Sélectionner une page

Studio Drift Fragil Future
A peine le temps de rédiger cet article que l’exposition « What is Luxury » au Victoria & Albert Museum de Londres, organisée en partenariat avec le Crafts Counsil est hélas tout juste terminée. J’ai pu profiter de mon passage dans la capitale pour la visiter avec la complicité du Pullman London Saint Pancras.
Qu’est-ce que le luxe ? Une question plus d’actualité que jamais, à l’heure où les codes changent (avec des marques technologiques qui essaient de s’immiscer dans l’univers du luxe par exemple, ou encore des constructeurs automobiles généralistes qui souhaitent empiéter sur les terres du luxe) et où l’on a jamais autant entendu le mot luxe dans notre quotidien, alors que paradoxalement, il se veut hors de portée.

What is luxury exposition v&A
L’exposition, très petite pour le vaste sujet qu’elle aborde, s’organise en trois salles. On entre d’abord dans une salle où des exemples de luxe « classique » sont présentés. Les pièces sont extrêmement bien choisies, et presque chaque objet est une découverte. Des pièces historiques côtoient des objets plus contemporains, pour mettre en lumière le fait que la question est plus ancienne qu’on ne l’imagine.
La définition du luxe classique passe par des mots qui viennent à l’esprit en premier lorsque l’on demande à quelqu’un ce qu’est le luxe :
Preciousness, innovation, investissement, exclusivity, expertise, opulence, skill, auhenticity…
Les objets choisis ici illustrent à merveille le propos, entre la selle innovante d’Hermès, mélangeant cuir et fibre de carbone, en passant par une sublime montre squelette de Vacheron Constantin, jusqu’au lustre « Fragile Future, où de véritables graines de pissenlit côtoient une structure en cuivre et un bloc de béton signée par le Studio Drift (photo en tête d’article), symbolisant la fragilité de la vie, ou encore quelques oeuvres comme ce Monkey Business en pierres précieuses :
Monkey Business
Puis on pénètre dans un second espace, ou la réflexion sur le luxe prend une tout autre dimension, avec les aspects plus immatériels et expérienciels du luxe.
On confronte ici l’idée que le luxe peut changer, en contradiction avec la notion de stabilité, d’investissement sûr, le tout avec des oeuvres d’art poussant à la réflexion, comme ce distributeur d’ADN de Gabriel Barcia-Colombo (ci-dessous), ou les diamants de Shane Mecklenburger, créés via LifeGem, ou encore la réflexion sur l’artisanat du plastique de Gangjian Cui « the rise of the plasticsmith », projection d’un jour où ce matériau pourrait devenir un produit rare…
DNA vending machine
Enfin, un dernier espace sert d’ouverture sur l’interrogation en posant la question de quel est votre luxe personnel (« What is your luxury? »), pour essayer de montrer que le luxe est une chose très personnelle, mais avec une oeuvre que je qualifierai hélas d’inappropriée.
Vous l’aurez compris, on sort de cette exposition avec beaucoup plus de questions que de réponses… What is luxury permet de réfléchir à ce qu’est le luxe aujourd’hui, pour nous, mais aussi à ce qu’il pourrait devenir, vers quoi il pourrait évoluer.
Anecdote intéressante : beaucoup de marques « de luxe » ont refusé de participer à l’exposition, car elles ne voulaient pas qu’on associe leur nom au terme luxe, jugé trop décadent par certains…
What is luxury