Sélectionner une page


Si vous passez au musée des Arts Décoratifs, ne manquez pas la mini exposition Maarten Baas dans la galerie d’actualités (jusqu’au 12 février 2012). L’univers de l’artiste-designer, à la fois oppressant et torturé, à la fois drôle et décalé, s’offre à vous sous la forme de scénographies entassant ses oeuvres dans des espaces clos très réduits, comme des mini cabinets de curiosités parfaitement adaptés à ces étranges objets.

Mais pourquoi j’en profite pour vous parler de Ruinart? Tout simplement parce que la plus ancienne maison de Champagne effectue un partenariat complet avec l’artiste/designer : mécénat de l’exposition, et… Sortie du coffret de ses cuvées prestige Dom Ruinart Rosé 1998 et Dom Ruinart Blanc de Blancs 2002 sous la forme d’une étrange boîte en résine de carbone réalisée par Maarten Baas (ce n’est d’ailleurs pas sa première collaboration pour Ruinart, une collaboration inscrite dans la durée avec sûrement les objets collectors « alcoolisés » les plus inspirés, dont par exemple le sublime seau à champagne « fondu » de 2010 qui figure dans l’exposition).
Une simple boîte? Non, pour une fois, ce genre de coffret est pensé pour être réutilisable car livré avec un plateau qui lui permettra de devenir une boîte à bijoux.
On retrouve dans ce coffret tout le jeu de l’artiste-designer avec les formes et les matières… Et toute l’ambiguité entre une interprétation ludique et une vision plus
Et le champagne dans tout ça? Je dois vous avouer que le Rosé ne m’a pas vraiment impressionné, mais que le Blanc de Blancs est une petite merveille d’équilibre, tout en fraîcheur, avec des notes très gourmandes. Un champagne qui méritait largement un écrin Maarten Baas.