[test] Beoplay A1 : un grand son dans une boîte de camembert

test Beoplay A1 B&O Play
Bang & Olufsen a toujours su faire sortir un son ample et détaillé d’enceintes extrêmement petites. B&O Play fait la même chose, mais avec la plupart du temps des enceintes bluetooth sur batterie. La Beoplay A2, devenue désormais A2 Active en devenant étanche aux projections d’eau, m’avait convaincu. Il est désormais temps d’essayer la plus petite enceinte de la gamme, la A1.

test Beoplay A1 B&O Play
Design
Ce Beoplay A1 est particulièrement sensuel. J ‘avais regretté le manque d’aluminium sur le A2, et bien toute la surface supérieure du petit A1 est en alu. Le reste est en plastique au toucher doux, et l’ensemble est particulièrement sensuel. En plus d’être belle, cette A1 donne constamment envie de la toucher.
On regrettera simplement le choix des boutons affleurants (il n’y a que les icônes visibles, aucun mécanisme) qui est particulièrement esthétique mais qui rend les commandes assez difficiles à enfoncer.

On avait adoré la lanière de cuir du Beoplay A2, et bien la dragonne (toujours en cuir) de l’A1 est tout aussi pratique pour attacher l’enceinte à n’importe quelle poignée de porte, n’importe quelle patère, portemanteau ou autre. Histoire de pouvoir sonoriser partout. C’est vraiment un détail qui renforce l’attrait de l’A1 par rapport à des concurrentes moins versatiles.

test Beoplay A1 B&O Play
Performance
Avec cette A1, le son n’a rien à voir avec la taille de l’enceinte. Prenez un titre acoustique, mettez le volume sans dépasser les deux tiers environ, et profitez… Profitez d’un son ample et naturel, et profitez de l’effet de surprise : avec ce genre de morceau, si quelqu’un arrive, il risque de se demander d’où vient ce son, tant l’ampleur acoustique dépasse les préjugés qu’on peut avoir d’une si petite enceinte.
Mais attention, il n’y a pas de magi non plus : sur des morceaux electro, techno ou R&B aux basses prononcées, l’A1 va vite trouver ses limites. Idem avec des compositions symphoniques ou des lives un peu complexes. Mais là encore, en prenant sa taille en compte, la petite enceinte

Contrairement à l’A2, l’A1 oublie le côté stéréo en recto verso. Ce n’est finalement pas plus mal, puisque la plupart du temps, ces enceintes seront accrochées face à une paroi. Ici on ne perd pas 50% du volume sonore vers l’arrière, et ça permet aussi à l’enceinte d’être plus stable à fort volume.
test Beoplay A1 B&O Play
Mais l’une des forces du Beoplay A1, c’est d’être doué pour autre chose que la musique : il se mue en un clic sur le bouton décrocher en un excellent kit main libre. C’est vraiment un must have si vous faites du home office ou si vous voulez équiper votre startup en pieuvres d’audioconférence sans avoir un look de pieuvre, et qui peuvent sonoriser l’open space les jours de fête…
test Beoplay A1 B&O Play
Conclusion
Si vous êtes à la recherche d’une petite enceinte bluetooth au son naturel, détaillé et ne manquant pas de basses (toutes proportions gardées), la petite A1 est un choix à mettre au premier plan de votre shopping list, puisqu’à des qualités acoustiques étonnantes pour sa petite taille, elle ajoute un design réussi, à la fois pratique et élégant… voire sensuel. Que reste-t-il à l’A2 Active? Selon moi, uniquement son étanchéité. Pour tout le reste, préférez l’A1, étonnamment performante.

Les + :
+ Compacité
+ Finition métal et plastique qualitative et agréable au toucher
+ Rendu acoustique agréable et naturel
+ Volume sonore étonnant pour une si petite enceinte
+ Très bon kit main libre
+ Dragonne pratique pour suspendre partout
+ USB type C pour la recharge : parée pour le futur
+ Autonomie correcte (je dirai une bonne quinzaine d’heures à volume correct)

Les – :
– Portabilité maximale mais pas d’étanchéité
– Boutons difficile à enfoncer
– Batterie non amovible
test Beoplay A1 B&O Play

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *