Sélectionner une page

Dyson Pure Cool Me test review
Un peu d’histoire : Dyson a lancé son ventilateur sans pales en 2010, l’a vite amélioré pour réduire son bruit, et a finalement fait évoluer le modèle en le transformant en purificateur d’air connecté : le Dyson Pure Cool (avec en plus possibilité de s’en servir comme chauffage sur le Pure Hot Cool). Là où n’importe quel constructeur aurait jugé qu’il pouvait arrêter l’innovation pour quelques années, Dyson a encore tout changé pour proposer une nouvelle variante plus simple, plus personnelle et moins chère (back to basics), le Dyson Pure Cool Me. J’ai évidemment voulu le tester, voici mon avis!

Dyson Pure Cool Me test review

Design
Dyson revoit une fois de plus le design de ses ventilateurs/purificateurs avec le Pure Cool Me. la plus grande différence de ce nouveau purificateur Dyson est sa tête. Exit l’anneau rond ou oblong qui propulsait (et multipliait) le flux d’air par effet Venturi, on a désormais une boule « core flow technology » de 24cm de diamètre avec en son centre un élément mobile (une sorte de clapet) qui permet de choisir entre un flux divisé entre le bas et le haut de la sphère, pour au final un flux d’air résultant à 45°, jusqu’à orienter tout le flux sur le haut de la boule, pour que la résultante soit horizontale. Intéressant : le flux d’air suit la surface convexe de la boule (selon l’effet Coanda, comme sur la surface du Dyson Airwrap).
Dyson Pure Cool Me test review
Cette tête s’enlève facilement via deux boutons (un de chaque côté) pour donner accès au filtre HEPA (capable de filtrer des particules aussi fines que des virus selon une étude de l’Institut Pasteur de Lille qui l’a testé sur le virus H1N1). Le genre de filtres utilisés dans les hôpitaux ou dans les salles blanches. Ce filtre est associé à une couche de charbon actif, qui elle filtre les gaz et les odeurs… De quoi vraiment purifier l’air intérieur de façon efficace et simple : fini les pollens, poussières et autres COV qui vous pourrissent la vie.
Dyson Pure Cool Me test review
Un seul bouton on/off à l’arrière, juste au dessus du cordon d’alimentation, permet d’allumer et d’éteindre l’appareil sinon tout se fait via la très classique télécommande Dyson incurvée et magnétique pour se ranger contre le corps de l’appareil. Ses boutons permettent de contrôler la marche et l’arrêt, le lancement de l’oscillation latérale, la puissance du flux d’air, la minuterie d’extinction automatique (Aucune, 30min, 1h, 2h, 4h ou 8h) et enfin d’afficher l’état du filtre (qui doit uniquement être déterminé via un compteur d’heures de fonctionnement.
Dyson Pure Cool Me test review
NB : Si vous regardez attentivement les photos du Pure Cool Me que j’ai testé, vous verrez que sa grille présente beaucoup d’imperfections (des erreurs de reproduction du motif avec des trous pas ronds faisant apparaître des lignes verticales tous les 7cm) : à priori ce défaut est seulement dû à l’aspect prototype de mon modèle de test et vous n’aurez pas cette allure inélégante chez vous.

Performances
Si je ne peux pas vous quantifier l’effet de la filtration, je peux vous donner un ressenti : l’air est plus frais, avec comme une « odeur » de frais. C’est clairement aussi un ventilateur efficace, et placé proche de soi, il n’y a pas besoin de monter fort en vitesse pour se rafraichir.
Dyson Pure Cool Me test review
Vous vous demandez si un Pure Cool Me pourrait faire un bon « simple » ventilateur quand vous n’avez pas besoin d’un purificateur?
J’ai essayé, et ma réponse est oui : si vous vous amusez à enlever le filtre, le flux d’air à vitesse et donc à bruit égal est plus fort. Mais franchement, pas la peine d’enlever le filtre, la différence existe, mais pourquoi se passer de la fonction purification, à moins que vous ne l’utilisiez en extérieur?
Dyson Pure Cool Me test review
Vous avez peur que l’amplitude de réglage verticale du flux d’air soit limitée par rapport au design des précédents ventilateurs Dyson ? J’ai testé, et on peut légèrement moduler l’angle de sortie de l’air même si le système semble être fait pour du tout ou rien, ce n’est pas le cas et donc au final on arrive ventiler à peu près où l’on veut verticalement, et ça toujours avec l’oscillation silencieuse horizontale sur 70°.

Au niveau du bruit, en puissance minimale (1 sur 10) et avec le filtre en place, le Pur Cool Me fait à peu près autant de bruit que le disque dur 3To de mon iMac 27. Autant dire que c’est très, très silencieux, et que donc juste à côté de vous sur un bureau ou à côté de votre canapé, vous ne serez pas dérangé. Si vous êtes client Dyson, sachez que le Pure Cool Me fait vraiment beaucoup moins de bruit en position minimale que le Dyson Cool (le simple ventilateur qui avait succédé au bruyant Air Multiplier) : ce n’est qu’en position 2 que le Pure Cool Me commence à égaler le niveau 1 du Cool, avec un flux d’air plus puissant.
Télécommande Dyson Pure Cool Me test review
Etant donné l’aspect « personnel » revendiqué par le Pure Cool Me (le « Me » dans le nom), Dyson aurait pu placer des contrôles directement sur son purificateur : placé juste face à vous sur un bureau, il est assez étrange de devoir utiliser une télécommande. Mais des contrôles auraient gâché la ligne ultra sobre de l’engin, alors on comprend un peu ce choix. De toute façon une fois votre réglage trouvé, vous pouvez juste allumer et éteindre l’engin avec son bouton de mise en marche à l’arrière.

Tiens, tant qu’on parle de l’alimentation : le cordon est amovible (c’est très bien), mais par contre le bloc secteur est très gros, il est aussi gros que le chargeur d’un robot Dyson 360 Eye : 11×6,5x4cm. C’est gros et c’est dommage que cette alimentation ne soit pas intégrée dans le ventilateur, mais on comprend aisément la raison : une alimentation ça chauffe (un peu, pas énormément) alors c’est plutôt contre productif de la placer dans un objet qui sert à rafraichir!
Alimentation Dyson Pure Cool Me test review
Parlons du filtre : pas donné en pièce de rechange (presque 60€), il est tout de même conçu pour durer, et ce n’est qu’au bout d’un an à raison de 12 heures par jour que le Pure Cool vous préconisera de remplacer le filtre. Ca fait donc quand même plus de 50 000 heures de fonctionnement (52560 heures pour être exact), et donc plutôt 4 années sans changer le filtre de si vous vous limitez à 3 heures de fonctionnement par jour.
Dyson Pure Cool Me test review
Conclusion
Vous cherchez un ventilateur silencieux et compact? Vous cherchez un purificateur d’air apte à assainir l’air que vous respirez dans un petit espace, par exemple à votre bureau? Le Dyson Pure Cool Me est la bonne solution : je ne vois pas de ventilateur (avec ou sans pales) qui serait aussi silencieux et efficace dans un si petit encombrement.
L’énorme avantage du Pure Cool Me, c’est son prix : le Pure Cool « normal », connecté, capable de détecter les polluants et de vous donner des rapports sur la qualité de l’air (qui peuvent être anxiogènes) débute à 549€ alors que ce Pure Cool Me, tout simple et un chouïa plus compact s’obtient pour la modique somme de 349€, soit le ventilateur/purificateur le moins cher chez Dyson (les ventilateurs/chauffages purificateurs Hot+Cool débutent eux à 649€).
Dyson a encore une longueur d’avance sur la concurrence, et pour une fois ça ne se paie pas excessivement cher parce que les fonctions sont limitées au strict nécessaire.

Le petit dernier à côté de l’ancêtre (Dyson Cool)

Les + :
+ Un ventilateur efficace…
+ …Mais aussi un purificateur
+ Très silencieux
+ Tarif raisonnable (car pas de fonctions connectées pas forcément utiles)
+ Ecran de contrôle élégant et intuitif
+ Télécommande fournie
+ Durée de vie du filtre assez longue
+ Indications très claires avec le petit écran circulaire

Les – :
– Seulement un bouton on/off sur l’appareil
– Télécommande très directive
– Bloc d’alimentation encombrant
– Plastique du volet
– Filtre de rechange pas donné : 60€