Sélectionner une page


Logitech vient de lancer la souris la plus bizarre du marché : alors que depuis des années, la marque suisse a sorti des souris de plus en plus biomorphes, de plus en plus « moulées sur la main », elle sort maintenant une souris encore plus parallélépipédique (et non pas cubique) que la toute première souris d’ordinateur commercialisée!
Incroyable, mais vrai. Il fallait donc que je teste l’engin, pour voir si vraiment, c’était utilisable.


Design
Incroyable surprise au déballage, la Logitech Cube est encore plus petite que ce que j’imaginais! Mesurant seulement cinq centimètres sur trois, pour une hauteur de 1,5cm, vous ne trouverez pas plus petit.
Dans ce volume, pas la peine d’espérer des trouvailles pratiques : pas de câble de charge intégré (le câble de recharge USB fourni est si court que vous ne pourrez pas utiliser la souris en charge), pas de batterie amovible, et pas de logement pour le transmetteur USB (c’est le classique transmetteur miniature Logitech, à laisser sur son PC pendant le transport).
Et une fois sous la main? Et bien déjà, on ne la met pas sous la main cette souris, mieux vaut la tenir entre le pouce et le majeur, l’index posé dessus. Etant donné sa taille minuscule et son poids plume, on a au final (et étonnamment) une position plutôt détendue, plus agréable que bien des souris compactes à la forme soi-disant ergonomique. On n’est pas aussi confortable qu’avec une Arc Mouse de Microsoft (ma préférée dans la série des souris de poche), mais même cette dernière est beaucoup plus grosse.

Performance
Côté fonctionnalités basiques, la Logitech Cube s’en sort presque bien : son capteur est précis et efficace sur presque tous les supports (comme d’habitude, oubliez verre et miroirs), et son clic est agréable. Par contre, du côté de la molette, ça se gâte : la surface tactile ne détecte pas toujours le mouvement de glisser, du coup il faut insister pour avoir une molette. Et Logitech a voulu imiter l’inertie des molettes tactiles Apple, sauf qu’hélas ici c’est assez mal réalisé, pas très joli visuellement, et les derniers « crans » en roue libre ne feront que vous faire perdre en précision. Dommage.
Côté ergonomie, le pire est le clic droit : situé au centre de la souris, il faut recroqueviller l’index pour y accéder.

Enfin, si la fonction présentation est une bonne idée et est plutôt pratique à l’usage (un clic sur la souris « en l’air » et on passe au slide suivant, un clic sur la souris « en l’air, retournée », et on passe au slide précédent), elle a tendance a s’activer immédiatement au moindre décollage de la souris du bureau, ce qui peut s’avérer frustrant par moments, puisqu’il faut une petite seconde à la souris pour revenir en mode normal. A déconseiller à ceux qui soulèvent la souris fréquemment en usage courant!
Pas de surprise au niveau de la batterie : à l’usage, j’ai pu constater que l’autonomie de la Cube était vraiment limitée : il faut la recharger presque chaque semaine si on l’utilise 8h par jour, ce qui est trop contraignant. La batterie a clairement souffert de la miniaturisation.

Conclusion
On peut saluer l’idée folle de Logitech de s’affranchir des codes établis des souris pour proposer un produit vraiment nouveau, et finalement pas totalement dénué d’intérêt, mais la Logitech Cube est gâchée par une partie technique décevante : molette capricieuse, clic droit vraiment pas ergonomique, autonomie trop réduite et câble de recharge trop court… Une V2 sauvera peut-être cette souris, en attendant, on dirait un prototype.

+ Incroyablement compacte
+ Bon tracking sur pas mal de surfaces
+ Prise en main pas dérangeante du bout des doigts

– Autonomie réduite
– Clic droit mal placé (en arrière)
– « molette » tactile pas au point
– Aucun rangement pour le transmetteur (mais bon, on a bien compris qu’on devait le laisser branché au PC)
– Câble de recharge trop court