Sélectionner une page


Malgré tout ce que les constructeurs de TV, caméras, et éditeurs de films (ce sont souvent les mêmes…) veulent nous faire croire, il semble que la 3D ne soit pas la grosse technologie incontournable de demain, en tout cas dans son format actuel. Je prédisais le manque de succès de la 3D pour 2010 voire 2011 dans mon article sur l’IFA de l’année dernière, et bien visiblement les statistiques semblent annoncer pire : la 3D ne serait pas une niche, mais une mode éphémère…
Avant d’analyser le marché (beaucoup trop émergent pour en tirer une quelconque conclusion), The Wrap s’est penché sur la fréquentation des salles 3D aux Etats Unis. L’idée est simple, c’est de comparer les entrées pour un même film dans ses versions 2D et 3D. Alors qu’Avatar, une vraie démonstration technologique, a établi un record à 71% d’entrées dans des salles 3D (alors même que ce type de salles était peu répandu), ce score ne cesse de baisser (alors même que les salles compatibles 3D sont plus nombreuses). On atteint actuellement 60% de 3D pour Toy Story 3, autre blockbuster pensé en 3D, mais encore moins pour des films moins tournés « démonstration technologique ». Le pire est le plus récent : « Moi, moche et méchant » n’atteint plus que 45% de part de marché en 3D.

En résumé, la technologie ne prend pas : il semble que les spectateurs qui ont déjà pu tester la 3D préfèrent ensuite aller voir un film en 2D que de payer plus pour sa version 3D (car toutes les salles font payer l’option lunettes). Vu sous cet éclairage le constat est clair : pour le commun du spectateur américain, la 3D est un gadget.
Il faut maintenant suivre de près cette tendance, parce que si elle se confirme, il y a peu de chances qu’Hollywood continue d’investir dans ce format. Et si c’est le cas, cela voudrait dire plus de contenu pour nos chères TV 3D… Qui dit plus de contenu dit abandon de la technologie.

D’un autre côté, des pointures comme Roger Ebert (avec un plaidoyer pour la 2D dans NewsWeek), ou, pire, Christopher « Batman/Inception » Nolan (avec la décision de shooter le prochain Batman entièrement en IMAX non-3D) militent pour l’abandon de cette technologie au cinéma, ce qui n’aide vraiment pas à faire prendre la sauce marketing des constructeurs…

Enfin, on peut constater que les studios, pressés d’exploiter la poule aux œufs d’or que devait être la 3D, se sont empressés de convertir des films tournés en 2D pour pouvoir leur ajouter le suffixe « 3D » et faire payer à chaque spectateur 3 à 5€ supplémentaires (c’est le cas de versions 3D du Choc des Titans ou d’Alice au Pays des Merveilles). Ajoutez à cela le fait que les majors croient qu’une daube se vend mieux en 3D, et le logo « 3D » devient carrément un label « Mauvais film ». Du coup, pas la peine de s’étonner du succès mitigé de la technologie… (Sans compter qu’on a vraiment l’air bête avec ces lunettes, même si on est une star internationale…)

Alors, la 3D « à lunettes » va-t-elle se cantonner à rester une technologie bien sympathique pour les jeux vidéos?