Sélectionner une page

Pininfarina-Fuoriserie-bike_14
Si vous voulez être une marque un peu branchée, il faut que vous réalisiez un fixie… On a vu ça avec le fixie Berluti by Cycles Victoire, et même chez diisign j’ai craqué : vous avez pu découvrir les photos de mon fixie au printemps si vous nous suivez sur Facebook! Pour autant, est-ce qu’il était indispensable que Pininfarina s’adonne aux joies du vélo old school ?

Pininfarina-Fuoriserie-bike_0
Les points positifs : le cadre au look propre et pratique, la finition très soignée comme les détails en cuir tressé sensés rappeler la Lancia Astura Bocca, dessinée par Pininfarina en 1936, mais évoquant plutôt pour moi la marque Bottega Venetta… Chacun ses références…
Pininfarina-Fuoriserie-bike_4
Le gros point positif : un moyen arrière qui fait de ce vélo un parfait VAE (vélo à assistance électrique) mais sans en avoir l’air : batteries, moteur et électronique sont intégrés dans ce moyeu high tech. Un détail qu’on aimerait voir plus souvent : c’est la solution d’électrification la plus discrète que je connaisse, mais l’autonomie doit forcément être très réduite.
Pininfarina-Fuoriserie-bike_2
Le point noir : c’est quoi cette finition ronce de noyer sur le haut du cadre? C’est sensé évoquer le bois des voitures des années 30, date de la fondation de Pininfarina, mais ça nous rappelle surtout le pire de l’automobile des années 80…
Pininfarina-Fuoriserie-bike_3
Le gros point noir : pour 9000€, ce n’est même pas un vélo Ferrari!