Sélectionner une page


On avait découvert l’année dernière que Pleyel se lançait dans la fabrication de meubles très haut de gamme, on avait craqué au passage sur le tabouret Wonderful Archie. Preuve que le design associé au savoir-faire français se vend, cette année, Pleyel n’a pas fait les choses à moitié en conviant une belle sélection de designers, ultra connus ou en passe de le devenir (entre autres Noé Duchaufour Lawrance, Alice Etcaetera, Olivier Gagnère ou encore Patrick Norguet) pour créer une véritable collection de meubles. On s’est donc retrouvés avec certains designers de cette nouvelle collection dans l’atelier de Saint Denis, où le bois prend toutes les formes imaginables.


Collection de meubles, mais aussi meubles de collection, car la manufacture de pianos a laissé carte blanche aux créateurs avec une seule demande : l’utilisation des savoir faire de Pleyel. Les pièces qui résultent de cette nouvelle collaboration sont de véritables oeuvres d’art.

Je m’attendais à voir beaucoup de travail manuel, et c’est vrai que pour le cintrage du bois ou la fameuse application de la laque Pleyel et ses inombrables couches, tout est fait à la main. Mais Pleyel, c’est aussi l’utilisation des dernières technologies d’usinage numérique. Ainsi la table Monk de Noé Duchaufour Lawrance, inspirée des bols de moines tibétains, prenait forme sous nous yeux, fraisée par un bras robot enfermé dans une enceinte remplie de sciure de bois (la seule étape d’usinage demande 25h).

Alors que la manufacture a embauché jusqu’à 800 personnes quand elle était encore concurrente des fabricants asiatiques, il ne reste désormais plus qu’une quinzaine d’employés qui travaillent à Saint Denis dans ce qui est désormais la dernière manufacture de pianos française, et la plus ancienne du monde. Le choix d’un prositionnement dans le très haut de gamme en ne produisant plus que des pianos d’exception sur commande a sauvé cette maison labellisée « entreprise du patrimoine vivant ».

L’ébénisterie de meubles d’exception est un développement naturel pour mettre en valeur et poursuivre le savoir faire Pleyel. Pour se convaincre de l’excellence de la fabrication Pleyel, il suffit de regarder la table de Noé Duchaufour Lawrance, où la laque extérieure passe d’un rendu totalement brillant au mat sourd sans aucune transition apparente.

Il suffit aussi de caresser les sublimes tables d’Alice Etcaetera, à l’unique toucher ivoire, et dont la ligne de laque noire est parfaitement intégrée au même niveau que les parties en frêne olivier (un bois européen), alors qu’elle nécessite une dizaine de couches de laque supplémentaire…

Dernier exemple : les miroirs tryptiques de Patrick Norguet vous permettront de découvrir les galbes voluptueux que Pleyel sait donner au bois.

Ces réalisations sont tout simplement admirables à tout point de vue, entre beauté plastique et maîtrise technique. Tout est fait sur commande, personnalisable dans les dimensions et les finitions. La bonne nouvelle c’est que ce n’est qu’un début, d’autres pièces seront encore dévoilées cette année… Si vous regardez mes photos, vous pourrez apercevoir quelques éléments qui ne sont encore qu’au stade de prototype…