Sélectionner une page


L’intérieur de la Model 3 était déjà clivant : plus de boutons, plus de bouches d’aération, plus de combiné d’instrumentation. Juste un volant, deux comodos (les leviers derrière le volant), et un énorme écran au milieu de la planche de bord, qui pour le coup est bien une planche. Vous trouviez ça trop dépouillé? Pas Telsa qui a encore réussi à simplifier l’intérieur d’une voiture avec sa Model S version 2021!


Pour être complet on va commencer par ce que Tesla a ajouté ou conservé, puisque la Model S est une grande berline, elle se doit tout de même d’en offrir plus que la « petite » Model 3. Donc l’écran central est devenu horizontal et reste en 17 pouces, mais il est associé à un écran de 8 pouces pour que les passagers arrières puissent profiter de commandes de climatisation ou de l’affichage des jeux intégrés (l’ordinateur intégré dédié aux jeux offre 10 petaflops de puissance, soit à peu près autant qu’une Playstation 5) voire de Netflix. Et puisqu’il y a la place et que certains avaient pleuré son absence sur la Model 3, Il subsiste un petit combiné d’instrumentation derrière le volant.

Ce qui a disparu, c’est le reste: les comodos sont remplacés par des boutons tactiles sur les branches du volant, et le volant lui-même est décapité, il ne subsiste que sa partie inférieure… Donc si vous avez appris à conduire avec les mains à 10h10, il va falloir oublier! Pas non plus très pratique pour les manoeuvres, mais Tesla a réussi son coup puisque tout le monde en parle. Et je pense qu’on parle vraiment de coup de communication, car d’ici la sortie de l’engin en Europe en septembre, il y a de fortes chances que les choses bougent, car la législation de plusieurs pays européens interdit ce type de volant qui entraîne une baisse de la capacité de contrôle du véhicule et de la réactivité. Alors, volant standard pour la Model S européenne ou kit amovible permettant de le compléter ?

Pour le reste, la Model S établira le nouveau record d’autonomie avec 837km d’autonomie EPA (plus réaliste que WLTP) et « l’accélération de 0 à 100 km/h et sur 400 mètres départ arrêté la plus rapide jamais enregistrée sur une voiture de production » avec un chiffre donné comme inférieur à 2,1s. De quoi frimer au feu rouge.