Sélectionner une page


Alors que les voitures électriques restent encore un peu chères (mais les prix évoluent vite, vous pouvez d’ores et déjà acheter une petite Skoda Citigo e iV qui offre facilement 200km d’autonomie, batterie incluse, à 17000€), des sociétés s’engouffrent dans une solution alternative : remplacer le système de traction thermique (moteur, boîte, réservoir) par un système électrique (moteur, électronique de puissance, réducteur, batterie). Alors est-ce vraiment une bonne solution ?


Si je pose la question, c’est bien que j’en doute… Mais ça reste une solution pour une certaine niche. Je m’explique :
On nous parle chez Transition One de convertir une Twingo 2 en électrique, pour quelques milliers d’euros et en quelques heures. Ok, c’est bien, c’est techniquement une prouesse, mais à quoi ça sert ? Comme je le disais en introduction, pour 17000€ bonus déduit, vous avez une citadine neuve avec facilement 200km d’autonomie. Là, vous avez une carcasse de vieille Twingo avec une petite batterie suffisante pour un peu plus de 100km si tout va bien, et toujours si tout va bien, vous devriez pouvoir vous en sortir pour moins de 10000€. Oui, mais vous récupérez les vieux amortisseurs, les vieux freins, les vieux triangles de suspension de la vieille Twingo… Donc vous injectez pas mal d’argent dans une voiture qui risque de vous coûter quelques milliers d’euros sur les prochaines années de sa vie.

Si vous raisonnez en impact environnemental (ce qui est bien), vous allez me dire « oui mais on économise le fait de fabriquer une nouvelle voiture ». C’est vrai, mais on ne s’affranchit pas de fabriquer une nouvelle batterie, l’élément le plus impactant environnementalement. Et au contraire, les pièces que l’on conserve (carrosserie, liaisons au sol, etc.) sont les pièces les plus faciles à recycler.

Mais alors, quel intérêt au rétrofit?

Là où je trouve que le rétrofit a clairement sa place, c’est pour rendre des voitures de collection à la fois propres et surtout fiables. Imaginez tous ces VW combi que s’arrachent les hipster pour faire le tour du monde dans des volutes d’essence mal brûlée, mais avec une propulsion propre (le combi « type 20 » en photo en tête d’article sort directement de chez VW avec quelques modifications en plus du passage à l’électrique comme une suspension active pneumatique) ? Imaginez croiser plus souvent et sans bruit des véhicules mythiques : Porsche 911 à l’image de la sublime Quintessenza de la firme néerlandaise Extravert en photo, Jaguar Type E (la Type E Zero du mariage du prince Harry, ci-dessous était une belle démo), vieilles Alfa ou même Triumph Spitfire pour faire dans le populaire par exemple) qui dormaient dans des garages faute de fiabilité suffisante… Oui, le rétrofit pourrait donner une nouvelle jeunesse à des voitures de collection, en s’assurant pour certaines voitures d’exception que la modification est réversible, histoire de garder la cote de l’engin…

Alors c’est vrai que ce n’est pas un marché énorme, et il risque d’y avoir de la casse parmi les startups françaises qui se sont lancées dans cette activité, car clairement, il y a moins de Type E et de Combis que de Twingo 2…