Sélectionner une page


Au fil des éditions, le concours de design Electrolux confirme qu’il est l’un des concours les plus inspirés qu’on puisse voir. On découvre chaque année des propositions prospectives bien souvent irréalisables, mais qui offrent un nouveau regard et de nouvelles pistes de réflexion pour développer l’électroménager en l’adaptant aux usages de l’époque. Le sujet du concours cette année était la « mobilité intelligente » en matière d’électroménager. Difficile de faire plus vague…
La finale du concours n’aura lieu qu’en septembre à Londres, mais Electrolux a déjà publié la liste des 25 semi-finalistes. Voici une petite sélection de futurs potentiels lauréats de cette édition 2011.
Pour commencer, une constatation générale : la batterie est un objet de fantasme pour les étudiants designers… Loin d’une réalité technologique, on retrouve beaucoup de « batteries à cristaux de sucre » cette année, pourquoi? Sûrement parce que le vainqueur de l’année dernière avait « utilisé » cette technologie (il semblerait qu’elle ait une légère base réelle via un prototype Sony qui n’a jamais pu alimenter grand chose…). On trouve aussi des batteries « pas plus épaisses qu’une feuille de papier qui fonctionnent et se rechargent grâce à l’eau présente dans l’air »… Ou même « des batteries en papier » (n’oublies pas que tu travailles sur une maquette, jeune designer!) Tout un programme.
Passons à notre sélection :

On commence petit avec la portable washing machine (ci-dessus), qui sert à détacher localement vos vêtements. Plutôt pratique en voyage!
Dans la catégorie machine à laver portable, on passe à la vaisselle, avec un projet ultra écolo, et finalement assez réaliste : « il suffit de placer les couverts et la vaisselle dans ce petit lave-vaisselle circulaire, d’ajouter du liquide-vaisselle et de l’eau, de fermer le couvercle et de faire tourner la poignée placée sur le côté. L’intérieur effectue un mouvement de rotation qui lave la vaisselle efficacement et sans effort. Ouvrez ensuite la petite trappe située en dessous pour laisser l’eau s’évacuer. Pour sécher les assiettes par la force centrifuge, donnez quelques tours de manivelle supplémentaires. »

On reste dans la machine à laver, en moins portable, avec MyWash, qui nous fait remarquer que les étudiants sont toujours les premiers à proposer des bonnes solutions aux problématiques des collocations… L’idée est toute simple : les paniers à linge sont directement utilisés comme tambour de la machine. En plus le statut du lavage est transmis au smartphone de l’utilisateur qui n’a pas à rester à côté de la machine. Pourquoi pas?

Dans le domaine de la cuisson, on a d’abord repéré le Sous-vide cell cooker (ci-dessous), une unité de cuisson sous vide murale tout en rondeur. L’idée est de succomber à la mode de la cuisson longue durée sous vide avec cet appareil qui « s’accompagne de logiciels Internet et smartphone permettant de programmer votre menu une semaine à l’avance, tout en vous aidant à préparer la liste des ingrédients nécessaires. Les aliments sont scellés dans des sacs en plastique sous vide et maintenus dans un bain d’eau (72 heures n’étant pas un temps de cuisson inhabituel, par exemple) à une température précise et nettement inférieure à celles habituellement utilisées dans la cuisine, généralement autour de 60°C. L’objectif est de ne pas dénaturer les ingrédients et d’arriver à un contrôle extrêmement précis de la cuisson. »

Mais notre coup de coeur va à WarmNCool, un produit conçu pour stocker et réchauffer les aliments. Pourquoi on craque? Pas pour son design épuré, bien que très réussi, mais pour le principe de faire fonctionner unité de froid et de chaud en symbiose : à l’heure où l’on recherche l’efficacité énergétique, il paraît criminel de laisser inutilisée la chaleur dégagée par une unité de froid (votre frigo par exemple…) Ce principe risque de débouler dans nos cuisines assez vite. Sûrement pas sous cette forme, peut-être pas pour le même usage, mais c’est le sens de l’histoire.

Vous aimez les chaud-froid? Avec Ribbon, on reste dans la même thématique, et malgré les apparences, je suis persuadé qu’on pourrait tenter d’en faire un prototype fonctionnel (via effet Pelletier… Batterie « utopique » en moins, sans l’ambition de cuire mais seulement de réchauffer et refroidir) : « La face noire transmet de la chaleur, tandis que la face blanche refroidit. On peut l’enrouler, l’emporter avec soi ou même en assembler plusieurs pour faire office de plaque chauffante. Des commandes placées sur les côtés en facilitent l’utilisation. La batterie cellulaire thermoélectrique rechargeable permet aussi une inversion du processus de chargement : les cellules, quand elles ne sont pas utilisées, peuvent reconvertir la chaleur en électricité. »

Et pour le froid, il y a ce sac « Intelligent Mobility Scale Bag » dont les cellules solaires qui le recouvrent permettent de réfrigérer l’intérieur.

Enfin, dans la série des gadgets, notons le blender Smoobo (photo en tête d’article) qu’il faut jeter et faire rebondir pour faire fonctionner, et le grille-pain « Salvé Bagel Toaster » (ci-dessous) qui ne grille que des bagels, de façon rotative… Absolument inutile mais ludique!