Sélectionner une page


Alors que l’iPhone quitte de plus en plus les codes du téléphone pour ceux du gadget de luxe (verre devant, verre derrière, acier brossé sur les côté, tarification exhorbitante…), Motorola lance sur le marché une sorte d’anti-iPhone…
L’iPhone est fragile? Le Motorola DEFY ne craint ni l’eau, ni les chocs, ni la poussière (il est à la norme IP67). L’iPhone est cher? Le DEFY est au prix public de 320€, et on le trouve un peu partout à 1€ avec un abonnement pas cher. L’iPhone est grand? Le DEFY est plus compact, tout en offrant un écran un peu plus haut (et à peine moins large). Ce positionnement offre au DEFY une place de choix sur le marché des smartphone. Alors on l’a essayé.

Design

Le design de ce petit Defy n’a rien de très innovant, mais il est tout simple et bien fait. Dans un format plus réduit qu’un iPhone (un peu plus épais tout de même), Motorola a réussi à caser un écran légèrement plus haut (et à peine moins large) que l’iPhone, une zone tactile avec les quelques raccourcis indispensables d’Android dans la partie basse, un APN 5 Megapixels, mais surtout, le fait que ce téléphone soit renforcé ne se voit absolument pas! Contrairement à ce à quoi on est habitués, pas de zone en caoutchouc, pas de rebords épais, non, une coque en métal et plastique, et un écran en verre.

Pour encore jouer sur le principe de l’anti-iPhone, Motorola continue dans la conception interne, avec une batterie amovible, un emplacement pour carte SD, et logement SIM de taille standard. Là encore, c’est stratégiquement bien joué (même si ça reste assez classique pour un smartphone Android).
En résumé : un très beau petit smartphone, avec un bel écran 3,7″, qui cache bien son jeu de téléphone costaud.

Performance

Après un allumage vraiment long, on se retrouve face à une interface Android assez classique, puisque MotoBlur joue plutôt dans les détails, avec une intégration poussée des réseaux sociaux et un petit paquet de widgets sympathiques à mettre sur l’écran d’accueil. Ce n’est pas une révolution, mais ça a l’avantage d’être discret et de ne pas dérouter les habitués d’Android.
Ensuite, à l’usage, on sent qu’on est face à un téléphone abordable : quelques sacades dans les menus (mais rien de grave), des temps de chargement parfois un peu longs (mais rien de grave), et des applications faisant un gros usage de graphismes 3D pas forcément très fluides (mais rien de grave, en plus on parle d’un usage assez peu fréquent sauf si vous êtes fan de jeux vidéo). L’appareil photo ne sort pas du lot : les résultats sont corrects, mais loin des meilleurs smartphones, surtout en basse lumière, et son autofocus a souvent du mal à accrocher le sujet. Côté vidéo, c’est pareil : les fichiers sont en 3gp 640×480, ce n’est pas le top (pas de full HD), mais c’est suffisant pour qui a un usage « normal » (petites séquences vites filmées pour êtres diffusées soit sur l’écran du Defy, soit, au mieux, sur Youtube).

Là où on attendait le Defy au tournant, c’est sur ses capacités en téléphonie : pour être un vrai anti-iPhone 4, il faut être un bon téléphone. Sur ce point, pas de miracle : le Defy accroche bien les réseau (lisez : bien mieux qu’un iPhone 4), mais on a pas été à l’abri de quelques communications de mauvaise qualité. Ca reste un téléphone tout à fait recommandable, sans mauvaise surprises, et sans problèmes d’antenne, mais pas exceptionnel.

Bon, mais sinon, il est indestructible?
Indestructible, pas vraiment, mais franchement, après l’avoir jeté une bonne trentaine de fois sur parquet, béton, carreaux, trottoir, lavabo et baignoire (remplis, évidemment), on n’a pas réussi à le mettre en défaut, alors que tous les autres smartphones seraient déjà morts. C’est assez agréable de savoir que son smartphone ne va pas défaillir à la moindre chute ou à la moindre averse un peu violente, et un smartphone qu’on peut transporter dans la même poche que ses clés sans peur de rayer son écran. Avec le Defy, on est tranquille, et on peut enfin « décrocher du smartphone », comme dirait Microsoft pour un autre produit…
Pour avoir une petite idée de notre « protocole de test », n’hésitez pas à regarder notre petite vidéo… Pour info, non, on ne peut pas téléphoner sous l’eau à cause de deux limitations :
1. Un écran capacitif ne fonctionne pas sous l’eau (d’où l’agitation de l’écran quand le Defy est sous l’eau).
2. Vous aurez du mal à parler sous l’eau!

Conclusion
Comme je l’écrivais en introduction, le DEFY joue sur les faiblesses de l’iPhone. Vous voulez un téléphone qui se fasse oublier, un smartphone que l’on ne doive pas traiter comme un bijou? Le DEFY est fait pour vous. Mais à part le côté robustesse où c’est un sans faute, le DEFY n’excelle dans aucune catégorie : partie téléphonie correcte mais sans être parfaite (quelques soucis de qualité audio mais une accroche réseau assez facile) appareil photo assez moyen, mode vidéo pas en HD, processeur un peu lent pour tout faire tourner de façon ultra fluide, on est face à un androphone pas très cher, et ça se sent. Mais il ne souffre d’aucun défaut qui nous pousserait à le déconseiller, et puisque son autonomie nous a semblé être supérieure à la moyenne, il sait se faire apprécier.
Si vous n’êtes pas un mordu du smartphone mais voulez juste un appareil facile à vivre, le DEFY sera parfait, il pourra vous suivre partout, et même être manipulé par des enfants, l’une des pires situations pour un smartphone.

Les + :
+ Très compact
+ On n’a pas réussi à le détruire, même après une bonne trentaine de chutes
+ Prix agressif
+ Partie téléphonie correcte
+ Bonne autonomie
+ Ecran beau et très sensible
+ Navigateur internet bien fait (flash lite inclus)
+ Très bon lecteur multimédia (accès aux fichiers internes, à Youtubes et autres, mais aussi à un NAS…)
+ Radio FM
+ L’intégration des réseaux sociaux de MotoBlur est bien faite
+ Clavier Swype : à tester, vous pouvez le désactiver si vous n’accrochez pas!

Les – :
– Performances processeur un peu faiblardes
– Vidéos en 640×480
– Performances photo moyennes
– Slot MicroSD sous la batterie
– Android 2.1 (pas 2.2 pour le moment)
– Motoblur reste en deçà de la surcouche Sense de HTC


Le DEFY supporte aussi les soirées trop alcoolisées…

[adfever type= »product » value= »13711046″]