Sélectionner une page


Souvenez-vous… Il y a quelques temps, je vous promettais un grand combat de robots, et depuis, plus de nouvelles… En fait, plusieurs raisons :
-D’abord Philips qui a profité de l’adoption de son robot par quelques centaines de bêta testeurs (je vous invitait à le devenir ici), et qui en a profité pour le faire évoluer… C’est donc une nouvelle version qui a été commercialisée en novembre (la version initiale n’ayant jamais été commercialisée), et après test, ça valait vraiment le coup d’attendre : d’autres auraient appelé ça un nouveau produit.
-Ensuite, il y a quelques outsiders qui voudraient bien s’ajouter au grand combat, mais qui ont du mal à venir : je parle du robot de LG par exemple…
Du coup, le comparatif est enfin là, avec les deux protagonistes qu’on annonçait : le Samsung Navibot et le Philips HomeRun. Mais avant de lire ce test complet, je ne peux que vous conseiller de jeter un oeil à mon article relatant à peu près toutes les questions que vous pouvez vous poser sur ces engins.

Design

Côté design, Samsung a encore une fois fait travailler ses designers pour obtenir quelque chose qui sorte de l’ordinaire (au cas où un robot aspirateur, serait déjà ordinaire pour vous). Il garde la forme ronde et la taille d’à peu près tous les concurrents, mais en arrondissant les coins, et avec une finition bleu métal, il ressemble au final à un scarrabée… Souci : cette coque sexy glossy attire atrocement les poussières.
De son côté, Philips a fait des choix moins esthétiques : un peu plus haut, de forme quasiment parfaitement cylindrique, proposé dans une finition en plastique couleur alu et avec une partie souple sur les deux tiers avant, il est moins sexy (le code couleur jaune choisi pour les boutons m’a un peu choqué au départ), mais fait finalement plus sérieux.

En résumé, côté visuel, entre Philips et Samsung, c’est juste une affaire de goût, les deux produits proposant quasiment les mêmes dimensions (le Samsung peut peut-être passer sous quelques meubles bas inaccessibles au Philips en raison de sa hauteur), les mêmes brosses latérales et la même brosse centrale. A voir les choix technologiques, on se demanderait presque si ces robots ne sortent pas de la même usine.
Côté accessoires par contre, Samsung marque un point : la base Navibot a l’avantage de contenir l’alimentation secteur alors que Philips a eu la très mauvaise idée de mettre une (grosse) alimentation externe (on consolera Philips en disant que sa base est plus discrète, à condition de pouvoir cacher l’alimentation). Mais ce n’est pas tout : la télécommande Samsung est plus agréable en main, plus mignonne, et elle a une meilleure portée. Ce n’est toujours pas tout : Samsung fournit un balai et une paire de brosses latérales de rechange, pas Philips. Vous en voulez encore? Et bien un autre avantage de Samsung, c’est de fournir des bornes permettant de créer un mur virtuel (deux pour le SR8855 testé, une seule pour le SR8845). Personnellement, je n’ai pas trouvé de situation où ces bornes manquaient réellement au robot Philips, mais on ne sait jamais, vous y trouverez peut-être une utilité…

Performance
On allume les robots, et on les lance pour un vrai test vérité. Rien de mieux qu’une bonne vidéo pour se faire une idée :

Que voit-on dans tout ça? Déjà, que le robot Philips a un algorithme de pilotage bien meilleur que le Samsung : non seulement le Philips suit tous les contours, même de formes exotiques alors que le Samsung a tendance à ne vouloir faire que des trajectoires en perpendiculaires, mais en plus il va quasiment au contact des objets et des murs, alors que le Navibot laisse une marge de presque 10cm. Pour couronner le tout, on voit clairement dans le test du Banania sur sol dur que le HomeRun, avec ses incréments de la moitié de sa largeur, est beaucoup plus efficace en nettoyage que le Navibot (il ne reste que quelques traces après un passage du HomeRun, alors que ça reste assez sale après passage du Navibot). Cette stratégie par incrément de la moitié de sa largeur, combinée à son habileté à suivre des trajectoires courbes, offre un autre avantage de taille au Philips, on le voit dans la première séquence (Agilité) : il passe vraiment partout, là où le Navibot peut carrément oublier une pièce ou un couloir si le passage n’est pas assez large.
Le Navibot sauve l’honneur avec sa capacité de franchissement supérieure en mode normal, mais le Philips l’égale quasiment en mode « Climb », un mode qui se paie au prix de moins de délicatesse à l’approche des objets non détectés…
Mais côté efficacité, ce n’est pas non plus le nirvana : sur sols durs, si les robots passent plusieurs fois par semaine, ils devraient pouvoir conserver un semblant de propreté (là où ils arrivent à passer…). Par contre mon test sur tapis très sale m’a permis de remarquer que les robots n’arrivaient pas à chercher la poussière en profondeur. Si tout va bien, votre tapis aura l’air propre, mais on le voit après un passage de Dyson DC32, ce n’est qu’une illusion (à la décharge de ces robots, c’était la première fois que ce tapis a été passé au Dyson, d’habitude il était nettoyé avec mon aspirateur Daewoo d’entrée de gamme, et vu la couleur de ce que le Dyson a récupéré, ça ne suffisait pas!!), le Dyson ayant été capable de récupérer bien plus de poussière. Et je n’ai volontairement pas choisi un Dyson avec une brosse spéciale moquette! Regardez plus en détail le contenu des différents bacs après passage (les robots n’ont chacun aspiré qu’environ une moitié de tapis, ils arrivent à quasi égalité, et le Dyson a aspiré tout le tapis pour finir (et il était totalement propre avant de commencer!!) :

Ce qu’on ne voit pas dans la vidéo, c’est que les deux robots n’ont pas de mal à trouver leur base, que le bac de récupération Philips est mieux conçu (moins d’aspérités), mais que celui du Samsung propose une trappe assez pratique pour y placer l’embout d’un aspirateur et le nettoyer vite fait.
Ce qu’on ne voit pas non plus, c’est que si un câble traîne, les robots ne manqueront pas une occasion de s’emmêler dedans.

Dernier point, et non des moindres : ces aspirateurs sont dotés de programmateurs. Pratique, puisque ces merveilles sont conçues pour fonctionner toute seules, autant qu’elles fonctionnent en votre absence. Mais là où les ingénieurs de Samsung et Philips ont fait une énorme boulette, c’est en ne proposant qu’un programmateur horaire. Résultat : vous pouvez programmer une heure d’aspiration, mais pas les jours. Autant dire qu’il est stupide de les faire fonctionner tous les jours de la semaine, surtout le week end… Gros carton rouge aux deux marques pour ne pas avoir pensé à quelque chose d’aussi simple, d’autant que même dans leurs modes d’emploi, ils préconisent de se servir des robots de 2 à 3 fois par semaine, ni plus, ni moins.

Conclusion

On peut le voir dans la vidéo, le HomeRun de Philips est le robot qui se déplace le plus intelligemment, et c’est celui qui offre les meilleurs résultats de nettoyage. C’est donc le gagnant de ce comparatif. Mais le Samsung Navibot ne démérite pas : il sait franchir des obstacles un peu plus hauts dans son mode normal (le Philips doit être utilisé en mode « climb » pour franchir les mêmes obstacles), et est surtout proposé pour beaucoup moins cher. En résumé, le Philips est vraiment mieux, mais il coûte vraiment plus cher. Dans les deux cas, vous avez un robot nettoyeur qui sait se repérer dans vos pièces pour nettoyer de façon optimale, l’autonomie est suffisante pour un appartement de taille moyenne, les robots retrouvent toujours leur base pour se charger, et ils s’emmêleront toujours dans vos câbles qui traînent! Gros coup de gueule général : le programmateur des deux robots n’est prévu que pour régler l’heure de nettoyage quotidien, aucun calendrier n’est prévu pour spécifier les jours de nettoyage. C’est vraiment dommage, ça aurait coûté moins d’un Euro à programmer, et rendu le programmateur vraiment utile (tous les jours, c’est trop, et le week end, on préfère s’en passer quand on est présent). Et vu le test comparatif Dyson vs robots, on ne peut que constater que le résultat des robots sur tapis et moquette est encore trop superficiel pour qu’on puisse vraiment les conseiller si vous disposez de beaucoup de surfaces de ce type (merci à Dyson pour le prêt du DC32, qui m’a permis de découvrir tout ce que mon tapis avait accumulé pendant des années!).

Les + HomeRun :
+ Le plus efficace, car il fait des passes de 1/2x sa largeur
+ Algorithme de déplacement bluffant
+ Suit tous les contours de près
+ Coque souple pour éviter les marques sur les meubles

Les – HomeRun :
– Prix
– il ne franchit pas les tapis de plus de 1cm d’épaisseur en mode normal (ça passe comme le Navibot en mode Climb)
– Le transformateur est externe à la base, ça aurait été tellement plus pratique de l’intégrer
– Programmateur : on ne règle que l’heure de nettoyage, pas les jours
– Télécommande un peu cheap, portée infrarouge assez limite

Les + Navibot :
+ Esthétique de robot futuriste
+ Télécommande belle et ergonomique
+ Station de recharge bien construite (transformateur intégré, support télécommande)
+ Franchit la plupart des obstacles sans problème
+ Trappe de vidage rapide par aspirateur du bac à poussière
+ Deux murs infrarouges fournis
+ Brosses de rechange fournies
+ Prix contenu au regard de toute la technologie embarquée

Les – Navibot :
– Comme tous les robots aspirateurs, il n’aspire pas, c’est un balais mécanique
– S’arrête à 10cm des murs et autres obstacles : bien pour sauver vos meubles, nul pour nettoyer
– Ne passe qu’une seule fois sur chaque endroit : nettoyage imparfait
– Coque en plastique dur : on préfère les versions avec des parechocs caoutchouc, même si c’est plus psychologique qu’autre chose
– La coque brillante est un vrai attrape poussière
– Programmateur : on ne règle que l’heure de nettoyage, pas les jours

La découverte : Dyson DC32
Rien à voir avec les robots, mais cet aspirateur est dingue : il est très gros, il fait du bruit (mais moins que mon Daewoo), mais est rudement efficace, robuste et bien pensé (et ce que dit monsieur Dyson dans ses pubs est confirmé : il ne perd pas d’aspiration, même en lui faisant avaler n’importe quoi). Il fera le complément parfait d’un robot en aspirant tout ce que les robots n’arrivent pas à aspirer (et si chez vous il n’y a que de la moquette, oubliez cette génération de robots et prenez directement un Dyson).

[adfever type= »product » value= »11986750″]
[adfever type= »product » value= »12517172″]