Sélectionner une page


Hyundai avait séduit tout le monde avec son concept « 45 » aux allures rétro, officiellement en hommage à la Hyundai Pony, une compacte sortie dans les années 70 (mais j’y vois presque plus de Lancia Delta). Chose assez rare pour être remarqué, le constructeur coréen sort un véhicule de série extrêmement fidèle à son concept car. Et avec une ligne pareille, on risque désormais de se faire remarquer en Hyundai, et même de jour comme de nuit avec ses 256 « pixels » comme signature lumineuse à l’arrière!


Si vous pensez que ce Ioniq 5 est un SUV compact, vous vous trompez, c’est un bon gros SUV de 4,64m de long (soit 40cm de plus que le Kona qui a un franc succès en version électrique), avec un bon gros coffre de 531 litres complété par un petit coffre avant de 24 litres en transmission intégrale, et jusqu’à 57 litres en version propulsion. L’intérieur profite du capot assez court pour offrir une grande habitabilité, avec en plus des sièges inclinables à 180 degrés si l’envie d’une sieste vous prenait à la borne de charge. Mon seul regret concerne la planche de bord au look un peu fade en comparaison avec l’extérieur, et l’absence de console qui, on l’a déjà vu sur les premières Tesla Model S, ne sert strictement à rien. On se consolera avec l’interface graphique sur les deux écrans de 12 pouces (reliés façon Mercedes) qui, si elle respecte les visuels presse semble particulièrement élégante.

Mais Ioniq 5 n’est pas seulement une ligne, c’est aussi le véhicule qui inaugure la nouvelle plateforme électrique de la marque : avec deux batteries au choix (58 ou 72,6kWh), l’autonomie peut atteindre 480km, ce qui est plutôt très bien pour un engin de ce gabarit, mais on savait déjà que Hyundai était avec Tesla le constructeur aux consommations électriques les plus faibles. La recharge est elle aussi au niveau des meilleurs avec 18 minutes seulement pour une charge de 0 à 80% (le chargeur admet 220kW de puissance)… Ne reste que le réseau de bornes ultra rapide à développer dans notre beau pays pour un voyage au long cours en toute sérénité.
Enfin, les performances sont très respectables, comme d’habitude en électrique avec 8,5s pour le 0 à 100km/h sur la motorisation d’entrée de gamme (125kW) et 5,2s pour la version la plus musclée dotée de deux moteurs, 155kW à l’arrière et 70kW à l’avant.

Le Ioniq 5 peut dores et déjà être réservé dans sa version « Project 45 » doté de toutes les options possibles dont un toit photovoltaïque ou un affichage tête haute en réalité augmentée pour la modique somme de 55900€ avant déduction du bonus (soit 52900€ avec le bonus actuel). Des versions plus abordables seront disponibles lors de la commercialisation du véhicule un peu plus tard dans l’année.