Sélectionner une page


diisign.com a fait un petit saut à Genève, histoire de vérifier ce que toute la presse nous raconte : que les constructeurs automobiles croient à nouveau en un avenir…
L’avenir est peut être à la voiture minuscule, une tendance de plus en plus affirmée salon après salon. Et dans ce segment, l’une des plus grandes surprises de ce salon était la Tata Pixel, dont le design semble très inspiré de la Kia POP sur laquelle on avait craqué en octobre lors du Mondial de Paris. Après l’échec cuisant de la Nano sur son marché domestique, on peut aisément imaginer que la Pixel, après quelques modifications, serait la première voiture du constructeur Indien à entrer en Europe.

Puisqu’on parle de micro voitures, parlons de la doyenne de toutes, celle qui nous a fait comprendre que petite n’est pas synonyme de cheap : la Smart. Pour Genève, elle apparaissait sous la forme d’un concept radical (pas de toit, un simple saute-vent à la place du parebrise) rappelant le Crossblade. On espère que la prochaine Smart récupérera quelques éléments de style de ce concept, comme les optiques surdimensionnées, pour gagner un caractère ludique et sympathique qu’elle n’a jamais vraiment eu.

Puisqu’on parle de ludique et sympathique, un petit tour sur le stand Mini, où la Rocketman relance le concept de la Mini vraiment mini. Là encore, ses optiques jouaient pour beaucoup dans son charme (il paraît que les optiques avant seront utilisées pour les prochaines Mini de série), et on imagine bien le toit en verre transparent décoré de l’Union Jack devenir une option commerciale. En attendant de voir une Rocketman industrialisée.

Dans le genre rétro sympa, il y avait Volkswagen qui, outre une Golf cabriolet marquant le retour de la capote en toile, présentait une version moderne du mythique Combi, avec le concept Bulli. On ne peut que leur conseiller de le commercialiser, ce serait le seul monospace à vraiment se différencier de la masse… (tout en offrant un peu de fun à la gamme VW, plutôt tristoune)

En parlant de monospace, Ford a créé la surprise avec le B Max, un monospace compact à l’apparence assez classique mais réussie (doté une très jolie calandre façon Aston Martin…) qui reprend en série une innovation que l’on voyait depuis longtemps sur des concepts de salon : une grande ouverture (porte avant battante, arrière coulissante) sans pied milieu. Ultra pratique, on félicite Ford d’avoir osé se lancer.

Autre coup de coeur : le Range Rover Evoque, notre voiture préférée de 2011, était présenté en 5 portes. Plus pratique, un peu moins sexy, il sera néanmoins moins cher que la version 3 portes… Le choix sera difficile!

Et puis vu qu’on en est aux beautés compactes, il faut signaler le sublime concept Audi A3 : une déclinaison tricorps de la future A3 qui devrait sortir d’ici fin 2012. A l’extérieur comme à l’intérieur, le style Audi évolue doucement sans lasser (mention spéciale pour l’intérieur dépouillé, entre l’A1 et l’A6, il est sublime).

Mais Genève ne serait pas Genève sans une (très grosse) part de rêve… Entre un stand Bugatti où trônait 3 sublimes Veyron, le Stand Pagani où la nouvelle Huayra faisait face à la Zonda, le stand Alfa Romeo, où la 4C se préparait à bondir, le stand Ferrari, où la FF dévoilait pour la première fois ses quatre places et ses quatre roues motrices (avec un style « break de chasse » au déséquilibre rappelant la Jaguar type E, ou plus, récent, la BMW Z4 coupé) ou encore le stand Lamborghini, où était dévoilée la bestiale Aventador LP 700-4, il y avait tous les carrossiers : Giugiaro (peu inspiré), Zagatto, Pininfarina, mais surtout Bertone, qui nous a charmés avec une réinterprétation de berline Jaguar… Si la prochaine X Type s’en inspirait (comme le veux la rumeur), nous serions enchantés.



Alors, vous en pensez quoi, vous? On nous dit que Genève est le symbole du renouveau de l’industrie automobile… Sur le fond, il y avait de l’électrique partout (la Mercedes eSLS en tête d’article illustre bien la tendance électro-exclusive de Genève), mais sur la forme, étonnamment, c’est le rétro qui l’emportait. Alors, pour mieux rebondir, l’automobile aurait-elle besoin de se recentrer sur son glorieux passé? Ou alors peut-être est-ce Hyundai qui avait le concept car le plus représentatif de la mobilité urbaine de demain, croisement minimaliste entre un vélo et un scooter :