Sélectionner une page

Test Nokia 8800 Gold Arte
Avec le test de ce téléphone, j’avais à l’esprit une grande interrogation : quelle est la légitimité de ce type de téléphone dans le marché actuel, clairement pas compétitif sur le plan de la technologie : petit écran, interface datée, vidéos format timbre poste, photos correctes sans plus, la plateforme du 8800 est totalement ringardisée par les iPhone et autres blackberry… Mais l’usage typique de ce type de téléphone n’est pas de servir d’ordinateur high tech, car si on est client du 8800 Gold Arte, c’est qu’on a déjà quelque chose de « sérieux » pour travailler, comme un blackberry, et qu’on veut se faire plaisir avec un objet statutaire pour téléphoner sur sa ligne privée. Petit test de l’engin…

Design
En terme de design, le 8800 Gold Arte accuse le coup : j’étais un grand fan de la série 8000 de Nokia il y a quelques années, mais à force d’évolutions si légères, la série 8800 est maintenant trop passée de mode dans son apparence extérieure. On a bien les matériaux qu’il faut pour le prix : tout le téléphone est en acier plaqué or, avec du cuir blanc pour habiller le clapet et l’arrière, histoire d’éviter les traces de doigt et d’offrir une bonne sensation en utilisation. L’or, c’est à mon goût et, je pense, à celui de beaucoup d’européens, un peu too much pour habiller complètement un téléphone. Si l’objectif est de se faire voir, il est réussi, mais avec une telle finition, c’est tout le côté négatif bling bling qui vient à l’esprit… Mieux vaut acheter ce téléphone si vous travaillez dans les Emirats Arabes Unis, il se fondra mieux dans le décor et correspond plus aux goûts locaux (et en plus normalement vous aurez un salaire permettant de vous l’offrir sans souci). Côté cuir, pourquoi pas, mais je dois avouer que la finition choisie pour le Gold Arte ressemble au final à… Du faux cuir! Pas génial.
Ce qui est vraiment bien sur les 8800, c’est l’aspect robuste : cette gamme de téléphone est lourde, la finition est soignée, l’écran est recouvert d’un verre saphir inrayable, et le clapet a l’air construit comme un tank.
Test Nokia 8800 Gold Arte

J’oubliais : le 8800 Gold Arte est excessivement cher, mais pour ce prix, Nokia fournit à peu près tous les accessoires dont vous pourriez rêver : chargeur, housse en tissu, câble USB : quoi de plus normal… Housse en cuir blanc assortie au mobile : elle fait aussi partie de la dotation de base, c’est déjà plus rare… Vous avez aussi besoin d’un socle de table très lourd et plaqué or, histoire de poser/charger votre téléphone à la verticale? Ca tombe bien pour vous, il est aussi fourni. Pas assez d’or? Nokia vous a déjà ajouté la petite oreillette Bluetooth BH-803 en finition plaqué or. Au final, et c’est à ma connaissance unique sur le marché, tous les accessoires auxquels vous pourriez avoir besoin font partie de la dotation de base. Sympa, mais bon, étant donné le prix de l’ensemble, on le paie largement ce pack.
Test Nokia 8800 Gold Arte

Téléphonie
Côté téléphone, c’est du très bon pour la qualité audio, et c’est je pense un point qui peut faire vendre ce mobile : il offre une très bonne qualité audio en appel. C’est un détail trop oublié sur les derniers téléphones à tout faire, mais ça fait vraiment plaisir quand on l’écoute. Faut-il pour autant dépenser autant pour avoir une aussi bonne qualité audio? Clairement pas, puisque certains téléphones Nokia (et autres) beaucoup plus abordables offrent une qualité audio presque équivalente. Ce qui est bluffant, c’est qu’on dispose d’une qualité audio excellente à l’oreille, mais aussi en mode mains libres, alors que ce téléphone est beaucoup plus compact qu’un 5800 Xpress Music et ses « gros » hauts parleurs prévus pour faire beaucoup de bruit. Du coup le rendu de la sonnerie en profite, par contre l’unique sonnerie originale de ce 8800 n’est pas exceptionnelle.
Hélas, l’interface du téléphone gâche l’expérience, puisque la navigation dans les contacts à coups de croix directionnelle sur un tout petit écran est plus proche de la séquence nostalgie que de ce qu’on pourrait appeler une interface intuitive.
Test Nokia 8800 Gold Arte

Photo, Musique, Multimédia, net…
L’appareil photo offre une qualité d’image vraiment correcte, et protégé par un verre saphir, cette qualité tiendra dans le temps… Mais c’est loin d’un appareil photo compact décent, alors à ce prix, pourquoi ne pas téléphoner avec un Nokia à 30€ et prendre des photos avec un Leica X1??
A part ça, côté fonctions annexes, c’est inintéressant au possible : lecture audio de qualité, d’accord, mais avec une interface des années 90, c’est inutilisable au quotidien. Côté vidéo, c’est pire, puisque la qualité des enregistrements rappelle des souvenirs du passé, avec en plus l’interface assortie qui rappelle les pires cauchemars ergonomiques.
Je préfère ne pas évoquer la navigation sur internet avec ce type de matériel pour ne pas commencer à pleurer…
L’option gadget un tout petit peu utilisable de ce téléphone, c’est l’affichage de l’heure par tapotement sur l’écran (pas d’écran tactile mais un accéléromètre qui capte le tapotement). D’un côté c’est bien pensé, parce qu’un téléphone comme le 8800, c’est un objet qui peut se substituer à une montre de luxe pour le côté statutaire : sortir son 8800 de la poche pour regarder l’heure, ou dévoiler son Omega d’un geste de manche, même combat… Oui, mais finalement non : il faut taper comme un bœuf pour que l’heure s’affiche, un geste pas élégant qui confine définitivement cette fonction au rang de gadget. Achetez-vous une Omega finalement…

Conclusion
En résumé, la série des Nokia 8800 commence à s’essouffler. Il est clair que les ventes de ce type de mobiles restent ultra confidentielles, et que du coup Nokia doit investir un minimum dans le développement de cette gamme, mais là, ça commence à trop se voir. Entre l’écran minuscule et pas très lumineux ou l’interface désuette et pas très réactive, il n’y a pas grand chose pour faire craquer le bourgeois à la recherche d’un téléphone statutaire.
Le problème de Nokia, c’est que la concurrence des téléphones de luxe s’est étoffée récemment, avec le Meridiist de Tag Heuer par exemple, ou le Chairman d’Ulysse Nardin, qui présentent l’avantage statutaire de disposer d’une image de marque « noble », alors que Nokia, c’est des téléphones (en général très bons) à partir de 30€ sans forfait… Mais ces derniers sont beaucoup plus chers et entrent plus en concurrence avec la gamme Vertu, marque d’exception de Nokia. Le 8800 est donc un téléphone pour les riches pas très riches, qui soit ont « besoin » de s’afficher avec un téléphone en or, soit veulent un second téléphone statutaire sans dépenser trop… Une niche de marché ultra restreinte, qui préférera peut-être opter pour une coque de protection en or, ou en cuir Louis Vuitton pour leur iPhone ou Blackberry, quitte à perdre en qualité audio. Le marché de l’oreillette bluetooth de luxe est lui aussi en concurrence frontale : iPhone certes, mais avec une BH-803 (l’oreillette fournie avec le Gold Arte), une TAG Heuer ou une Jawbone plaquée or…

+Qualité audio
+Qualité de fabrication et matériaux solides
+Accessoires fournis couvrant tout ce qu’il est possible de vouloir
+Mécanisme du clapet ultra robuste

-Totalement dépassé technologiquement
-Design vieillissant
-Vrai cuir qui fait faux
-Ecran trop petit, trop peu lumineux
-L’or : totalement bling bling!
-Interface vieillissante et peu ergonomique
-Fonction bonus d’activation de l’heure à l’écran par accéléromètre trop peu sensible
Test Nokia 8800 Gold Arte