Sélectionner une page

Test roborock S7 aspirateur robot serpillère
Doucement mais sûrement, à coup d’innovations pertinentes et de tarifs agressifs, le Chinois Roborock (dont Xiaomi est un financer) a gagné une place de choix sur le marché des robots aspirateurs. Cette année, un nouveau pas est franchi avec le Roborock S7 puisque ce robot est cette fois-ci doté non seulement d’un aspirateur mais aussi d’une serpillère vibrante… Test de la bête.

Design

Est-ce qu’il y a encore quelque hose à dire sur le design général d’un robot aspirateur Roborock ? Ca fait un moment que la marque s’en tient au look rond avec ton télémètre laser qui dépasse au sommet. Les modifications se font à la marge.
Par exemple : la coque est ondulée, le voyant est une grande barre de les façon K2000 (je l’ai désactivé pour plus de sobriété), et les brosse (principale et latérale) abandonnent les poils en nylon pour des lames en polymère. On a déjà pu constater l’efficacité de cette solution sur d’autre robots : en résumé ça marche aussi bien que les poils nylon mais les cheveux et autres poils s’y emmêlent moins. On regrettera toujours la largeur de la brosse inférieure à la moitié de la taille du robot (16,5 vs 34 cm), mais la navigation bien faite fait que même avec une brosse étroite les Roborock ont des performances parmi les meilleures du marché. Et qui dit largeur réduite dit maximisation de l’aspiration (moins de surface avec un même moteur augmente l’aspiration), donc au final c’est peut-être cet inconvénient apparent qui rend les Roborock si efficaces.
Test roborock S7 aspirateur robot serpillère
L’engin est bourré de capteurs permettant de ne pas craindre les escaliers et de détecter les chaises et les tapis (on le verra plus tard), mais on peut noter un détail technique étrange : avant le S7, Roborock avait sorti le S6 Max V, une évolution du S6 qui gagnait des caméras à l’avant pour identifier et contourner les petits objets au sol via une intelligence artificielle. Roborock a décidé de ne pas équiper le S7 de cette fonction : performances décevantes ou volonté de proposer plus tard un S7 MaxV, seul l’avenir nous le dira.

La serpillère est particulièrement pratique à remplacer : montée sur un support amovible via deux clips facile à manier, elle se glisse d’un côté dans une fente et se scratche sur toute sa surface. Vous n’aurez aucune excuse pour ne pas la mettre en machine! Le bac à eau est lui aussi très accessible à l’arrière de l’engin, il se déverrouille via un unique bouton. Seul son orifice de remplissage peut être considéré comme un peu petit.
Test roborock S7 aspirateur robot serpillère
Parlons du bac de récupération de la poussière : alors que celui du S4 avait une forme un peu tarabiscotée, il se vidait facilement grâce à ses grandes ouvertures complètes et la possibilité d’y passer un aspirateur… Quand j’ai découvert le bac bien rectangulaire du S7, je me suis dit que ça allait être encore plus pratique… et bien non! Une fois sorti et ouvert, il y a des rebords partout, si bien qu’il restera toujours de la poussière en le vidant. Alors vous vous dites qu’il suffit de passer un coup d’aspirateur en enlevant le filtre à air et en profitant de la grande ouverture? Toujours pas, il reste des petits montants longitudinaux qui empêchent tout accès à un embout d’aspirateur, même compact! Je suis vraiment déçu par ce bac, et je me demande s’il n’a pas été conçu dans l’unique but de permettre sa vidange par une station automatique (à venir prochainement chez Roborock si l’on en croit les rumeurs) sans penser à une vidange manuelle.

Du côté de la station de charge, elle devient plus compacte, mais avec sa compacité, elle perd le guide de passage de câble qui permettait de faire sortir la juste longueur jusqu’à la prise, du bon côté. Maintenant le côté de sortie du câble est imposé, et si vous avez du rab’, il pendra à côté, à moins que vous n’investissiez dans un petit enrouleur.
Test roborock S7 aspirateur robot serpillère

Performances

Si j’ai un faible pour les Roborock, c’est que comme les Neato, ils savent cartographier les pièces à la perfection pour se déplacer de façon rapide et efficace en n’oubliant aucun recoin. Sur ce point, le Roborock S7 conserve les performances record de ses prédécesseurs, et ses petits plus aussi : une fois une zone cartographiée, il est très facile d’enregistrer des zones interdites quasiment au centimètre tellement la carte est précise, de ne nettoyer qu’une pièce (les pièces étant repérées automatiquement avec une étonnante précision, mais vous pouvez corriger si le robot s’est trompé dans les délimitations), et même d’enregistrer plusieurs étages si vous avez un seul robot pour plusieurs étages de la maison (cette dernière fonction étant encore un peu instable, vous risquez de temps en temps de devoir ré cartographier un étage).
Test roborock S7 aspirateur robot serpillère
Côté aspiration, j’ai encore une fois noté des performances de premier plan, avec la quasi totalité des saletés ramassées à chaque séances, que ce soit sur sol dur ou sur tapis, et ce malgré une brosse assez peu large : le robot espace ses passages comme il faut pour ne rien oublier. Cerise sur le gâteau : le S7 détecte automatiquement les tapis, et augmente alors sa puissance d’aspiration.
Test roborock S7 aspirateur robot serpillère
Mais parlons de la fonction serpillère. Certains robots proposaient déjà une serpillère. Hélas ils ne faisaient que tirer la serpillère en l’humidifiant. Difficile de parler de nettoyage. Roborock va beaucoup plus loin sur le S7 : la serpillère est vibrante, ce qui permet de vraiment nettoyer des tâches même coriaces. J’ai acquis récemment un générateur de tâches, aussi appelé « enfant », et je peux vous dire que le Roborock sait rendre l’espace sous la chaise haute nickel, ou presque. J’ai pu constater que les tâches de sauce tomate séchée résistaient encore, mais je dois avouer qu’elles ne partent à la main qu’en frottant vraiment fort. Donc je peux qualifier le résultat d’excellent.
Et je ne suis pas le seul à trouver le S7 efficace, car, comme me l’a fait remarquer Madame diisign qui en général se moque complètement de ce genre de gadgets « il lave vraiment bien ce robot parce que quand on est partis le sol était vraiment dégueulasse et quand on est rentrés il était nickel ».

Tiens, un détail : le mode d’emploi préconise de n’utiliser que de l’eau pour ne pas endommager de robot. Je dois avouer que le lavage du sol à l’eau claire me paraît un peu limite, j’ai donc enfreint la règle et ajouté un trait de savon noir pour obtenir ce résultat impeccable.
Test roborock S7 aspirateur robot serpillère
Mais l’efficacité n’est pas tout, il faut de la praticité. Vous avez peur que ce Roborock mouille vos tapis ? S’il s’agit de tapis ou moquette fins , ce n’est pas un problème, la serpillère se relevant automatiquement quand le robot détecte le tapis. Et il détecte vraiment bien les tapis! J’ai un paillasson en demi lune qu’il a su cartographier à la perfection! Pour les moquettes épaisses, il faudra se méfier un peu plus, mais là encore en utilisant la cartographie ultra précise du robot, vous devriez pouvoir facilement définir des zones interdites quand la serpillère est en place. Vous pouvez aussi vous rassurer, la serpillère ne va pas moisir sous le robot : une fois arrivé à sa base, il rétracte la serpillère, qui n’est plus en contact avec le sol, et qui peut donc sécher tranquillement.

Du côté niveau sonore c’est un peu la déception, la fonction aspirateur seul étant plus bruyante que sur le S4, et la serpillère ajoutant encore un bruit mécanique supplémentaire, mais ça reste vivable et vous disposez toujours de plusieurs niveaux d’aspiration. Mais avec une navigation si efficace, les Roborock sont des robots que l’on peut laisser aspirer en son absence sans aucun souci, alors le niveau sonore n’est vraiment pas un critère de sélection selon moi.
Test roborock S7 aspirateur robot serpillère
Enfin, si vous pensiez que toutes ces fonctions de lavage avaient dégradé l’énorme autonomie constatée sur les précédents modèles, vous n’aurez que partiellement raison : oui, si vous activez une aspiration et un serpillage au maximum, vous aurez moins d’autonomie que les précédents aspirateurs de la marque monofonction. Mais la baisse d’autonomie n’atteint qu’environ un quart par rapport à ce que je connaissais, donc ça reste excellent, de quoi nettoyer plus de 100m2 de sol d’une traite selon mes calculs approximatifs, ce qui correspond à peu près au contenu du bac d’eau.

Conclusion
Ce robot marque une avancée majeure dans les robots nettoyeurs de sol : navigation quasi parfaite dans la pièce, aspiration très efficace, et serpillère vibrante bien pensée puisqu’elle sait se rétracter quand il le faut. Ce n’est pas un bout de chiffon ajouté à un robot aspirateur, c’est vraiment une fonction à part entière, avec ses actionneurs dédiés.
A part un bac à poussière mal conçu, il n’y a vraiment pas grand chose à redire sur ce Roborock. Il faudra toujours faire attention aux câbles et aux objets qui traînent, mais si vous avez bien rangé ou bien cartographié les zones « dangereuses » (pour le robot), vous pourrez vraiment profiter d’un nettoyage du sol impeccable, sans vous poser d’autre question que de vider le bac d’aspirateur, remplir le réservoir d’eau et nettoyer la serpillère après chaque usage. La concurrence va avoir du mal à détrôner cet engin à la fois efficace et abordable (529€).

Les + :
+ Efficacité d’aspiration et de lavage bluffante
+ Navigation qui fait toujours référence
+ Détection des tapis : aspiration supérieure et soulèvement automatique de la serpillère
+ Serpillère qui se soulève une fois le ménage terminé : pas de moisissure possible
+ Autonomie très généreuse (plus de 100m2 de sol aspiré et serpillère en une charge)
+ Base de charge ultra compacte

Les – :
– Bac de récupération de poussière vraiment difficile à vider
– Les caméras de détection d’objets du S6 MaxV ont disparu sur le S7… Ca sent le S7MaxV
– Officiellement il ne faut mettre que de l’eau claire dans le système de serpillère
– Plus bruyant que ses prédécesseurs
– Une seule serpillère fournie
– Pas de système de cache câble dans la base de charge
Test roborock S7 aspirateur robot serpillère