Sélectionner une page

parrot specchio frame martin szekely cadre photo
Dans la série des cadres photos à la con, on a presque tout eu, entre les cadres où les photos sont horribles avec une définition pauvre et des couleurs délavées, les cadres moches avec un écran correct, les écrans qui lisent aussi les vidéos et les mp3… Il nous manque juste la TNT, voire la TNT HD sur écran de 7″, le navigateur internet et le mode console de jeu, et ce produit aura subi à peu près tout ce qui est possible comme dénaturation.
Alors lorsque j’ai découvert le nouveau cadre Parrot (société française, pour ceux qui ne le savaient pas) nommé Specchio by Martin Szekely (merci Fanny et Audrey pour la découverte), je me suis dit « enfin un cadre intelligent ». Ce nouveau membre de l’élégante collection « Parrot by », après le modèle un peu décevant signé Andrée Putman, est pour commencer très beau de part son aspect carré et ultra épuré, avec les seuls (rares) boutons sur la partie arrière, un profil fin… Mais il est aussi très tendance étant donné qu’il dispose d’une façade miroir, un must have pour la saison… Mais vous croyez que ça suffit pour qu’on en parle sur diisign.com? Bah non, c’est parce qu’il est intelligent qu’on en parle.
Pour commencer, il permet d’envoyer ses photos directement et sans fil en bluetooth depuis son téléphone portable. C’est pratique, mais pas encore disponible chez tout le monde hélas. Mais beaucoup plus fort : il se connecte à votre réseau wifi pour afficher automatiquement les photos d’un album flickr bien défini : et ça, c’est une superbe idée, totalement dans la tendance du social networking. Alors que je ne voyais pour le moment qu’un intérêt réduit à ces cadres, j’y vois enfin un vrai bénéfice : c’est une bien belle manière de communiquer avec ses proches. Ses amis oui, mais surtout sa famille qui ne dispose pas de connaissances aussi pointues en informatique que vous, et à qui vous n’aurez jamais pensé à envoyer un mail avec vos dernières photos. Là, si mamie est loin, il suffit de poser ce cadre élégant et discret chez elle, de le paramétrer sur votre petit compte Flickr, et ainsi elle découvrira sans rien faire les dernières photos que vous lui enverrez. C’est un vrai objet intelligent qui démocratise la communication d’une façon simple, comme le Nabaztag dans un autre genre. (bon, ok, mon image est un peu idyllique : pourquoi mamie aurait une connexion internet wifi si elle n’y connait rien?? Mais l’idée y est.) Il est aussi compatible email, et, plus étonnant, il dispose de la technologie NFC (norme d’identification très courte portée, qui permet d’appairer votre téléphone bluetooth directement avec le cadre juste en les rapprochant, sans aucun menu ou code compliqué), disponible sur… Aucun mobile pour le moment! C’est ce qui s’appelle être futureproof!
Enfin, autre trouvaille vraiment astucieuse et dans l’air du temps (outre son unique pied tout bête qui sert en même temps de passage de câble, mais c’est le genre d’astuce qu’on est en droit d’attendre d’un cadre de designer) : un capteur de luminosité ambiante détecte qu’il fait noir dans votre pièce, et met automatiquement le cadre en veille au bout de quelques secondes. Vous éviterez d’avoir à penser à l’éteindre le soir, ça vous fera économiser un peu d’énergie, et ça peut même servir à vous simplifier la vie lorsque vous faites la pénombre dans le salon et allumez le home cinema.
Bon, tout cela serait parfait, ça en ferait le cadre blockbuster de Noël s’il n’avait pas un gros défaut : il coûte quand même 350€ (second tout petit défaut, le cache de la trappe à carte SD me paraît un peu fragile, très fin et un peu cheap). Cher pour un petit cadre photo, d’à peine plus de 6″ et 200Mo, mais bon, si je vous disais qu’il est dispo en avant première en exclusivité chez Colette, vous comprendrez que la marque a vraiment envie de monter en gamme…
parrot specchio frame martin szekely cadre photo

parrot specchio frame martin szekely cadre photo

parrot specchio frame martin szekely cadre photo