Sélectionner une page


On connaissait la volonté de Pleyel de confier ses pianos aux artistes et designers contemporains (par exemple avec le merveilleux piano signé Peugeot Design Lab), et on connaissais bien Maarten Baas pour son univers décalé et sa tendance à vouloir brûler les meubles…
La suite est logique, impressionnante mais logique : un piano brûlé signé Maarten Baas pour Pleyel. Son nom? Le Smoke Pleyel.

Autant il était presque facile de calciner partiellement des meubles pour leur conférer ce style si particulier, autant, pour un piano, une pièce particulièrement technique, entre particularités précises de résonance et tension mécanique, il fallait faire attention à ne pas altérer l’acoustique par ce procédé. La carbonisation s’arrête donc aux parties visibles et ne touche pas les éléments techniques du piano.
Le résultat est réussi aussi bien esthétiquement que techniquement : le piano sonne juste, et il impose sa masse calcinée comme une oeuvre d’art de grand format, une oeuvre limitée à 8 exemplaires.
Vous pourrez admirer ce piano d’exception, ainsi que son tabouret coordonné, mais surtout l’écouter, lors de l’événement AD Intérieurs 2013, du 7 au 22 septembre à l’Hôtel de Miramion (Enclos des Bernardins 47, quai de la Tournelle, Paris Vème)