Sélectionner une page


Fréret-Roy, c’est une adresse connue pour diisign.com, mais pas forcément pour tout le monde. Une adresse de connaisseurs. On aime passer voir cette petite boutique d’horlogerie/bijouterie située litéralement à deux pas de la place Vendôme pour partager notre passion de l’horlogerie avec son propriétaire, un vrai dingue de belles montres. Si Michel Fréret-Roy n’en était pas à son coup d’essai pour la création de produits (il a déjà signé de très belles bagues et pendentifs dans sa ligne de bijoux, mais au look un peu trop classique pour jouir d’un label « diisign »), il semble que le virus de l’horlogerie était trop profondément enfoui dans son sang (la famille Roy a ouvert une manufacture horlogère en Suisse en… 1818) pour qu’il ne se lance dans la création de montres.

Amoureux de belles pièces mais lassé des prix stratosphériques des grandes maisons (on l’est tous un peu), Fréret-Roy attaque un segment de marché un peu délaissé : la belle mécanique à prix abordable. On regrettera un peu le mouvement d’origine ETA (un Unitas 6498, mécanique à remontage manuel, un classique) -et personnellement je ne suis pas un grand amateur des index façon « clous »- mais le cadran squelette de sa première ligne « Coeur Ouvert », son boîtier de 43mm en acier satiné et poli, et le traitement très moderne de l’ensemble font oublier ce petit manque de noblesse. C’est beau, sobre, l’accent est mis sur la belle mécanique, les dimensions sont contenues, ça nous rappelle la Maurice Lacroix Masterpiece Squelette… En bref, les montres Coeur Ouvert séduisent.
Pour ce qui est des prix abordables, la collection débute à 2000€. Difficile de trouver un squelette élégant à ce prix (la Masterpiece Squelette vaut environ trois fois plus, par exemple).