Sélectionner une page


On vous avait déjà présenté le système multiroom Sonos avec les ZP90 et S5 (renommés Play:5), on avait craqué pour la simplicité d’installation, l’interface agréable (sur iPad principalement, la télécommande étant un plus agréable pour un accès immédiat au système, mais vraiment chère), la qualité globale du son (sortie numérique sur ZP90, sortie analogique respectable, et rendu vraiment satisfaisant sur le Play:5) ou la possibilité de tout faire fonctionner avec ou sans fil. Aujourd’hui, c’est la nouvelle petite enceinte compacte et autonome de Sonos qu’on teste : la Play:3 (rien à voir avec une console de Sony!).



Design
Circulez, il n’y a rien à voir! C’est un peu le mot d’ordre de la Play:3, qui réduit son allure au strict nécessaire, c’est à dire une minuscule enceinte plus profonde que large (dimensions 268x160x132mm, pour tout de même 2,6kg sur la balance). On oublie les connexions, réduites au minimum : une prise 220V, une unique prise ethernet (tous les autres produits Sonos en ont deux, histoire de les chaîner, dommage). Plus étonnant : un pas de vis au format photo permet de fixer l’enceinte sur un support… A condition d’avoir un support à ce format, puisque ça ne court pas les rues et que Sonos n’en propose pas. Ca reste utile puisque c’est un standard. Enfin, les trois boutons traditionnels chez Sonos (mute, volume + et -) ornent le dessus (ou côté) de l’enceinte.
On apprécie tout de même la finition soignée, le choix d’une grille aluminium en façade, plus durable qu’un tissu, et la possibilité de la choisir en blanc ou en noir, histoire de la fondre dans le paysage.

Performance
C’est une tradition chez Sonos, les enceintes « tout en un » sont réglées par défaut avec le loudness… Choix discutable, mais souvent « vendeur » en magasin pour le grand public. Une fois ce réglage désactivé, on peut commencer le test de l’enceinte.
Le son produit est surprenant pour quelque chose d’aussi petit : l’ampli de classe D fait des merveilles et on peut pousser le son assez fort avant de sentir une saturation. Par contre, au niveau musicalité, les contraintes d’un si petit coffret sautent aux oreilles : elle peut faire boum boum, mais ne descend évidemment pas très profondément dans les graves, qui souffrent d’un manque flagrant de définition. Les aigus sont plutôt bien restitués, par contre on manque clairement de médiums. Il en résulte une sonorité correcte mais sans panache, manquant de profondeur et de relief.
À noter : l’enceinte est dotée d’un capteur d’orientation pour ajuster sa sonorité selon son orientation, et ainsi la passer en mode mono en vertical, ou stéréo en horizontal. Sur le papier, c’est bien pensé, mais en pratique ça ne change pas grand chose puisqu’en position horizontale, l’effet stéréo est inexistant.
En parlant de stéréo, Sonos a eu la bonne idée de conserver la possibilité (comme sur le Play:5) de combiner deux Play:3 pour disposer d’une vraie stéréo, chaque enceinte étant pleinement dédiée à un canal, mais cette solution alourdit considérablement l’addition.
Enfin, agréable surprise, le Play:3 voit sa consommation électrique considérablement réduite par rapport au Play:5 : environ 3,5W en veille au lieu de 7W (Play:5). Ca reste élevé, mais c’est le coût d’une installation directement accessible (pas de temps de démarrage). En fonctionnement, il est à peine plus gourmand, ne dépassant pas les 8W.


Conclusion

L’enceinte Play:3 est une belle petite addition au système Sonos pour ceux qui en possèdent déjà un et souhaitent l’étendre, mais elle ne fera pas craquer les nouveaux venus à cause d’une musicalité clairement en retrait de sa grande soeur Play:5. Offrant un son tout à fait correct pour sa petite taille, elle trouvera facilement sa place dans les plus petites pièces d’une maison déjà équipée Sonos. On notera tout de même que pour son prix (299€), elle offre une expérience utilisateur bien plus agréable que la majorité des docks iPod de prix comparable, l’évolutivité en plus.

Les + :
+ Compacité
+ Petite mais puissante
+ Prix abordable
+ Consommation électrique réduite par rapport au reste de la gamme
+ Possibilité d’en utiliser 2 comme paire stéréo

Les – :
– Pas d’espoir d’avoir le moindre effet stéréo avec une si petite enceinte
– Connectivité limitée (pas de prise casque, simple prise Ethernet)
– Qualité sonore en retrait par rapport à un Play:5 (normal, vu la taille)
– Consommation en veille toujours relativement élevée (3,5W)

[adfever type= »product » value= »18840548″]