Sélectionner une page


Encore de quoi faire couler de l’encre sur le groupe Volkswagen : Alors que les voitures électriques les moins chères du groupe, à savoir les VW eUp, Seat Mii Electric et Skoda Citigo e iV se vendent comme des petits pains, en raison d’un prix modique (environ 20k€ hors bonus chacune, la VW étant la plus chère, la Skoda la moins chère) et d’une autonomie très correcte (plus de 250km d’autonomie en usage urbain, soit de quoi se passer de prise en semaine pour beaucoup de monde). Des voitures idéales pour se déplacer tous les jours quand on n’est pas trop exigeant, avec un coût de revient ultra bas. Et en raison de ces ventes « exceptionnelles », le groupe VW a décidé de… Les retirer de son catalogue! Explication d’une décision poltitico-économique qui va à l’inverse de l’amélioration de la qualité de l’air en ville…


Si ça se vend, autant en produire plus, non? Et bien pas vraiment. Déjà, on sent qu’à 20k€ la voiture dotée d’une grosse batterie, VW a dû rogner sur ses marges, alors ça serait bien que les clients optent plutôt pour une beaucoup plus coûteuse, grosse et lourde ID3, génératrice de plus de marges. La décision de complètement retirer la Skoda Citigo e iV du catalogue semble être motivée par ce choix : vu que ça se vend « trop » bien, autant ne vendre que les 2 version un peu plus chères, génératrices d’un peu plus de marge.

Mais le groupe VW n’a pas seulement arrêté la commercialisation de la version la moins chère, il retire aussi « temporairement » les Mii et eUp… Pourquoi ?
Peut-être pour les faire réapparaître à un prix revu, voire n’en garder qu’une (il faut bien admettre que les micro variations de style entre les trois voitures sont de l’ordre du détail) ou tout simplement pour que les acheteurs de VE se tournent principalement vers l’ID3, LA voiture à écouler en ce moment chez Volkswagen. On ne peut pas interdire à un groupe industriel de vouloir faire de la marge. Par analogie, on peut noter que Renault a attendu des années avant de lancer sa Twingo électrique sur le marché alors qu’elle était développée… Et déjà commercialisée sous blason Smart. Clairement, il y avait une volonté de ne pas cannibaliser les ventes de Zoé (mais même sotie, vu le prix et les performances de la Twingo, la Zoé garde tout son intérêt).

Chez VW, il y a peut-être aussi une raison moins avouable à l’arrêt temporaire de modèles qui se vendent très bien : les fameuses amendes européennes sur les niveaux de CO2 sont calculées sur la base des émissions moyennes des véhicules vendus en 2021. Les constructeurs doivent atteindre une moyenne d’émission de CO2 globale (toutes voitures confondues) ne dépassant pas 95g/km en 2021. Ensuite, ils devront baisser les émissions de 15% entre 2021 et 2025, ces 15% étant basés sur les émissions de 2021. Alors il faudra passer « tout juste » en 2021 pour avoir le moins d’effort à faire d’ici 2025! Et afficher des scores 2020 trop proches des 95g ou plus faibles (on peut rêver) dès 2020 donnerait un mauvais signal aux instances européennes, étant donné que les groupes automobiles ont tous pleurés auprès de ces instances que les chiffres retenus étaient irréalistes…
Comme quoi, VW a beau afficher de belles ambitions sur l’électrique, on voit que dans les faits, l’enthousiasme à verdir la marque reste très mesuré. Et tant pis pour nos poumons!