Sélectionner une page

test Parrot Flower Power
Ah, les plantes… Des êtres vivants qui contrairement à presque toute autre forme de vie domestique n’ont pas trouvé de moyen clair d’exprimer leurs besoins vitaux à leurs maîtres humains… Autant vous dire que pour un geek moyen, difficile de remarquer que les plantes de chez moi souffrent en silence. Du coup, j’avais vraiment envie de tester le Flower Power, premier gadget connecté sensé me donner la main un peu plus verte.

Design
Pour le Flower Power, je pense que les petits designers de Parrot ont vraiment vu juste, si l’on adhère à la philosophie globale de l’engin, mais ça je vous en parlerai plus tard…
En effet, le tracteur est assez compact (sauf si votre plante est vraiment minuscule, il sait se faire vraiment très discret, et quand on le choisit dans la couleur verte, il disparait vraiment complètement. Vous pouvez au contraire jouer le contraste en optant pour l’un des autres coloris proposés, toujours dans des tons doux assez végétaux.
test Parrot Flower Power
Le Flower Power ressemble à une plante en Y à deux branches, l’une accueille l’unique pile AAA (qui tiendra sûrement une année complète si vous ne passez pas votre vie à vous connecter au capteur), et l’autre est surmontée d’une demi sphère translucide : le capteur de luminosité. A l’autre bout, la racine est en fait une double tige métallique qui sert à mesurer les données de la terre (taux d’engrais et d’humidité).
Là où l’engin est un peu moins sexy, c’est sur sa finition et ses matériaux : le plastique fait vraiment cheap, le tout est un peu léger pour faire sérieux, et j’ai peur que des infiltrations d’eau abîment définitivement un Flower Power placé en extérieur ou soumis à un arrosage indélicat. Mais ce ne sont que des craintes car je n’ai jamais eu de souci après plusieurs mois en extérieur… A suivre.
Notons une mention spéciale pour le packaging qui pourrait sûrement remporter le prix de l’emballage le plus fun de la décennie : le petit objet en forme de plante est vendu dans un blister translucide, gentiment planté dans un pot en carton. C’est très chou, ça va bien avec le nom de l’engin, et ça change des boites au look ultra clean façon Apple que tous les constructeurs d’objets connectés essaient de copier.
test Parrot Flower Power

Performance
Le Flower Power est sûrement l’objet connecté le plus simple à mettre en marche que j’ai pu tester. Etant donné qu’il ne se connecte qu’en Bluetooth, directement à votre smartphone, il ne faut rien paramétrer : on place une pile, on lance l’application Flower Power avec le Bluetooth allumé, et c’est tout! Le capteur est immédiatement détecté et commence à collecter les données.
test Parrot Flower Power
Il faut évidemment renseigner quelle plante surveille le Flower Power, et pour cela il suffit de choisir une plante dans une base de données incroyablement riche. Je pensais que rien ne manquerait dans une telle liste de plante, mais il fallait bien que ma pauvre Aloé Vera n’apparaisse pas. Dommage, mais vu que je n’y connais pas grand chose, les paramètres de l’Aloé Maculata (ou Aloe Sponaria) semblaient parfaitement faire l’affaire. Et vu que dans les notes historiques concernant cette plante (oui, la base de données va même jusqu’à vous raconter quelques anecdotes sur les Egyptiens), on parle de l’Aloe vera, je pense qu’on parle effectivement de la même plante.
A partir de là, vous n’avez plus grand chose à faire à part lancer l’app Flower Power de temps en temps pour checker les données vitales de votre compagnon à feuilles et/ou à fleurs. Et oui, c’est le défaut de la connexion Bluetooth : si votre plante meurt de faim, le Flower Power ne vous dira rien tant que vous ne lancez pas l’application pour synchroniser toutes les données. Les données, parlons-en : toutes les données imaginables ou presque sont disponibles : taux d’humidité du sol, taux d’engrais, taux d’ensoleillement et température. Le tout est affiché sur des courbes permettant de suivre les paramètres sur la durée de son choix. Plus original, une fonction « live » affiche les données en temps réel. Pas forcément indispensable vue l’inertie des actions que vous pourrez faire sur vos plantes, mais ça peut éventuellement servir à faire des dosages fins sur l’eau ou l’engrais, ou de choisir l’endroit à l’ensoleillement parfait pour vos plantes fragiles.
test Parrot Flower Power
Je vous parlais plus haut de la philosophie globale du Flower Power, et c’est là que j’ai un petit doute : l’engin est pratique, suit bien la plante avec laquelle on l’a couplé, mais si l’on n’a pas envie de mettre un trackeur dans chaque plante, on va vite passer son temps à faire voyager le Flower Power d’un pot de fleur à l’autre… Alors qu’il est plutôt conçu pour un usage sédentaire (ou pas, mais le fait que le mode live ne fonctionne qu’au bout de plusieurs minutes confirme cet aspect). C’est finalement plus d’un capteur portable, connecté à l’iPhone, que j’aurai eu besoin, une sorte d’engin capable de scanner les besoins de mes plantes aussi vite qu’on scanne un code-barre au supermarché. Mais ça n’existe pas et ça aurait été vraiment plus cher que les technologies ultra simples mises en oeuvre dans le Flower Power (qui n’a pas déjà bricolé un petit capteur d’arrosage pour ses fleurs? C’est un montage électronique de niveau école).
flower-power Parrot

Conclusion
A l’usage, le Flower Power s’est avéré être un gadget assez utile : me rappelant d’arroser certaines plantes, ou m’informant de l’état de santé d’une autre qui montrait des signes de fatigue, tout en ne consommant pas grand chose (avec du coup l’inconvénient de ne pas être connecté en continu à votre réseau, mais seulement à la demande au Bluetooth), c’est le genre de petit objet à 50€ qui peut vous aider si vous n’avez vraiment pas la main verte. Par contre, je ne me vois pas m’équiper de plusieurs de ces engins, je l’ai donc placé successivement sur plusieurs plantes, et finalement, j’ai rêvé d’un Flower Power encore plus malin, une sorte de capteur connecté à son smartphone qui permettrait de « scanner » chaque plante pour obtenir des données du type de celles du Flower Power, mais à la volée. Ce serait assez génial, mais beaucoup plus complexe (et cher) à concevoir. Alors avec son prix placé sous la barre des 50€, le Flower Power sait déjà faire pas mal de choses et devrait combler pas mal de jardiniers en herbe.

Les +
+ Look agréable et discret
+ Donne tous les paramètres possibles (température, humidité, dose d’engrais et ensoleillement)
+ Alerte si la plante a besoin de quelque chose
+ Autonomie élevée avec une simple pile AAA
+ Courbes de suivi journalières, hebdomadaires ou mensuelles, mais aussi courbes temps réel
+ Prix contenu (rares sont les objets connectés sous les 50€)
+ Emballage très fun (ok, au quotidien ça ne vous sert pas à grand chose)

Les –
– Plastique de faible qualité
– Il faut se connecter à la plante pour connaître ses besoins, pas de connexion continue

flower power Parrot