Sélectionner une page


Les dernières tables à induction de De Dietrich et Gaggenau sont des petites merveilles de technologie : sur ces deux tables, plus aucune zone de cuisson n’est préétablie, une multitude de micro inducteurs permettent de placer ce qu’on veut, où on veut. Fini les grandes poêles qui ne trouvent pas leur place sur un « rond ». Absolument parfait, c’est l’évolution logique des tables à foyer flexible.
Pour ajouter au côté technologique, ces deux tables ont fait le choix de l’écran tactile pour la commande (après avoir joué avec le Piano de De Dietrich, je dois vous avouer que j’aurais aimé un écran de meilleure qualité, mais à part ça, cette plaque à induction est un vrai jouet).

De Dietrich annonce que son Piano est capable, en mode expert, de reconnaitre les réglages appliqués à chacune de vos casseroles : vous mettez une casserole à feu vif, vous la retirez, puis vous la remettez à n’importe quel endroit, et la cuisson reprend. Impressionnant, mais pas forcément indispensable au quotidien.

En gros, difficile de pouvoir encore innover après la sortie de ces plaques de cuisson « idéales »… Maintenant il va falloir innover en prenant en compte le système environnant, par exemple en diminuant la consommation globale de la cuisine en récupérant les pertes d’énergie… Ca vous dit quelque chose? Normal, on en avait parlé avec le concept Green Kitchen de Whirlpool.

La Piano de De Dietrich coûte 4990€… Une seule question reste : est-ce que Gaggenau osera vendre sa CX 480 plus cher? Et pour couronner le tout : De Dietrich vient de recevoir aujourd’hui même un Janus du design pour son Piano.