la maniabilité. La transformation n’est pas qu’extérieure : si en mode autonome, le volant disparaît et le tableau de bord devient un écran géant dédié au divertissement, en mode Sport, outre l’apparition des pédales et du volant, le tableau de bord se scinde en deux parties, avec une partie conducteur plus proche (et un dégagement pour accéder à un rangement pour des gants de conduite…


Si ce concept radical a tout des gimmicks d’un concept car inadapté à la production, on peut y lire en filigrane les codes des futures Audi, sous la bannière Progressive Luxury, avec en particulier des phares ultra effilés, une nouvelle calandre qui n’a plus la vocation à servir de prise d’air (les électriques en ayant moins besoin) mais plutôt à communiquer avec l’extérieur via des signes lumineux (l’éclairage change selon le mode de conduite, ce qui permet de signaler visuellement si le conducteur est un humain ou un robot, une idée intéressante), et peut-être… Un peu plus de courbes et de sensualité dans le design global.
Audi-skysphere-concept
Pour le concept Skysphere, les designers se sont inspirés du roadster Horch 853, doté d’une ligne emblématique des années phares du grand tourisme, mais ils n’ont pas voulu entrer dans le rétrodesign, avec un look clairement orienté vers le futur qu’ils baptisent « révérence sans rétro ». Vous vous dites qu’une voiture électrique, une simple propulsion de surcroit, n’a pas besoin d’un capot démesuré? Vous avez bien raison, mais dans le cas du Skysphere, il n’est pas que décoratif, il abrite un large coffre pouvant accueillir deux sacs de golf. Et pour être fidèle à l’esprit d’un roadster (lire : être assis au plus bas, presque couché sur la route), le Skysphere place ses batteries derrière les sièges plutôt que sous le plancher, ce qui lui permet en plus d’obtenir une répartition des masses avant/arrière de 40/60 qui a tout pour plaire au niveau dynamique.
Audi doit encore dévoiler deux concepts « Sphere » d’ici au salon de Munich, qui devraient eux être plus proches de véhicules de série.