Sélectionner une page


Ruby…
Quand Marc m’en a parlé, ça me disait bien quelque chose mais quand il m’a montré une photo j’ai dit « Oui mais bien sûr : Les Ateliers Ruby et le fameux casque Pavillon de Jérôme Costes ! »
Tous les motards ont déjà croisés ces casques sur un présentoir de concessionnaire ou en magasin spécialisé. Une marque de fabrique ? Un design vintage et une finition très soignée.
Pour les motards un casque c’est la vie, et son achat prend souvent autant de temps que l’achat de la moto. On peut dire que le casque est l’équipement le plus précieux du motard et à ce titre nombre de critères techniques ou esthétiques peuvent être pris en compte.

Choisir le Pavillon, c’est avant tout privilégier l’esthétique old school avec une forme simple et dépouillé qui met l’accent sur la couleur et la décoration. Et de ce côté là un large choix de peintures sont proposées pour coordonner l’accessoire à sa moto, mais aussi à sa propre personnalité. Forcément quand on regarde les couleurs et l’esprit du casque on vise les motards qui possèdent des motos de caractères ou ceux qui veulent exprimer leur originalité par le biais du casque tout en conservant une moto neutre. On pourrait penser que le Pavillon est destiné à ceux qui privilégient l’esprit à la performance, mais pas si vite….
En effet le pavillon, fait l’impasse sur une multitude d’appendices recherchés par les pragmatiques. Pas de visière, pas de ventilation directe, mousses non démontables et non lavables, mais est-ce vraiment important ?
=> Oui ! diront les utilisateurs quotidiens de 2 roues qui parcourent le bitume été comme hiver et qui tous les 300 kms luttent pour nettoyer leur casque en hiver et bataillent pour enlever les moustiques et les traces de pollution en été.
=> Mais pour LA cible, un bobo à moto, un nostalgique, une personne qui le goût de l’authenticité, la réponse est Non ! Surtout que le Pavillon ne manque pas de qualités : coque en carbone (poids du casque 970 grammes), intérieur antibactérien et anti-odeur en cuir d’agneau (dommage qu’une finition noire du calotin ne soit pas disponible), grand confort assuré par 3 mousses de densités différentes, canaux de ventilations pour évacuer l’air chaud, attaches en titane… et bien sûr tous les aspects esthétiques qui nous font craquer chez diisign : une forme unique laissant apparaître une épine dorsale à la manière des casques de pompier, un jonc chromé, une finition irréprochable du calotin en cuir nappa et une palette de couleur à faire pâlir un arc en ciel.
Cerise sur le gâteau, le packaging du casque est vraiment sympa, c’est un véritable écrin à bijoux, pour un Ruby ça semblait évident….

Pour rester dans le domaine du luxe il ne faut pas oublier que le prix du casque rebutera ceux qui souhaitent un couvre chef fantaisie car faut-il le rappeler le produit n’est pas fantaisiste et à environ 600 euros c’était la moindre des choses.
Sinon le petit frère du Pavillon vient d’arriver : le Belvedere, un jumeau avec une visière.


Personnellement la visière du Belvedere accentue le style décalé du casque qui ne manquait déjà pas de caractère en version Pavillon… En finition visière fumée (ma préférée comme sur la photo), j’irai même jusqu’ à la comparer au casque des Daft Punk (qui d’ailleurs sont disponibles à la vente 65 000 $….). Cependant un test grandeur nature ne ferait pas de mal car sur les photos je ne distingue aucun joint en caoutchouc pour assurer l’étanchéité entre visière et casque. A vérifier aussi le « crantage » des différentes positions d’ouverture. Je sais je vous agace avec mes réflexions de grand père pratiquant la maquette au 1/ 100 mais vu le prix en comparaison de la concurrence nous devons être exigeant. Ruby jouant dans la cours du style avant tout, je regrette l’utilisation d’une cinématique de la visière peu innovante. Le Boxer de chez Roof avait à son époque marqué les esprits. Sauf qu’aujourd’hui je rêve du casque à rayures rouges visière noire….

Pour conclure, qu’importe le Ruby que vous choisirez cause  » Ruby, it’s you !  » (cf .Ray Charles).