Prix du design durable : diisign nominé avec Flow

Prix du design durable : diisign nominé avec Flow

Preuve que je ne fais pas que critiquer le design des autres et que je mets aussi la main à la pâte, l’urinoir écologique Flow que j’ai dessiné et vous avais présenté ici (où là, en anglais) fait partie des nominés au prix du design durable Coca-Cola/Neoplanète (le jury était prestigieux, avec entre autres Pierre Cornette de Saint Cyr et Ora Ito, Stéphane Thebaut, Yolaine de la Bigne, directrice de la publication de Neoplanète ou Fabrice Peltier, le créateur de la Design Pack galerie – merci à eux et aux autres membres!). Notre démarche de faire beau pour vendre de l’écolo est désormais reconnue et labellisée! On est toujours à la recherche de partenaires maîtrisant la plasturgie pour continuer à développer et pouvoir produire l’engin : si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à nous...
Suspension /Cut by diisign

Suspension /Cut by diisign

Petite pause dans la critique pour soumettre l’un de mes projets personnels à la critique… Cette fois-ci j’avais travaillé pour une maison haut de gamme basée en thaïlande. Ce qui m’avait marqué? Un travail impressionnant sur le galuchat et de nombreux objets dorés à la feuille d’or. Le tout avec un design assez classique, mais tout de même teinté de modernité, dans un petit quelque chose d’intemporel. J’ai donc utilisé l’ADN et le savoir faire de cette maison pour proposer un objet luxueux, intemporel, mais avec ma petite touche de technologie. C’était en février 2009. Depuis, le projet a hélas été abandonné, mais il reste totalement d’actualité et cherche un éditeur. Il y aura alors moins de galuchat, mais sûrement autant d’or. Il s’agit donc d’une lampe à LED. Défaut principal de la LED haute luminosité? Sa lumière d’un blanc trop froid. Alors comment obtenir un blanc chaud… L’idée de /Cut est de ne pas placer de filtre coloré sur les LED ou d’utiliser des LED jaunes en complément, mais de réfléchir la lumière trop blanche des LED sur de l’or. /Cut, éclaire donc par la chaude lumière de l’or… Un peu prétentieux, mais le résultat est sympathique. Mais puisqu’on parle de luxe, je n’ai pas voulu me limiter aux matériaux, j’ai aussi voulu donner quelque chose de magique à /Cut : de l’extérieur, on pense à une suspension très classique, une ampoule au milieu, un abat-jour autour, coupé de fine fentes (d’où le nom de la lampe), doré à la feuille d’or au milieu, recouvert de galuchat à l’extérieur. Mais si l’on regarde de plus près, on remarque...
Un Jardin en Ville par diisign

Un Jardin en Ville par diisign

J’ai pris l’habitude de vous présenter de temps en temps mes créations personnelles… Voici donc l’une des dernières idées sorties de mon imagination : la table basse Un Jardin en Ville, une table ultra pratique puisque dotée d’espaces de rangement dissimulés sous des tablettes relevables : non seulement on range tous les magazines qui traînent au salon, mais en plus on peut utiliser un ordinateur ou manger un plateau TV sur ses tablettes en position haute… Mais le côté trendy de cette table, c’est son espace dédié au micro jardinage : une petite jardinière au centre de la table permet de faire pousser quelques plantes, que vous aurez sélectionné pour leurs vertus purificatrices, leur côté zen, ou tout simplement parce que vous les trouvez jolies, au milieu du salon, dans la « crevasse » de la table basse! Un jardin en ville, c’est une idée simple : transformer une table basse modulable en micro jardin. Les plateaux de la table s’ouvrent comme les pétales d’une fleur et la rendent encore plus pratique puisqu’une fois ouverte, en plus de proposer d’astucieux espaces de rangement, elle offre une position haute permettant par exemple d’utiliser confortablement un ordinateur, ou de manger. En plus de son côté pratique, Un jardin en ville possède un côté écologique grâce à son bac central où l’on peut faire pousser différentes espèces de plantes d’intérieur de petite taille. Faire pousser un coin de verdure dans cette « faille » de la table basse a non seulement un côté décoratif, relaxant pour le jardinier, mais permet aussi d’assainir l’air intérieur de l’habitat. Respectueux de l’environnement, de sa conception à sa...
Battle : s’asseoir sur un nuage

Battle : s’asseoir sur un nuage

Ce concept Chinois de fauteuil nuage en lévitation, Cloud, a déjà fait le tour du net… Alors pourquoi vous en parler??? Parce que je me suis aussi penché sur la question de s’asseoir sur un nuage, et en 2003 j’avais dessiné ce concept de fauteuil, tout simplement appelé undefined… L’idée était de créer une forme indéfinie (d’où le nom…) s’approchant d’un nuage, mais avec un trou au milieu, histoire de faire hommage au passage à La Chaise des Eames, puisqu’au final il y avait un certain air de ressemblance. Cette forme devait être mousseuse, de faible densité, tout en souplesse, pour qu’on puisse s’affaler à sa guise… Mais un tel matériau, offrant une faible densité sur plusieurs centimètres, pour devenir de plus en plus dur au fur et à mesure que l’on se rapproche de la base (histoire de conserver la tenue du fauteuil et de maintenir le corps en position) n’existe pas. Du coup ce fauteuil, s’il était réalisé, serait plus classiquement fait avec un gros coussin rempli de mousse (avis aux éditeurs qui me lisent…). Pour soutenir le tout en conservant un aspect aérien : trois fins pieds en fibre de carbone placés en déséquilibre sous le nuage, et montés sur une large base en bois (si je devais le fabriquer aujourd’hui, j’opterai pour une base métallique…). Bon, voilà, ça c’était pour l’autopub… De l’autre côté on a un concept un peu moins réalisable, une sorte d’utopie de mobilier : le Cloud Sofa, signé par D.K. Wei. Une assise (ou presque un sommier) en lévitation grâce au champ magnétique créé par la base. Pour le coup c’est...
Transat Wave

Transat Wave

Comme le climat de ces derniers jours (bon, aujourd’hui c’est fini sur Paris) me donne des envies d’extérieur, j’en profite pour vous présenter une de mes créations. Un peu ancienne (j’étais encore un jeune étudiant plein de rêves et d’espoirs), mais ça personne ne le sait, faites comme si je ne vous l’avait pas dit 😉 Et quoi de mieux comme objet outdoor qu’un transat? Voici donc le transat Wave, qui joue l’équilibre entre un massif bloc de béton et une fine vague de teck qui sert d’assise. En plus de donner une image forte, la position de l’assise en porte à faux entraîne un constant bercement : plus qu’un transat, Wave devient presque un rocking chair… L’idée est de ne plus entrevoir le transat comme un simple élément de mobilier éphémère, mais comme une signature architecturale qui prolonge un univers de design autour de la piscine. Clairement pensé pour équiper des hôtels de luxe, ce transat au poids conséquent n’est pas l’idéal pour équiper le balcon de monsieur tout le monde… Vous pouvez retrouver quelques unes de mes créations dans la catégorie « création diisign.com » du site, histoire de voir que ce transat fait partie de ma période Leafchair. Promis, je vais essayer d’en mettre plus...