Sélectionner une page


Après avoir testé une ampoule bulbe Toshiba, et puisque j’avais des spots halogènes à remplacer,
profitant de la mort de certains de mes spots halogène, j’ai investi dans des spots LED (coup de gueule sur le prix payé par rapport au prix conseillé dans la suite)…
Testons ces spots pour voir s’ils parviennent à faire oublier l’halogène.

Pourquoi des Philips My Ambiance ?
Mon critère de choix : le rapport puissance lumineuse (en lumens, qui devait être équivalente à mes anciens spots) sur consommation électrique (qui devait être la plus réduite possible. Mon choix s’est porté sur des Philips MyAmbiance, parce que niveau fiche technique, on oublie tous les produits de marque distributeur qui offrent en général trop peux de puissance (en général c’est juste bon pour de l’éclairage d’ambiance), et en rayon, il ne reste guère qu’Osram pour vraiment concurrencer Philips, finalement éliminé lors du choix final pour une consommation supérieure à puissance d’éclairage comparable.
Mes spots MyAmbiance GU10, c’est l’équivalent en lumens d’un spot halogène 35W, pour une conso de 4W et moins de 25€ (à ce titre grosse surprise et coup de gueule : payés environ 22€ chez Castorama, ces spots sont affichés au prix public conseillé de 9,99€ par Philips dans leur communiqué de presse… Que j’ai reçu plus tard! Casto les propose maintenant à 12€)

Design
La conception de ces spots est réussie, puisque contrairement à certains produits (qui ont tendance à disparaître), leur encombrement est quasiment identique à un spot halogène GU10 standard. Ce n’est pas un gros spot tout moche qui dépasse. Seule grosse différence apparente : au lieu d’être métallisés, ils ont une finition blanc laqué. Ca reste discret, et ça passera partout.

Performances
A l’allumage, on remarque que ces spots en « blanc chaud » ont au final une température de couleur plus chaude que des spots halogènes (sur mes illustrations, le spot LED est toujours à droite, vous pouvez vérifier)… Pourquoi pas, ce qu’on peut légèrement regretter, c’est une coloration un peu rosée à l’allumage, qui disparaît au bout de quelques minutes.
Au niveau de l’éclairage, on est effectivement très proche d’un halogène 35W standard, avec un cône d’éclairement à peu près équivalent, mais clairement moins homogène (le cercle de lumière projeté a un centre très éclairé et un contour plus sombre, alors qu’avec une halogène on a un cercle de lumière plus uniforme, voir ma photo), ce qui au final revient à disposer d’un cône d’éclairement plus faible. Mais vu la différence, cela ne devrait pas poser trop de problème.
En terme de consommation, j’ai mesuré 8W pour deux spots à fond sur un variateur électronique. Les spots LED Philips sont donc fidèles à leurs promesses et peuvent être vus comme des ampoules de remplacement vraiment intéressantes sur le plan consommation (on divise la consommation par presque 10 en ne perdant pas énormément en prestations).
Au luxmètre, on remarque par contre une légère baisse de luminosité au fil du temps (sur plusieurs heures d’allumage), ce qui pourrait être expliqué par une mauvaise conception du système de refroidissement de la LED, et donc peut-être une durée de vie non conforme aux promesses. A voir sur 10 ou 20 ans!
Enfin, si vous branchez ces spots sur un variateur, privilégiez un variateur électronique plutôt qu’un hacheur bas de gamme : les spots auront sûrement une meilleure durée de vie, mais surtout ils ne feront pas de bruit. Parce que finalement, « hacher » un spot LED est finalement plus bruyant qu’un spot halogène. Souci avec un variateur électronique : si vous avez peu de spots connectés, l’amplitude de variation sera faible, puisque la faible intensité nécessaire ne permet pas au variateur de détecter une charge à faible puissance (chez moi, avec 2 spots sur un variateur, je ne peux faire varier l’intensité qu’à environ 80% au minimum).

Conclusion
Ces spots au format GU10 sont presque l’équivalent de leurs ancêtres halogènes, avec une consommation de seulement 4W au lieu de 35W… Autant dire qu’avec une telle économie d’énergie et un prix contenu (essayez de les trouver au prix public de 9,99€ plutôt que de les payer 21€ comme moi, mais visiblement d’après les prix des magasins que je fréquente et mon comparateur de prix, c’est pas gagné!), on leur pardonne leurs deux défauts :
1. Un cône d’éclairement plus restreint qu’une halogène standard (tout dépend de vos besoins, mais si vous utilisiez déjà un spot, c’était que la largeur du cône n’était pas le facteur de choix le plus important)
2. Seul défaut qui pourrait entacher la réputation de ces spots : au luxmètre, leur éclairage baisse continuellement (mais très faiblement) au fil du temps. Ca peut être dû à un mauvais refroidissement des LED, et pourrait conduire à une durée de vie limitée, inférieure aux promesses. A voir sur le long terme.
Si vous cherchez un équivalent absolument exact à vos spots halogènes, on n’y est donc pas encore… Mais ce ne doit être qu’une question de mois avant de trouver LE spot LED idéal.

Les + :
+ Presque équivalents à des spots halogènes 35W
+ Rapport éclairage/consommation largement en faveur des LED
+ Prix bas, si vous les trouvez au prix conseillé par Philips
+ Compatibles avec les variateurs
+ Taille identique à un spot halogène équivalent

Les – :
– Un petit temps de chauffe avant disparition d’une teinte rosée
– Baisse de luminosité dans le temps (non visible mais mesurable)
– Bruyantes (et sûrement pas endurantes à long terme) sur un variateur hacheur bas de gamme,
– Difficiles à bien varier avec un variateur électronique sans en connecter plusieurs (même problème avec toutes les LED variables, elles consomment trop peu pour les variateurs électroniques prévus pour des ampoules!)
– Température de couleur plus chaude qu’un halogène standard (pas forcément un inconvénient)

[adfever type= »product » value= »22558224″]