Sélectionner une page


A l’heure où se mettent en place des systèmes de taxe en fonction de la masse de vos ordures ménagères, des solutions se créent pour les réduire (non, on ne parle pas de vider sa poubelle dans celle du voisin!!)
On commence par une création coréenne : Loofen. Croisé dans les allées du salon Maison et Objet en septembre, cet objet au look épuré blanc immaculé pourrait s’harmoniser avec du matériel informatique. Mais il s’agit d’un objet censé vous faire économiser de l’argent. Face aux taxes déchets, il faut réduire la masse de ses poubelles. Côté déchets organiques, ceux qui possèdent un jardin connaissent la solution : il suffit de mettre ces déchets au compost… Mais si vous êtes urbain dans un petit appartement, cette solution n’est pas envisageable. C’est là qu’intervient Loofen : il s’agit ni plus ni moins que d’un déshydrateur. Selon le fabricant, tous les déchets de préparation de repas et les restes peuvent être jetés dans l’appareil. Les déchets sont réduits jusqu’à 1/5 de leur volume et 1/10 de leur poids et plus aucune odeur ne s’échappe. C’est bon pour votre portefeuille.
Mais est-ce bon pour la planète? Non. Tout simplement parce qu’enlever l’eau de vos déchets se fait prix d’une consommation électrique importante (entre 10 et 110W tout de même, sans parler du coût écologique de la fabrication du Loofen) face au minuscule bénéfice environnemental (les camions poubelles sont moins chargés, ils dépensent donc moins d’énergie).

En résumé : Loofen peut peut-être réduire le volume de vos déchets et les odeurs de votre cuisine, mais c’est une très mauvaise idée d’agir sur les seuls déchets organiques, ceux qui justement sont les plus sains environnementalement. Vous avez sûrement quelque chose de mieux à acheter pour 250€!


On passe à l’autre idée, et on est déjà un peu plus optimistes : Oon Candle Maker est comme son nom l’indique une machine à fabriquer des bougies. Et pas à partir de n’importe quoi, à partir de vos restes d’huile végétale. On est clairement dans l’esprit tendance du fait maison, et dans celui du recyclage personnel (on est aussi dans la tendance blanc brillant+couleurs fun et nom en double « o », ça fait beaucoup de points communs à ces deux objets). C’est pas mal, ça transforme un déchet en produit utile.
Mais il reste une grande question : allez-vous fabriquer assez de bougies pour au moins compenser l’empreinte écologique générée par la production de Oon (qui atteint tout de même, il faut le saluer, le niveau rare de 79% de plastique recyclé)? Rien n’est moins sûr. Dans l’idéal, vous devenez fan et consommez toute votre huile, celle de vos voisins et celle du restaurant d’en bas de chez vous dans la production de bougies, mais c’est loin d’être gagné.

On l’a déjà dit, on ne peut pas réduire son bilan carbone en multipliant les produits dont on dispose, mais le greenwashing a encore de très beaux jours devant lui!