Sélectionner une page


Whirlpool a présenté la semaine dernière sa version de la cuisine écologique : GreenKitchen 2.0 (la version 1.0 ayant été présentée en 2008 au sommet de Copenhague). Ce concept est beaucoup plus réaliste que la version home farming de Philips, et c’est une quasi déception de savoir qu’elle ne sortira qu’en 2012, tant ce concept semble abouti. Ici, pas d’organismes biologiques intégrés, mais un usage intelligent et réduit des ressources énergétiques, pour réduire la consommation de 70%.
Le principe de cette cuisine à l’apparence presque banale est d’interconnecter les appareils classiquement autonomes de la cuisine pour réduire les pertes énergétiques : l’énergie de chaque appareil est récupérée par un autre. Au centre de l’îlot, on trouve l’innovant H2O Cooking, une très prometteuse cellule de cuisson combinant induction et vapeur, directement connecté au réseau d’eau et annoncée comme très efficace énergétiquement.

En parlant d’eau, celle de l’évier est purifiée et recueillie dans un réservoir disponible sous l’évier, pour arroser les plantes par exemple, mais elle est aussi utilisée par le lave vaisselle pour économiser jusqu’à 7 litres d’eau par cycle, ce qui représenterait une économie d’environ 2000 litres d’eau par an. Il est prévu à terme de pouvoir connecter GreenKitchen 2.0 au compresseur du réfrigérateur, pour que ce dernier réchauffe l’eau en usage dans le lave vaisselle, permettant une économie de 20% d’électricité.
Un distributeur d’eau « 4Pure » est aussi intégré à l’évier, histoire de proposer une eau filtrée, pour consommer moins d’eau en bouteille.

Le four intégré m’intrigue particulièrement : Whirlpool parle d’un four à induction, consommant 30% d’énergie en moins et permettant de cuire plus vite (mais tous les modes de cuisson possibles sont disponibles : basse température, grill, vapeur, rôtissoire)… Tout un programme, qu’on aimerait bien pouvoir tester prochainement!

Ce n’est pas tout, GreenKitchen 2.0 sera livrée avec un panneau solaire thermique (développé en partenariat avec Energround) permettant de chauffer l’eau du lave vaisselle ou du lave linge, même en hiver, pour réduire de 70% leur consommation énergétique. La forme parabolique des réflecteurs doit permettre de l’utiliser n’importe où, tant qu’il est au soleil, même en hiver.

Enfin, Whirlpool a pensé au côté didactique en ajoutant un écran de suivi « Whirlpool Resource Assistant » permettant de contrôler la consommation électrique de la cuisine, mais aussi la consommation nationale, histoire de responsabiliser les utilisateurs en affichant les pics de consommation (en espérant qu’ils réduisent leur dépense énergétique à ces moments). Si en plus ce petit écran pouvait servir à chercher des recettes sur internet, ce serait parfait!

Je dois tout de même vous avouer une déception dans le tableau plutôt idylique de cette cuisine : je regrette son look ultra clinique blanc immaculé : pour moi une cuisine doit avoir quelque chose de chaleureux, c’est un lieu de convivialité et pas un laboratoire…

En résumé, Whirlpool tient là un concept très intéressant de cuisine écologique vraiment pragmatique. L’interconnexion permet non seulement de réduire considérablement les dépenses énergétiques, mais aussi de pousser les consommateurs à s’équiper uniquement chez ce constructeur, pour que tout fonctionne… Pourquoi pas, si c’est efficace. Le concept est très prometteur, rendez-vous en 2012 pour savoir si Whirlpool tiendra ses promesses environnementales!