Sélectionner une page

Thermomix TM6 test review essai
A l’époque de sa sortie, je regrettais que le TM5 ne soit pas connecté, ce qui a été (assez mal) corrigé plus tard avec la cook key. Cette année, celui qui reste encore le leader des robots chauffants sort dans une nouvelle version qui n’a pas l’air de beaucoup changer… Voyons voir si les modifications apportées par Vorwerk lui permettent de justifier le prix de l’engin, qui a encore augmenté.

Thermomix TM6 test review essai
Design
Sur ce point, on sent que Vorwerk a voulu limiter les investissements : la coque est exactement la même, seule un écran plus grand vient différencier la nouvelle génération. On garde la finition très plastique qui sonne creux et l’unique couleur blanche. Je regrettais en 2016 que Vorwerk ne soit pas allé dans la couleur comme son concurrent français Magimix, mais visiblement il faudra encore attendre avant que les Allemands ne se mettent à la couleur… A moins que d’ici là la mode soit passée.
Ce qui manque franchement au niveau ressenti, c’est du métal : à 1300€, on tolère difficilement cette coque fine et on regarde avec envie la finition « enclume » du Magimix concurrent (qui est disponible en plusieurs couleurs, lui).
Au fait, au Il y a bien un élément de personnalisation qui est apparu : vous pouvez enfin régler le volume de la sonnerie (ouf!) et même la sonnerie elle-même : la mélodie reste toujours la même (on ne changera pas de sitôt l’emblématique « tutututuuuu » de Thermomix), mais les instruments peuvent changer : carillon (mon préféré), guitare, mandoline, etc. C’est mieux.
Thermomix TM6 test review essai
Des choses changent quand même en mieux sur ce TM6, des choses simples que les utilisateurs de Thermomix attendaient depuis longtemps : la marise est désormais plus souple à son extrémité (enfin!!), le panier cuisson se dote d’un couvercle assez utile mais qui reste accessoire, et un nouveau couvercle anti projections permet enfin de cuire sans fermer le bol mais sans éclabousser, alleluia! Note pour les possesseurs de TM5 : ce couvercle se trouve pour 10€ sur internet, il marche parfaitement avec l’ancien robot et il change la vie.
Thermomix TM6 test review essai
Performances
Je ne vais pas vous présenter le Thermomix de nouveau… Si vous en avez besoin, lisez mon article sur le TM5 : un Thermomix à la base, c’est un blender chauffant avec un peu plus de volume et un peu plus d’intelligence qu’un simple blender chauffant.
Dans cette nouvelle version, il est un peu plus silencieux. Ça se constate à toutes les vitesses et c’est bienvenu, mais ça reste quand même une machine assez bruyante… A moins que vous ne soyez dans l’un des nouveaux modes (cuisson haute température par exemple, ou fermentation) où l’engin sait chauffer sans faire tourner son couteau.
D’ailleurs, avec le nouveau mode « cuisson sous vide », un autre type de cuisson à la mode très sympa s’il n’y avait pas ce problème de cuire dans un sachet plastique (je trouve que le résultat est souvent excellent, mais le fait de cuisiner dans du plastique me rebute fortement… Du coup c’est mieux au resto où je ne vois pas comment ça se passe en cuisine!), Vorwerk a réussi à proposer un accessoire à la vente, ce qui est rare chez la marque où normalement tout est compris dans l’emballage. Vorwerk vous propose donc un « disque cuisson » qui n’est finalement qu’un disque en plastique perforé qui sépare les couteaux du haut de la cuve pour pouvoir mélanger le liquide en chauffant mais sans endommager le sac où repose votre aliment… Un accessoire qui devrait être vendu avec le reste plutôt qu’en option à 20€ : c’est pingre.

Côté interface, on y gagne vraiment avec ce grand écran. Les boutons pour accéder aux fonctions spéciales ont disparu, remplacés par un moderne et pratique balayage : on balaye vers la gauche pour accéder à toutes ces fonctions, et on balaye vers la droite pour accéder au portail cookidoo. Accéder à tout Cookidoo depuis cet écran est pratique, mais l’expérience d’utilisation n’est pas aussi fluide que sur une tablette ou un smartphone récent.

Le mode cuisson longue apparaît aussi, avec quelques recettes qui vous permettent de laisser cuisiner le TM6 jusqu’à 8h entre 37 et 98°C. Pour le moment je n’ai pas été subjugué par les recettes proposées, mais c’est une option intéressante et inédite pour un robot. En parlant de longues durées, un mode fermentation fait aussi son apparition : il permet de chauffer de l’eau entre 37 et 70° pour placer vos yaourts dans le Varoma dans un environnement à température constante. Et hop, on se débarrasse de la yaourtière! intéressant, sauf que la forme du Varoma ne permet pas de placer beaucoup de pots de yaourts. Ce n’est donc pas la yaourtière idéale.

Ce qui m’a vraiment plu dans ce TM6 c’est la possibilité de monter haut en température, et donc vous pouvez enfin dorer un morceau de boeuf, réaliser un caramel, ou dorer des légumes. Ça permet d’ouvrir le Thermomix à plus de recettes, plus savoureuses.

Enfin, la balance passant à une précision du gramme est un vrai plus, appréciable pour bien doser, même si vous utilisez une vieille recette ne demandant qu’une précision de cinq grammes.

Un mot sur Cookidoo
A première vue, payer 36€ par an pour un accès à une plateforme de recettes Thermomix ressemble un peu à du vol et place Cookidoo derrière un site gratuit et spécialisé comme Cookomix. Mais à ce prix, Vorwerk essaie d’en faire plus : déjà, ce sont uniquement des recettes testées par des chefs Thermomix, avec de belles photos qui donnent envie de cuisiner. Ajoutez à cela des petits plus comme la création de liste de course (qui se synchronise entre cookidoo sur votre tablette/Thermomix/téléphone). Ensuite, il y a une vraie volonté de vous proposer des recettes de saison avec un petit contenu éditorial qui change tous les mois… En gros, pour faire passer la pilule des 36€, on sent que Vorwerk tente d’être plus proche d’un magazine que d’une plateforme de recettes : vous avez bien une boite de recherche en page d’accueil, mais quand vous cherchez l’inspiration, vous pouvez « feuilleter » Cookidoo comme un magazine.

Conclusion
Le Thermomix a toujours été vendu comme un appareil cher mais qui remplace tellement de produits différents qu’au final il ne serait pas si cher que ça… Vorwerk a encore joué cette carte avec des programmes de cuisson lente et de cuisson sous vide à la mode qui permettent de se passer d’un bien inutile appareil supplémentaire si vous êtes du genre à vouloir tous les derniers gadgets. Mais c’est peut-être le mode « cuisson haute température » qui permet enfin de saisir une viande ou de faire un caramel qui vous sera sûrement plus utile au quotidien, ou encore la balance précise au gramme près. Reste que l’accès à Cookidoo à 36€ par an ressemble plus à de la pingrerie de la part de Vorwerk même si la plateforme est assez vivante, et ne parlons pas du disque cuisson en option à 20€.

Ce TM6 n’est donc clairement pas une révolution par rapport au TM5, mais ses ajouts permettent à la marque de gagner une petite longueur d’avance sur la concurrence… Le TM6 revient en tête du marché des robots chauffants, et il est clairement le meilleur rapport qualité prix des robots cuiseurs… made in France, mais quand on voit l’agressivité de sa concurrence, je me dit qu’il aurait fortement besoin d’un design vraiment revu, moins plastique et plus moderne pour justifier son prix, car plusieurs mises à jour du TM6 auraient pu apparaître par simple mise à jour du TM5.

Les + :
+ Toujours (presque) pas de business d’accessoires : vous achetez le TM6 et vous avez tout (sauf le disque cuisson)
+ Balance précise au gramme près
+ Interface très intuitive, superbe écran
+ Accessoires repensés pour corriger tous les défauts du TM5
+ Cookidoo pensé comme un magazine pour vous proposer des recettes de saison
+ Toutes les recettes d’internet sont prévues pour les réglages Thermomix, pas forcément pour les autres robots

Les – :
– Un look daté et uniquement en blanc
– Impossible de modifier les quantités directement sur l’appareil…
– … Ce qui peut poser problème pour les modes de cuisson spéciaux
– Une finition toujours très plastique
– A l’allumage, connexion parfois lente à la plateforme de recettes Cookidoo
– Disque cuisson lente optionnel
– 36€ par an d’abonnement pour Cookidoo (et seulement 6 mois gratuits à l’achat)