Sélectionner une page

test nokia n900
diisign.com se spécialise dans les tests de mobiles « après tout le monde » (surtout avec Nokia)… Et à ce titre, j’ai eu l’occasion d’utiliser le N900 pendant deux semaines, un téléphone étonnant… Etonnant d’abord parce que, comme sa référence l’indique, il ne remplace pas un autre téléphone, mais une tablette internet, la N810. Autre spécificité : contrairement à tous les autres Nokia, il ne tourne pas sous Symbian, mais sous un OS Linux nommé Maemo. Avantage du test sur la fin du lancement : il a été effectué avec une version très récente de l’OS, la 2.2009.51-1

Design

Ce mobile est élégant, épuré, bien fini, un peu (trop?) lourd : ça sent la qualité de fabrication Nokia. Le clavier est un modèle du genre, ses touches rétroéclairées, bombées au toucher doux ne font que confirmer l’excellente impression que ce mobile donne… Il y a même des petits détails design bien pensés comme le pied rétractable intégré, histoire de le faire tenir incliné sur votre bureau ou la tablette de votre avion.
Côté emballage, c’est comme d’habitude chez Nokia très bien fourni : le mobile et sa batterie, un chargeur mini USB (le nouveau standard), un adaptateur ancien connecteur Nokia vers mini USB (pratique si vous êtes client historique Nokia, ça vous fera un second chargeur), un câble de connexion audio/vidéo pour la TV, des écouteurs intra auriculaires pas trop mauvais, et un chiffon pour nettoyer votre mobile (qui sera plein de traces de doigt 90% du temps). Il ne manque qu’une housse de protection, dommage.
Test Nokia N900 clavier rétroéclairé
Mais le N900 n’est clairement pas exempt de défauts : d’abord ce mobile est vraiment trop épais. Comme vous pouvez le voir sur nos photos, le corps du mobile est déjà plus épais qu’un iPhone 3G(S), sans compter la partie écran : au total il fait quasiment 2cm d’épaisseur, ce qui, avec sa surface équivalente à celle d’un iPhone, est bien trop. Le Motorola Milestone nous prouve qu’il est possible de créer un mobile avec clavier et grand écran tactile sans être trop épais. Si Nokia veut stopper la baisse de ses parts de marché, il va falloir qu’ils sachent faire des mobiles plus fins, et vite!
Test Nokia N900 contre iPhone 3G
Autre (énorme) souci : ce N900 est encore (et espérons pour la dernière fois dans le haut de gamme du constructeur finlandais) doté d’un écran résistif! Gros point noir à l’heure où tout le monde passe au capacitif, puisque le résistif ne présente pour seul avantage que d’être utilisable avec des gants épais (vu les températures ce n’est pas si mal, mais passé l’hiver…) ou un stylet plastique, alors qu’au quotidien il est handicapé par la nécessité d’utiliser une surface en plastique un peu souple (donc sensible aux rayures), et par le fait de devoir appuyer beaucoup plus fort que sur un écran capacitif pour s’en servir.
En résumé : le N900 aurait pu être un symbole de modernité et d’élégance, mais il échoue sur le podium à cause de deux gros handicaps.
Test Nokia N900 comparatif iPhone 3G
On est un peu dur sur le design, mais côté interface, il faut avouer que Nokia a vraiment eu une bonne idée en choisissant de faire tourner ce mobile avec Maemo… D’accord, ça ajoute un nouvel sur le marché déjà bien encombré des smartphones, mais il faut avouer que cette plateforme a du potentiel.
Tout est neuf dans l’interface, à part les logos des applications, qui sont hérités de Symbian : mauvais choix, on ne veut plus voir ces horribles icônes! Pour vous familiariser, un très court tutoriel vidéo est disponible dès le premier lancement, histoire de vous montrer quelles sont les zones où cliquer pour faire apparaitre les menus, et le fait que cliquer à côté des icônes permet de revenir au menu précédent. Ça parait peut-être compliqué quand je l’explique, mais c’est vraiment évident une fois qu’on y a goûté!
Test Nokia N900
Autre point positif : l’écran d’accueil, constitué de quatre pages (on aurait aimé pouvoir en mettre plus), est très moderne dans son principe : on place des raccourcis et des widgets n’importe où sur l’écran, histoire de se sentir bien chez soi. Le scrolling entre les différentes pages de menus est très fluide (comme toute l’interface), et doté d’un petit effet de défilement 3D comme sous Android. C’est vraiment bien fait.
Beaucoup de petits détails constituent une expérience utilisateur vraiment agréable, comme le fait de cliquer sur la barre d’information pour avoir accès directement à l’activation du wifi, du bluetooth, au volume et au changement de profil du téléphone. En général, quand un menu apparaît (avec toujours de petites animations bien faites), le reste de l’écran devient flou, un autre effet graphique moderne et assez utile.
Mais la cerise sur le gâteau, c’est que Maemo est un vrai système d’exploitation multitâches, on peut donc lancer en même temps son player mp3, l’application de localisation et son browser web, ce qui est vraiment agréable au quotidien.
test Nokia N900
En résumé, Maemo, c’est la bonne nouvelle de ce mobile, au point de donner envie de le voir dans toute la gamme Nokia. A côté de ça, iPhone OS 3.1 paraît un peu vieillot. A ce sujet, les applications disponibles sous Maemo ne sont pas hyper nombreuses, mais on trouve quelques ersatz assez bien faits des grands succès de iPhone OS. Et puisque le kit de développement est libre, Maemo semble être une plateforme d’avenir pour les geeks… A suivre.
Test Nokia N900
Seul bémol de l’interface (qui sera corrigé prochainement via une mise à jour du firmware, si l’on en croit les rumeurs) : le mobile étant conçu à la base comme une tablette internet, pas possible de l’utiliser en mode portrait pour autre chose que pour téléphoner. Dommage, puisque le mode paysage est difficilement utilisable à une main.
Test Nokia N900 multitâches

Téléphonie, messagerie, internet
Côté téléphonie, ce Nokia est… Un Nokia : pas de souci, le son est bon, la réception est ce qui se fait de mieux sur le marché (aussi bien pour accrocher la 3G que pour se connecter à un réseau wifi, il n’y a pas mieux). Nokia prouve encore une fois son savoir faire.
L’application email est elle aussi très agréable à utiliser, détail bien pensé : elle affiche une notification avec l’objet du message à chaque nouvel mail reçu, sans avoir à l’ouvrir.
Enfin en ce qui concerne l’internet, on a sur le N900 un navigateur très rapide, qui supporte Flash (mais c’est vraiment ultra lent…), et on profite vraiment du clavier au quotidien, et du sublime écran 800*480. Tout serait idéal si on n’était pas encore une fois handicapé par ce satané écran résistif qui ne permet pas de faire du multitouch… Pour zoomer, le mieux est d’utiliser les touches de volume (Nokia a pensé à un geste de rotation du doigt pas vraiment aussi efficace qu’un pincement en multitouch…)
Test Nokia N900

Test Nokia N900


Multimédia

Côté musique, un lecteur bien fait, fluide. En bonus, le N900 dispose d’un émetteur FM, histoire de lire votre musique sans fil sur votre autoradio. Côté vidéo le lecteur est tout aussi bien fait, et la qualité d’enregistrement est excellente. Côté photo, le capteur 5Mpix fait du bon travail, aidé par une optique Carl Zeiss, un autofocus (qui aurait gagné à être un peu plus rapide) et un flash tout simplement aveuglant (les photos au flash sont bien exposés, mais vous n’aurez presque jamais de portrait les yeux grands ouverts avec une telle puissance de feu!) Cerise sur le gâteau : l’appareil photo est au format 3:2, soit le « vrai » format photo, c’est le premier mobile que je teste à ce format, et c’est vraiment agréable!
DSC_9727

Conclusion
En conclusion, on peut dire que le N900 est vraiment un superbe remplaçant du N810… En tant que tablette internet, il s’en sort très bien. Son appareil photo/vidéo est l’un des meilleurs que j’ai pu tester dans un mobile, ses possibilités en lecture multimédia sont complète, et son interface vraiment bien faite. Mais en tant que téléphone, le N900 est un peu gros et sa prise en main est handicapée par l’écran résistif, malgré une réception exemplaire.
Alors qu’en conclure? Et bien si le résistif n’est pas un handicap pour vous, que vous voulez une machine qui fait un peu tout de façon correcte sans vous soucier de sa taille, le N900 est un bon compromis. Quelques millimètres de moins et un écran résistif (ainsi que la possibilité de le passer en mode portrait, qui devrait arriver plus tard), auraient pu lui offrir la palme du meilleur smartphone, mais hélas ces deux défauts sont un peu rédhibitoires au quotidien. Notez que là où Apple fait des téléphones minimalistes auxquels il faut adjoindre un nombre conséquent d’accessoires, le Nokia a tout intégré/fourni, ou presque : une philosophie agréable.
Test Nokia N900

+Taille et définition de l’écran : 800*480
+Clavier physique
+Finition excellente
+APN 5mpix de très bonne qualité (le seul mobile en format 3:2 à ma connaissance)
+Vidéo très correcte, en 848*480
+Player multimédia?
+Interface moderne, rapide et belle
+32Go, extensible par Micro SD
+Emetteur FM intégré
+Application GPS complète offerte (pas encore au moment du test, mais ça arrive…)

-Ecran résistif non multitouch (espérons que ce soit le dernier chez Nokia, c’est un gros handicap)
-Encombrement (épaisseur en particulier)
-Pas de basculement en mode portrait sauf en téléphonie (il paraît qu’un nouveau firmware devrait corriger ça prochainement)
-Le clavier aurait pu occuper plus de hauteur (pour les grands doigts comme les miens)
-Mémoire pas extensible? (mais 32Go de base)
-Autonomie moyenne
-Icônes rétro héritées de Symbian
-Incompatible avec les écouteurs télécommandés conçus pour iPhone 3GS (3 boutons)

[adfever type= »product » value= »10142200″]

Test Nokia N900