Sélectionner une page

test Switchbot bot review
On avait découvert Switchbot lors de la sortie de leur robot à ouvrir les rideaux, mais on n’avait jamais pris le temps de se pencher sur cette marque chinoise qui offre une approche décalée de la maison connectée avec des appareils assez uniques capables de redonner un coup de jeune à vos vieux appareils en leur permettant de les automatiser avec son smartphone. Revue de quelques objets de cette marque à part.
Bonus : la gamme Switchbot est en promo actuellement, je vous propose un code de réduction en fin d’article (-35% quand même)

test Switchbot bot review
Switchbot Bot
Le Switchbot Mini c’est un truc qui paraît tout bête mais que personne n’avait fait avant : un petit parallélépipède rectangle d’à peu près 4×3,5×2,5cm qui contient un petit moteur faisant sortir un « doigt » permettant d’appuyer sur un bouton. Plutôt malin et assez drôle à l’usage. Pour que ça marche, il suffit de le coller via l’adhésif sur sa surface, et hop, il peut contrôler le bouton de votre choix. A vous de connecter ce qui vous passe par la tête : machine à café, vieille chaine hifi, four… Les applications peuvent être nombreuses! Et si vous voulez contrôler un bon gros interrupteur à bascule bistable, il y a une petite extension dans la boîte pour coller le bras du Bot à l’interrupteur et l’activer dans les deux sens (il suffit de régler ce fonctionnement dans les paramaètres).
Le tout fonctionne en bluetooth, avec hélas une pile lithium CR2, le truc assez rare et pas donné…
L’achat d’un Switchbot mini ne peut pas vraiment se concevoir sans acheter aussi un hub, car sans hub vous ne pourrez qu’activer le robot quand votre téléphone est à portée. Les automatisations complexes ne sont possible qu’avec le hub de la marque. Encore un hub de plus allez-vous me dire…

Test essai Switchbot Hub mini review
Switchbot Hub Mini
Le Switchbot Hub, comme son nom l’indique, c’est la passerelle qui va permettre aux petits gadgets de Switchbot de s’affranchir des limites du bluetooth low energy et de les connecter à votre wifi pour qu’ils soient toujours accessibles, même à distance, et surtout accessibles via les commandes Alexa/Google Home et Siri. Un simple hub… Oui mais non, car Switchbot a toujours un petit côté malin supplémentaire : ils ont donc décidé d’ajouter un port infrarouge à leur hub, ce qui vous permet de piloter n’importe quel bon vieux dispositif doté d’une télécommande (tous sauf les produits Bang & Olufsen et quelques autres qui utilisent une fréquence infrarouge plus haute rarement supportée par les dispositifs tiers). Plutôt sympathique comme idée. Donc non, ce n’est pas votre enième hub mais un dispositif assez pratique.
Seul souci : il faut pouvoir placer ce hub avec les appareils infrarouges à portée. Il manque un élément qui aurait rendu ce hub plus pratique : des prises pour coller des émetteurs infrarouges directement sur les appareils à piloter si vous avez mis tout ça dans un meuble ou si vous n’arrivez pas à positionner le hub face aux appareils à piloter. Le Hub est alimenté par un câble micro USB-USB-A, et le chargeur n’est pas fourni.

test Switchbot bot review
Switchbot Contact Sensor
Comme son nom l’indique, le Contact Sensor de Switchbot est un capteur d’ouverture à contact. Un capteur classique avec un aiment à placer sur l’ouvrant et un capteur à placer juste en face sur l’encadrement. Pas de système à accéléromètre comme chez Somfy, donc vous saurez si la porte est ouverte, pas si on l’a fracturée (ou si on est en train de le faire). Donc plutôt dédié automatisation qu’à la sécurité. Mais vous croyez que Switchbot se serait contenté de ce simple capteur ? Vous l’aurez compris, comme pour le hub, il y a d’autres trouvailles dans ce boîtier : un détecteur de mouvement permet de détecter si un utilisateur quitte ou entre dans la maison (de façon basique : ouverture détectée avec mouvement = utilisateur sortant / ouverture sans mouvement = utilisateur entrant). Mais ce n’est pas tout! Un capteur de luminosité est aussi intégré pour vous permettre d’optimiser vos automatisations : par exemple si vous arrivez à la maison et qu’il fait sombre vous pouvez allumer les lumières automatiquement. Pratique. Pour le côté pratique on note aussi que le contact sensor utilise une bonne vieille pile AAA, ce qui veut dire que vous n’aurez aucun mal à la remplacer contrairement au Bot.
test essai Switchbot remote review
Switchbot Remote
Vous voulez piloter vos dispositifs Switchbot ou vos scènes avec une télécommande ? Switchbot en propose une. Deux boutons, pas de gestion appui court ou long, donc une fonction par bouton. Je pense qu’on a avec ça la pire télécommande qui soit : avec ses 4,2×3,6×1,3cm, c’est une télécommande que vous pourrez être sûr d’égarer! Elle s’alimente avec une pile bouton CR2450 et hélas pas par une plus répandue CR2032. Pour ne pas la perdre elle est dotée d’un petit espace permettant de lui passer une dragonne : vous pourrez donc lui mettre un gros porte clé ou tour de cou pour espérer la retrouver!
test essai Switchbot tag review
Switchbot Tag
Pour parfaire vos petites automatisations, Switchbot propose aussi des tags NFC. En pratique, il suffit de placer votre téléphone contre l’un de ces tags pour déclencher une automatisation que vous aurez réglé. Honnêtement, je ne suis pas fan de cette solution. Ca implique d’avoir son téléphone sur soi et de faire une action précise avec lui. Autant directement aller dans une application non ?
test essai Switchbot bot review
Compatibilité
J’ai pu tester la compatibilité de Switchbot avec différents écosystèmes : avec Amazon Alexa ou Google Home, il suffit d’ajouter Switchbot aux produits contrôlés, et cela permet de commander de façon basique les appareils (on ne peut par exemple qu’allumer ou éteindre un appareil infrarouge piloté par le hub, c’est dommage). Chez Apple, pas de compatibilité HomeKit (la licence HomeKit doit coûter aussi cher que les appareils Switchbot!), mais une compatibilité Siri Shortcuts, ce qui veut dire que vous pourrez lancer des appareils ou des scènes en leur associant un raccourci Siri. Ce sera limité aux appareils sur lesquels l’application est installées (iPhone, iPad, et par extension Apple Watch), donc oubliez le HomePod (Mini). Mais pour tenter d’interfacer des produits Switchbot avec un système existant, sachez que vous pouvez aussi passer par IFTTT

test essai Switchbot bot review
Conclusion
Sur le principe, j’ai été plutôt séduit par les petits gadgets de Switchbot : entre le robot qui a donné son nom à la marque et qui permet d’automatiser n’importe quel appareil doté d’un bouton sur lequel vous pourrez coller le robot, ou le hub qui permet de connecter des appareils infrarouges, il y a matière à bricoler si on veut profiter des capacités d’automatisation offertes. Dans la pratique, il est assez simple d’automatiser des appareils anciens avec les produits Switchbot, et cette logique va vraiment à l’encontre de celle des autres marques qui vous poussent à acheter un nouveau produit pour profiter de fonctions connectées au final assez limitées.
Dans la pratique, il est assez simple d’automatiser des appareils anciens avec les produits Switchbot, et même de réaliser des scènes d’automatisation assez complexe en profitant de tous les capteurs. Mais les cas d’usage seront peut-être limités : je ne peux que vous recommander de réfléchir à ce que vous voulez faire, avec quel écosystème (Siri ne fonctionnera qu’en « shortcut » par exemple) avant de vous lancer dans l’achat de produits Switchbot.

Et comme promis en fin d’article : du 19 au 29 novembre, la boutique Switchbot propose des offres black Friday, et je vous propose encore mieux avec un code de réduction qui vous offre 35% de réduction : 82021BFFR .
Les prix avec le code tombent à 16.63€ pour le Bot, 22.38€ pour le Hub Mini, 14.34€pour le Contact Sensor… Et il y a encore d’autres produits dont je ne vous ai pas parlé pour compléter vos automatisations, ainsi que des packs permettant de profiter d’un meilleur tarif encore…