Sélectionner une page

Epson PaperLab
L’utilisation de papier en entreprise est une grande source de gaspillage. Entre les pdf de 500 pages imprimés « parce que c’est plus facile à lire » et les mails imprimés (mais qui fait encore ça?!), trop de papiers font directement un aller simple de l’imprimante à la corbeille (de recyclage si tout va bien). Avec son PaperLab, Epson s’est penché sur le problème et propose ni plus ni moins que de faire tourner votre papier en cycle fermé au sein d’une (grande) entreprise avec ce qui ressemble à une usine à recycler le papier localement.


Si votre entreprise est normale, vous devez avoir un petit bac à papier permettant de faire partir vos pages usagées dans un cycle de recyclage. Et vous avez sûrement une autre entreprise qui s’occupe des lambeaux de papiers confidentiels sortis de la déchiqueteuse. Mais il faut bien avouer que la solution n’est pas ultra vertueuse, entre les tournées de camions qui s’occupent des papiers et l’entreprise qui continue à acheter du papier ou même le procédé de recyclage qui consomme beaucoup d’eau.
Epson PaperLab process
Le PaperLab d’Epson vise à résoudre le problème pour les grandes structures en proposant ni plus ni moins qu’une usine à recycler le papier qui fait la taille d’un gros placard (et pèse 1750kg tout de même), et se base sur un processus intégralement sans eau (une faible quantité d’eau est tout de même utilisée pour maintenair un taux d’humidité dans le système maisrien à voir avec les quantités d’eau nécessaires à la fabrication « normale » de papier). Capable de produire jusqu’à 720 feuilles par heure, l’engin se base sur une technique qui « défibre » le papier usagé puis le fixe avec un liant avant de le presser à l’épaisseur voulue. Car vous aurez non seulement le choix de la taille des feuilles en sortie (A3 ou A4), mais aussi de leur épaisseur, entre 90 et 110g/m2 pour le papier ordinaire, mais aussi 150, voire 240g/m2 si vous souhaitez du papier épais (pour des plaquettes ou des cartes de visites par exemple), tout ça en alimentant simplement le chargeur avec des feuilles de papier de 64 à 108g/m2. Il y a un vrai côté magique dans ce système qui permet de réduire drastiquement les achats de papier, le bilan carbone et la consommation d’eau du cycle du papier.
Puisqu’il s’agit d’Epson, le fabricant n’oublie pas de vous vendre des cartouches : le liant est proposé en différentes formules, vous permettant de produire du papier blanc ou coloré. Et comme les feuilles sont défibrées dès le départ, aucun risque avec les documents confidentiels, il n’y a aucune chance d’en récupérer la moindre information.