Sélectionner une page


Vous êtes convaincu que l’écran tactile et le Trackpad (Magic ou pas) sont la solution ultime pour toutes vos interactions avec de l’informatique? C’est oublier que pour noter, dessiner, esquisser, le stylet reste la meilleure solution.
La nouvelle série des Intuos 5 clos le renouvellement de la gamme de tablettes Wacom, qui décidément nous rappelle que le stylet n’est pas mort, et que si on est passé aux temps ancestraux de l’usage de la main nue au stylet, ce n’était peut-être pas pour rien. Petit tour de la gamme d’engins à stylet de Wacom, histoire de vous rappeler que jeu de mains=jeu de vilain (ou plutôt : les doigts pour naviguer, le stylet pour créer!)!


Par rapport aux Intuos 4, la nouvele gamme adopte le tactile multitouch comme sur les dernières Bamboo. Un apport loin d’être gadget à mes yeux, surtout sur Mac OSX, où l’ergonomie est optimisée pour la navigation au doigt.
Les écrans OLED liés aux touches de raccourcis sur le côté de la tablette, tellement high tech, disparaissent, pour être remplacés par un affichage sur l’écran. Les plus geeks les regretteront, les graphistes qui ne quittent pas l’écran des yeux aprécieront. le driver en profite pour être considérablement amélioré, avec par exemple la possibilité de créer des menus de raccourcis spécifique à chacune de vos applications (et à niveaux multiples). Le sans fil devient optionnel (environ 39€) par l’ajout d’une batterie et d’une carte 2,4GHz avec son dongle identique à la gamme Bamboo (pas de Bluetooth, jugé pas assez robuste sur les Intuos 4, dommage pour vos ports USB).

Puisqu’on parle de la Bamboo, on rappelle que la nouvelle version est sortie un peu avant Noël, Wacom ayant profité de la mise à jour pour corriger les principaux défauts de jeunesse avec une V2 vraiment aboutie (gestes à 4 doigts enfin disponibles en mode tactile, youpi!).

Autre produit où Wacom tente de nous faire tenir un stylo en main, le Inkling, un stylo doté d’un émetteur. On « clipse » un récepteur sur (n’importe quelle) feuille de papier, et les croquis sont enregistrés au format informatique. On connaissait déjà ce genre de périphériques, ça permet quelques usages ponctuels mais ça n’est pas aussi agréable qu’un vrai stylet (pas de niveaux de pression, stylet lourd à cause des piles…)

Enfin, Wacom s’exporte même dans des tablettes tactiles, puisque la Galaxy Note et bientôt la grande Galaxy Note 10.1 de Samsung sont équipées du S Pen, une technologie sans fil/sans pile signée Wacom, qui permet de réaliser des tracés précis au stylet, avec une reconnaissance de pression (peu de niveaux, mais reconnaissance de pression quand même). Tout ce qui me manque sur mon iPad lorsque je dessine sur Sketchbook (avec un stylet Wacom Bamboo, dont on avait déjà parlé : sûrement ce qui se fait de mieux en stylet iPad, en attendant le même mais avec pointe rétractable pour le transport). Grâce à cette discrète innovation, Samsung pourrait enfin avoir trouvé un atout clé face à l’iPad (sachez que je teste actuellement le galaxy Note, que c’est plaisant, mais qu’on n’arrive tout de même pas encore au confort de dessin d’une tablette-écran Wacom Cintiq).