[test] BeoPlay A2 : l’enceinte nomade pensée dans les moindres recoins… Ou presque!

Beoplay A2 test
Le marché des petites enceintes portables bluetooth a explosé depuis que la technologie permet de transférer de la musique en « qualité CD ». Bose est présent depuis plusieurs années avec la gamme SoundLink, mais c’était un peu le seul leader historique de l’audio à proposer quelque chose. Mais en cette fin d’année, B&O Play sort sa copie, forcément bourrée de watts, forcément ultra étudiée au niveau design, mais pas hors de prix. Que vaut-elle?

Test Beoplay A2
Design
Une fois la boîte, ou plutôt l’écrin (j’ai rarement vu un emballage aussi qualitatif pour du matériel audio), on découvre la Beoplay A2 : un grand rectangle assez plat (les faces étant légèrement bombées). Pas une box épaisse. Et ce n’est pas un hasard : ça prend moins de place dans un sac. Ça peut nuire à la stabilité par moment, mais pour contourner le problème, il y a une sangle en cuir. On y reviendra.
Les aficionados de B&O regretteront que seuls les côtés étroits de l’A2 soient en aluminium, les grandes faces étant recouvertes de plaques de plastique (amovibles). Mais c’est finalement très bien pensé car ces surfaces seront souvent en contact avec d’autres objets si vous transportez l’enceinte dans un sac. Et ces surfaces sont vraiment peu sensibles aux rayures avec leur finition matte au toucher doux.
Sur la tranche, des contrôles minimalistes : un bouton de mise en marche/arrêt, un autre d’appairage, et deux pour le volume. C’est tout. Sur la face inférieure se cachent une prise jack pour connecter un périphérique analogique en filaire, une prise d’alimentation (à noter : le chargeur est vraiment basique et ressemble à un modèle générique chinois, dommage) et enfin une prise USB permettant de se servir du A2 comme d’une batterie externe pour votre téléphone : malin!
Test Beoplay A2 review
On en parlait plus haut : un autre détail qui prouve une fois de plus que les designers de Bang & Olufsen savent trouver des petits plus qui transforment l’expérience produit : la Beoplay A2 est dotée d’une sangle en cuir. C’est mignon et ça permet de sa balader avec elle comme avec une petite pochette… Mais si les avantages se limitaient à ça, je ne crirait pas au génie du design. Non, le vrai avatage de cette sangle, c’est de pouvoir accrocher l’enceinte n’importe où, pour qu’elle ne prenne pas de place, ou ne soit pas exposée à des dangers (eau, chaleur, saleté…), tout simplement parce qu’on trouve toujours un endroit pour l’accrocher. Ce qui n’est pas possible avec toutes les enceintes concurrentes. Chez moi pendant le test, l’enceinte a passé 90% de son temps accroché à des poignées de portes ou d’armoires. Très gros point positif. Comme quoi, un peu d’imagination et un bout de cuir permettent de faire la différence sur un marché où tous les produits se ressemblent.
Et un dernier détail de design pour la route : certains trous manquent dans la grille des haut-parleurs : ce n’est pas pour le fun, mais tout simplement pour placer des repères visuels pour ne pas que vos yeux soient troublés par le motif répétitif de cette grille ! Pensée jusqu’au moindre détail cette petite enceinte !
test BeoPlay A2
Performance
A l’écoute, la BeoPlay A2 est plutôt agréable : des aigus bien définis, des médiums agréables sur les voix, et des basses présentes sans être poussées. Sur ce dernier point, beaucoup trouveront sûrement un manque de basses. C’est assez flagrant sur la techno, où, bien que la BeoPlay A2 offre une sonorité agréable, elle est plus tournée sur les aigus et les médiums, surtout à un certain volume, et donc manquera sûrement un peu de pêche.
Qu’elle soit placée en position verticale ou horizontale, l’enceinte offre un son très agréable qui ne varie pas trop en fonction de l’orientation. Seule chose à éviter : la poser à plat, puisque la moitié des hauts parleurs sera alors bloquée par la surface sur laquelle l’enceinte est posée. Le son est dans ce cas très dégradé.
Test Beoplay A2
Un détail un peu étrange vu la rigueur habituelle dont fait preuve Bang & Olufsen (ou ici B&O Play) dans la conception de ses produits : si vous posez l’enceinte en position verticale sur une surface lisse et lui faites jouer un titre « fort en basses », elle se met à bouger! Rien d’étonnant quand on analyse la construction de l’enceinte : les deux hauts parleurs de grave sont décentrés de chaque côté, donc sur un morceau « pêchu », elles vont exercer chacune une petite force qui fera tourner l’enceinte sur elle-même. Dans ces conditions, privilégiez la position horizontale (ou « paysage », mais surtout pas à plat), où les petits patins en caoutchouc lui empêcheront tout mouvement. En position verticale, rien de mieux que la sangle et un point d’accrochage!

B&O annonce une autonomie de 24h, et vu que j’ai du mal à être assez rigoureux pour chronométrer mon utilisation sur des durées aussi longues, je dirai que ça me semble réaliste, mais ça doit un peu dépendre du volume auquel vous sollicitez la petite boîte.
Test Beoplay B&O A2 review
Petit détail négatif, mais général : une enceinte bluetooth n’est pas une enceinte AirPlay. La commande de volume de votre source reste indépendante de la commande de volume de l’enceinte. La meilleure solution reste donc de mettre votre source à 100% et de varier le son sur l’enceinte.

Conclusion
Cette petite enceinte m’a étonné par sa capacité à remplir une petite pièce d’un son tout à fait correct. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : on est loin des « vraies » enceintes d’entrée de gamme de Bang & Olufsen au niveau musicalité, mais le rapport qualité prix est correct pour un objet qui en plus d’être compact peut vraiment se placer partout en raison de l’absence de câble et d’une excellente autonomie. Son look plat et sa sangle lui autorisent des placements qu’aucune enceinte concurrente ne permet, et c’est un vrai plus.
Un gadget plutôt recommandé, donc, si vous avez des goûts musicaux éclectiques et cherchez une petite enceinte d’appoint mobile. Si vous n’écoutez que des morceaux aux basses profondes, passez votre chemin, la concurrence fait mieux dans le genre « boîte à boum boum ».

Les + :
+ Le design avec une sangle est super pratique pour attacher l’enceinte n’importe où
+ Assez plate, elle peut se glisser dans presque tous les sacs
+ Sonorité très agréable
+ Grande autonomie
+ Prise USB pour recharger son téléphone

Les – :
– Certains concurrents sont meilleurs sur les basses : la Beoplay A2 est une excellente enceinte pour écouter de tout, pas la meilleure pour la techno
– L’enceinte bouge toute seule en position verticale avec certains morceaux
– Le volume de la source se règle séparément du volume de l’enceinte (contrairement à une enceinte airplay où si un iPhone est à 100%, c’est qu’on est à 100% des capacités de l’enceinte)

test BeoPlay A2

7 Commentaires

  1. Très bon article !
    Merci pour ce test.
    Qu’as-tu utilisé comme source ?
    iPhone, mobile Android, une tablette ?
    La musique stockée était du MP3 ?
    Et quid de la qualité de la connexion bluetooth ? As-tu eu des désinchros, des pertes quelconques,… ?
    Apparemment, l’enceinte utilise le protocole aptX.
    Je possède encore un iPhone 4 (!) qui propose une version bluetooth assez ancienne. Cela aura t-il une incidence sur la qualité de la connexion et du son ?
    Beaucoup de questions, merci pour tes réponses.

    Steph

  2. @Steph : toutes mes excuses pour le délai de réaction : je ne recevais plus de notifications de commentaires, et les vacances et les fêtes ne m’ont pas aidé à m’en rendre compte…

    Mes sources étaient un iPhone 5S, un Macbook Air et un iPad 4.
    La musique était soit du Flac soit du streaming Qobuz de base (à priori MP3 à fort débit)
    Le bluetooth n’a pas posé de problème tant que l’enceinte est dans la même pièce que la source, et à vue, à moins de 5 mètres je dirais. il suffit de passer un seuil de porte pour subir des coupures de son (mais bon, c’est la limite du Bluetooth, rien de très exceptionnel).
    Oui, l’enceinte utilise AptX. Un iPhone 4 ne dispose pas de l’AptX, donc ça risque d’être vraiment moins bon d’un point de vue qualité de son, mais ça doit quand même fonctionner.

    A bientôt!

  3. Très chouette article, comme d’habitude 😉 J’envisage l’achat de cette petite enceinte. Je n’ai lu que des critiques très positives sur la qualité du son qu’elle délivre… mais aussi pas mal de critique très négatives sur son autonomie, apparemment très dépendante du type de musique écoutée et du volume sonore. Apparemment, beaucoup de clients ont cru avoir entre les mains un modèle défectueux dont la batterie rendait l’âme au bout d’une heure ou à peine plus. De remplacements en remplacements, tous ont fini par obtenir une explication de B&O leur disant que leur enceinte n’était pas défectueuse et que la durée de vie annoncée de la batterie (24h!) n’était valable que dans certaines conditions d’écoute. Quelle est votre expérience ? Fin décembre, vous écriviez que vous avez l’impression que la durée de vie annoncée était crédible. Est-ce toujours le cas ? Avez-vous fait l’expérience de durées aléatoires selon le type de musique écoutée ? Quelle est votre expérience à ce sujet ?

  4. @Fabrice : merci 😉
    Pour ce qui est de l’autonomie, c’est clair que le type d’amplification utilisé va consommer plus d’énergie à volume élevé. De mon côté, j’ai principalement utilisé le A2 en ambiance en intérieur, sans trop pousser le volume, à part forcément momentanément pour voir le résultat…
    On était en décembre, donc je n’ai pas fait d’essai en terrasse pour embêter mes voisins !
    Je pense que la durée de vie annoncée est crédible pour une écoute très douce, de mon côté je pense qu’avec le tout petit peu d’essais qui ont suivi la rédaction du test (le A2 est reparti chez B&O assez vite), mon minimum devait être à au moins 12h, mais c’est sur la base d’une estimation des grandes sessions d’écoute. Sur de telles durées, c’est vraiment difficile de se prononcer, il aurait fallu que je chronomètre chacune des sessions sans jamais oublier de lancer le chrono…
    Ce qui est sûr, c’est qu’en général (si on pense à commencer les écoutes à pleine charge), l’autonomie permet de se lasser du fond musical avant de devoir recharger…

  5. J’ai acheté cette enceinte fin 2014.

    Le son est superbe. Mais la durée de la batterie est juste scandaleuse, 1h à plein volume, très loin de ce qui est « vendu ».

    Et j’ai pas mal de soucis avec OSX en Wifi+Bluetooth, le son est saccadé, impossible a utiliser, alors que ca marche bien avec mon tel portable.

    Grosse déception vu le tarif et la réputation de la marque

  6. @Julien : bizarre, parce qu’à plein volume je tenais BEAUCOUP plus qu’une heure !

  7. Le son saute en permanence avec l’I-Mac
    J’ai maj le logiciel et coupé toutes les autres connections BT et ça continue de sauter…rupture de son
    C’est dommage parce que c’est un produit fantastique…
    Bien à vous

Trackbacks/Pingbacks

  1. [Test Bluetooth] T7, la mini enceinte B&W face à la Beoplay A2 | diisign - […] le test de la petite enceinte bluetooth de Beoplay, la A2, il fallait que je teste la concurrente frontale…
  2. [test] Beoplay A1 : un grand son dans une boîte de camembert | diisign - […] avait adoré la lanière de cuir du Beoplay A2, et bien la dragonne (toujours en cuir) de l’A1 est…

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *