Sélectionner une page


Je reviens de l’Observeur du design (cité des sciences, d’aujourd’hui au 13 mars 2011), où une fois encore la sélection est vaste mais contient quelques perles (il y a aussi quelques erreurs de casting). Pour commencer la série (des perles, pas des erreurs de casting), voici On/Off une peinture révolutionnaire (qui a bien méritée son étoile de l’Observeur du design) : utilisée en sous-couche (ça veut dire que vous pouvez la recouvrir du papier peint ou de la peinture que vous voulez, elle permet de servir d’interrupteur simplement en la touchant.

Vous pouvez l’essayer sur un bout de mur à l’expo : c’est bluffant. Si l’on considère que l’idéalité d’un objet est remplie quand on peut réaliser une fonction tout en se passant de l’objet lui-même (notez bien ça, vous lecteurs qui venez sur diisign à l’affut des derniers objets à acheter, le mieux, c’est de savoir s’en passer!!), et bien On/Off est tout simplement l’interrupteur idéal. La partie électronique tient dans un boîtier encastré standard, et si vous voulez réaliser un va-et-vient très vite, il suffit de peindre une bande de cette peinture d’un bout à l’autre de la pièce (en plus on peut en profiter pour réaliser quelques effets de style en mettant en valeur cette bande au lieu de la cacher). Pratique, non?
En plus, c’est totalement sans danger puisque ça fonctionne sur une technologie capacitive. Idéal, on vous l’a dit.

Signé Quarks design et produit par 3,14 innovations, cette peinture devrait arriver chez les distributeurs début 2011. Côté positionnement prix, rien n’est encore statué, mais on ne peut que leur conseiller de cibler un prix abordable pour que les masses l’adoptent.