Sélectionner une page

float_ecal-tomas-kral1
Les designer’s days, c’était au début du mois… Depuis j’ai profité d’un peu de vacances, d’où le peu d’activité sur diisign.com… Alors voilà l’une des plus belles découvertes de cette édition 2009 des Designer’s Days.
La maison Christofle et l’ECAL (l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne) se sont associés pour que des étudiants de l’école dessinent de nouvelles pièces d’argenterie pour Christofle. Le résultat est tout simplement admirable : les produits sont si intéressants que 3 d’entres eux sont actuellement à l’étude pour une éventuelle édition. On commencera d’abord par eux : Il s’agit du service à café « Float », mon préféré, dessiné par Thomas Kral, un set dont les bases sont arrondies, ce qui permet de placer les différentes pièces en biais sur le plateau assorti, une sorte d’écho artistique aux tasses à espresso Salsa de Bernardaud (que j’adore aussi), maison associée à Christofle, et un service qui « se balance comme un bateau sur l’eau », dixit son créateur. Détail pratique : un méplat permet quand même de poser tous les éléments sur la table.
Christofle Ecal designer's days 2009

Passons au broc à eau « Pinch », signé Henrique Fernandes, simple section de cône pincée dans l’extrémité haute, reflétant la prise en main de l’objet. Ergonomique par définition, sensuel : sublime.
pinch_ecal-henrique-fernandes

Enfin, la dernière pièce qui pourra peut-être se faire éditer est le seau à champagne « Pleat », de Delphine Frey. Là encore c’est la simplicité naturelle et l’observation de l’usage qui prime, puisque la forme est née d’un plissé de papier déformé par le poids d’une bouteille et de ses glaçons. Simple, mais il fallait y penser!
pleat_ecal delphine-frey

Hélas pour lui, le seau à champagne Flake dessiné par Arno Mathies ne pourra être édité, puisque sa très belle forme faite de différentes couches de métal superposées (qui permettent l’isolation thermique) est trop complexe à produire pour la proposer à un prix raisonnable.
flake_ecal arno mathies

J’ai pour ma part vraiment craqué sur ces objets, beaucoup moins sur le dernier, Twin, signé Samuel Arredondo, qui est moins moderne esthétiquement mais constitue une pièce arty intéressante. Son côté inutilisable a eu raison d’une éventuelle industrialisation :
twin_ecal-samuel-arredondo
Saluons enfin la très belle scénographie mise en place par Christofle, puisque étaient mis côte à côte différentes étapes de prototypage, du bloc de mousse au prototype final en argent, en passant par l’étape du prototypage rapide numérique.
Christophle Ecal designer's days 2009