Sélectionner une page

test-heineken-the-sub-00
MàJ 7/2015 : Si vous voulez essayer, la promo Amazon à 199€ (ici : Krups VB650E10 The Sub Métal ) devient intéressante puisqu’il y a une offre de remboursement de 40€ en ce moment : à 159€, on peut commencer à prendre le risque, quitte à n’acheter des cartouches que de temps en temps. Si vous aimez le noir (ce n’est pas mon cas), il y a encore moins cher avec la machine à 160€ et une offre à 30€ (ici : Krups VB650810 The Sub Noir).

The Sub… A en croire le nombre de « j’aime » que mon premier article a récolté sur cette tireuse à bière nouvelle génération (79 à ce jour), vous êtes nombreux à être intéressé par cet engin d’un nouveau genre, signé par la star du design et nouvelle recrue d’Apple : Marc Newson. Alors rien que pour vous, je me suis sacrifié : j’ai vécu avec ce bel engin dans ma cuisine pendant quelques semaines, en consommant un peu plus de bière que de raison (mais l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, vous devez consommer avec modération). Je vous livre mon avis mousseux!

Design
En terme de design, le concept du Sub est particulièrement travaillé : le look horizontal compact est bien vu, le chargement de la Torp est ultra simplifié, les matériaux sont superbes (tout ce que vous pourrez toucher ou presque est en aluminium massif, dont la superbe poignée, bien solide) et des petits détails pratiques viennent mettre une cerise sur un gâteau déjà bien appétissant : les pieds sont des ventouses, donc impossible que le Sub ne bouge, le bac récupère-gouttes est aimanté pour bien se positionner sans effort et s’enlever d’un geste pour le nettoyage.
test-heineken-the-sub-01
Le seul et unique défaut à mes yeux est la taille de l’engin : je m’attendais à quelque chose de vraiment plus compact lorsque je l’ai découvert en photos. Là, le Sub prendra une place non négligeable chez vous, malgré une taille de Torp contenue, à peu près la place d’un gros robot pâtissier. Mais son look élégant ne jurera pas dans un intérieur épuré… Tant qu’il vous reste un peu de place.
En façade, un énorme levier façon sas de torpille (c’est le but) permet de déverrouiller le cylindre pour glisser la Torp.
En ce qui concerne le design de cette dernière, c’est là encore simplifié à l’extrême : un cylindre contenant la bière (il est en fait doublé à l’intérieur par une enveloppe souple qui sert à maintenir la pression), un capuchon qui s’enlève à la première utilisation et qui dissimule le tuyau qui va guider la bière. Attention à bien enfoncer ce tuyau dans la Torp, et SURTOUT à bien mettre en place jusqu’au fond du Sub l’autre extrémité, car c’est le seul élément qui sert de valve, et je dois vous avouer que ma première mise en place était problématique puisque la bière ne s’est pas arrêté de couler après m’être servi un verre!
test-heineken-the-sub-03

Performance
Je m’attendais à un système qui rafraîchirai uniquement la bière consommée, un peu à la manière d’une machine Nespresso qui ne chauffe que l’eau utile… Ce n’est pas le cas, et les pauvres cellules Pelletier doivent garder au frais tout le Torp de 2L. En fait, c’est normal, car vu que c’est de l’air qui est injecté dans la Torp pour créer la pression, en restant chaude, la bière aurait tôt fait de fermenter. Pour garder le Torp au chaud, il aurait donc fallu injecter un gaz neutre comme de l’azote, et vous n’aimeriez pas avoir une bonbonne d’azote supplémentaire à changer!
En temps normal, c’est discret (le ventilateur tourne au ralenti) et ça consomme peu, mais tout de même 15W en continu. A réfléchir si vous voulez constamment garder une petite Torp au frais. C’est en mode descente en température qu’on sent la relative inefficacité du système de refroidissement par contact (cellules Pelletier) : 6h pour descendre un Torp de 20°C à 2°C et 60W de consommation instantanée pendant toute cette phase.
Mais une fois que vous serez prêt à déguster, le résultat est plutôt réussi : la bière pression qui sort du Sub est de qualité, bien mousseuse même plus d’une semaine après la première ouverture, et une fraîcheur extrême (2°C, je vous l’ai dit plus haut!)
Notez qu’au moment du service, la pompe va se mettre en marche pour compenser la pression, et cette pompe est plutôt du genre bruyante, à peu près deux fois plus bruyante que celle d’une bonne vieille machine Nespresso. J’ajoute que je ne sais pas pourquoi, mais une des Torp testée (sur un total de 4 ou 5) dysfonctionnait et la pompe remettait un coup de pression un peu moins d’une fois par heure, et là, la pompe m’agaçait clairement! C’est vraiment sur cet aspect bruit (de la pompe et de la phase de refroidissement principalement) que le Sub nécessiterait d’être amélioré pour une expérience plus haut de gamme.
test-heineken-the-sub-04

La différence : le choix
Vous l’aurez compris à la lecture du chapitre précédent, je n’ai pas été totalement conquis par le Sub. Finalement, c’est une machine pression sympa, mais qui vous bloque chez un fournisseur : le groupe Heineken. En tant qu’Alsacien qui peut choisir parmi des dizaines, voire des centaines de bières des deux côtés du Rhin, autant vous dire que ça limite pas mal le choix.
Mais au fur et à mesure des nouvelles Torps disponibles, mon avis a commencé à changer : The Sub devient un vrai Nespresso de la bière en jouant la carte de la découverte et de la dégustation : Heineken, Affligem Pelforth et Desperado, ça ne fait pas rêver, d’autant plus que les prix des Torps sont du genre à vous dégoûter du système Sub : 9,25 € la Torp de 2 litres d’Affligem, soit 4,63€ le litre alors que la promo de septembre d’un supermarché du coin me proposait la même bière en bouteille à 1,77€ le litre!!!! Heineken a bien compris le principe Nespresso : vendre un produit pas cher à prix d’or. Le business des cartouches d’encre en résumé…
Mais là où The Sub commence à faire la différence, c’est dans les goûts exotiques. Vous pouvez d’ores et déjà commander des Torps de Wieckse, une bière blanche hollandaise fruitée très fraîche et légère, que vous aurez du mal à trouver en France. Et très bientôt, c’est la bière de Singapour, la Tiger, qui fera son entrée dans la gamme, après l’italienne Baffo d’Oro. Si ça continue comme ça, le Sub va prendre plus d’intérêt, en permettant de voyager dans sa cuisine. Parce que personnellement, je n’ai jamais goûté de Tiger autre part que dans la moiteur chaude de Singapour!

Conclusion
Le Sub fait tout pour vous aguicher : design superbe signé Marc Newson, aluminium massif partout ou presque, relative compacité, praticité d’emploi avec son chargement ultra simple et ses Torps qui se préraffraichissent au frigo…
Mais ne vous y trompez pas, le Sub est loin de la perfection : on aurait aimé un système de refroidissement plus rapide lors de l’insertion d’une Torp chaude (6h si votre Torp est à 20°C, c’est vraiment long!), on aurait aimé qu’il soit plus silencieux (en mode descente en température mais aussi la pompe au moment du service), et on aurait aimé ne pas subir des prix excessifs pour les Torps. Clairement, la stratégie tarifaire Nespresso, ça marche avec des petites dosettes miniatures de café, mais avec des cartouches de 2 litres, on a vite fait de voir que le prix au litre est exagéré face à de simples bouteilles (et je ne parle pas de la comparaison avec les fûts de 5 litres).
N’oubliez pas que si vous investissez dans un Sub, vous êtes limités aux productions de Torp du groupe Heineken. Autant le système paraît inintéressant pour vous payer des Heineken ou Pelforth pression à prix d’or, autant quand c’est de la Wieckse, de la Baffo d’Oro ou de la Tiger, bières quasi introuvables en France, le système devient déjà plus attrayant.
Pour conclure, je pense que le Torp, par ses dimensions et le choix, c’est bien, les prix beaucoup moins bien, et le Sub pourrait être amelioré : plus compact, moins bruyant.
test-heineken-the-sub-08

Les + :
+ Style réussi
+ Matériaux de qualité (aluminium massif)
+ Taille de la Torp parfaite pour un frigo, même dans la porte
+ Certaines marques de Torp sont introuvables en France en bouteille (Wieckse, Baffo d’Oro ou Tiger)

Les – :
– Sub bruyant en mode refroidissement
– Plus de 6h pour rafraichir une Torp à température ambiante
– Pompe bruyante au service
– Système de robinet du Torp pas forcément fiable (il peut un peu bouger et dysfonctionner si vous ne l’avez pas bien poussé au fond du support)
– Consommation de 15W en continu, 60W en rafraîchissement

test-heineken-the-sub-05