Sélectionner une page


Ca faisait un moment que je voulais mettre la main sur cette montre connectée : petite, élégante, discrète… Sur le papier elle cochait les bonnes cases pour donner envie de la porter, face à des montres souvent trop larges et assez vulgaires. Alors voyons voir si elle est aussi pratique qu’elle est mignonne.

Design
Comme je l’ai dit en introduction, la Fitbit Versa est petite (40x38x11mm), assez élégante et discrète avec une taille très affinée et de nouveaux bracelets textiles réussis, très tendance et ne faisant pas du tout copie des bracelets nylon ou sport d’Apple.

Ce dont je ne me rendais pas compte sur les dossiers de presse, c’était que ses jolies reflets métalliques n’étaient pas dûs à un boîtier en aluminium ou autre métal, mais à un boîtier plastique au colori métal. Et ça, ça change beaucoup de choses dans la perception de la montre : on reste dans la montre sport/gadget plutôt que dans l’univers de la montre horlogère. C’est dommage. Le « verre » est du même acabit : un simple morceau de plastique. Pour moi c’est insuffisant pour donner envie de remplacer une montre classique par une Versa au quotidien. Seul avantage de cette finition tout plastique : la Versa est extrêmement légère avec ses 36 grammes, ce qui est un plus pour l’utiliser lors d’un entraînement sportif, ou tout simplement pour ceux qui ne portaient pas de montre avant les modèles connectés.
En terme de design, un autre choix discutable : l’écran décentré vers le haut pour laisser place à un marquage « fitbit » en façade, qui reste discret mais clairement superflu.
On peut comparer en terme de rendu la Fitbit Versa avec une Apple Watch series 3, mais avec un rapport taille d’écran sur taille du cadran complet encore plus désavantageux.
Pour le reste, on salue le fait que le boîtier ne mesure que 11mm d’épaisseur (au point le plus épais, la montre étant bombée, elle ne dépasse pas le centimètre visuellement) alors qu’un capteur cardiaque est intégré et que la montre ne manque pas d’autonomie, comme on va le voir.

Performances
Pour commencer, un point sur l’ergonomie : un geste du haut vers le bas sur l’écran affiche les notifications, un geste du bas vers le haut et c’est les données santé qui s’affichent : nombre de pas, kilomètres parcourus, étages gravis, heures actives ou encore rythme cardiaque actuel ou moyen, ainsi que le niveau de batterie (je l’ai cherché un moment celui-là, il n’est pas dans les paramètres). Un geste de droite à gauche affiche les applications, par pages de 4 avec la possibilité de les réordonner via un appui long, comme sur un iPhone. Le bouton de gauche vous permet de revenir en arrière pour quitter les applications et les menus.
A droite, le bouton supérieur permet de sélectionner et lancer une activité sportive, et le bouton inférieur permet de régler un réveil. Gros manque : impossible d’assigner une autre fonction à ces boutons, comme une application spécifique par exemple, c’est dommage.
Test montre connectée Fitbit versa
Autre regret : l’écran ne peut pas afficher l’heure en permanence (comme certaines montres Wear OS ou autres le permettent), il reste éteint et doit s’allumer d’un geste du poignet. Sauf que souvent, votre geste du poignet ne sera pas détecté, et qu’un tap sur l’écran ne marche pas non plus à tous les coups… C’est un peu moins bien géré que sur l’Apple Watch, qui est déjà frustrante.

Les cadrans disponibles (uniquement via l’application sur téléphone : il est hélas impossible de procéder à un changement de cadran directement depuis la montre) sont variés, et des versions de développeurs tiers sont disponibles. Vous devriez trouver un cadran qui vous plaît, mais tout n’est pas parfait : alors que sur une Apple Watch les cadrans sont limités, vous pouvez jouer avec le principe des complications pour afficher ce que vous voulez en plus de l’heure (date, nombre de pas, de calories ou pulsations cardiaques pour ne prendre que les fonctions les plus simples disponibles sur la Versa), ici une fois que vous aurez choisi un cadran, vous serez limité à ce que son concepteur a choisi comme affichage. Au mieux, vous pouvez faire cycler les informations de pas, calories et rythme cardiaque sur certains cadrans.
Test montre connectée Fitbit versa
Au niveau notifications, sur un iPhone vous serez limité à la consultation, assez lisible, de vos SMS et autres messages, alors que la possibilité d’envoyer des réponses préenregistrée est offerte sur Android. Mais ça ne change pas vraiment la donne face à une montre plus simple comme une Steel HR de Withings, parce que les réponses préenregistrées sont trop souvent insuffisantes et au final vous devrez sortir votre téléphone.

Là où la Versa excelle, c’est sur son autonomie : annoncée à 4 jours, j’étais plutôt à 5 voire 6 jours d’autonomie. Une montre connectée qui ne doit pas se recharger tous les soirs, c’est pour moi un vrai plus, et cette autonomie de presque une semaine est franchement pratique sur la Versa, mais on en voudrait encore plus, histoire de pouvoir partir en vacances sans chargeur, comme avec les Steel HR de Withings.

Applications : un catalogue limité avec des déceptions.
Le problème quand on ne s’appelle pas Google ou Apple et qu’on lance une montre connectée avec écran, c’est que les développeurs ne se battent pas pour sortir des applications sur votre plateforme. C’est le principal inconvénient de cette Fitbit : elle a un écran, mais il faut pouvoir l’utiliser. Alors quelques applications tierces font du bon boulot, comme l’application Hue (je me demande s’il existe une plateforme sans application Philips Hue…)
Hélas, les déceptions sont nombreuses : il existe une application Deezer, mais elle ne permet pas d’écouter de la musique en streaming, seulement de récupérer des morceaux en local sur la montre. Le pire que j’ai pu voir vient de l’application Strava : elle existe, vous pensiez donc pouvoir enregistrer une session d’exercice directement dans cette application star? Et bien non, cette app ne sert qu’à afficher vos précédentes sessions d’exercices, sans rien pouvoir enregistrer. Heureusement, l’application Exercices de Fitbit est plutôt correcte, à part qu’elle ne force pas l’allumage de l’écran, ce qui aurait permis de suivre son effort en temps réel sans souci de détection du lever de poignet comme c’est souvent le cas dans des positions sportives.
Petite originalité Fitbit : une application de « suivi de féminine » s’active quand l’utilisateur est une femme. Rien de transcendant par rapport à ce qui existe par ailleurs par contre.

Grand manque pour les amateurs : de façon incompréhensible, il n’existe pas de réveil intelligent sur la Fitbit Versa! Elle sait enregistrer vos phases de sommeil, mais pas vous réveiller en phase de sommeil léger : le réveil ne fonctionne qu’à l’heure que vous aurez précisé.
Test montre connectée Fitbit versa whitings steel HR
Le chargeur est un peu encombrant, mais c’est parce qu’il prend la forme d’une sorte de pince, où la montre ne risque pas de bouger : je n’ai jamais eu de problème de charge avec lui. L’autonomie de la montre permet de partir un long weekend prolongé sans se soucier d’apporter le chargeur, alors on peut pardonner son encombrement.

Conclusion
Un peu trop plastique, un peu trop limitée dans ses fonctions… Ce n’est finalement pas le coup de coeur avec cette versa. Pour le prix de la Versa (à partir de 199€, voire parfois 159€ en promo avec un bracelet plastique), vous avez de quoi vous payer une belle hybride super bien foutue mais un peu petite (la Withings Steel HR, version Sport ou pas) avec un beau bracelet en plus, ou si c’est un écran qu’il vous faut et que vous êtes chez Apple, l’Apple Watch Series 3 (pas la dernière, pas comparable niveau tarif) vous en donnera beaucoup plus à partir de 299€ (en 38mm). Si vous êtes sur Android, les choses sont un peu différentes puisque la concurrence de l’Apple Watch n’existe pas, et que je ne vois pas quelle montre à écran aussi compacte ferait de l’ombre à la Versa pour une cible qui cherche la connectivité et la discrétion (à part encore une fois la Withings Steel HR qui ne joue pas dans la même catégorie). Sous Android, vous gagnerez aussi quelques fonctions comme la réponse aux SMS, mais vous serez toujours vite limité par le catalogue d’applications réduit.
La montre connectée full digital (à l’inverse des hybrides) est encore un produit peu mature, où même les ténors se cherchent. Alors même si Fitbit est sur une bonne voie, la Versa est assez représentative du marché de la montre connectée « full numérique » : elle manque de fonctionnalités qui la rendraient indispensable et elle manque d’élégance pour en faire un bijou.

Les + :
+ Compacte et fine
+ Autonomie record pour une montre full digitale
+ Compatible avec toutes notifications
+ Réponse possible aux SMS (via messages préenregistrés) sur Android
+ Compatible Deezer

Les – :
– Finition plastique
– L’écran ne s’allume pas toujours en levant le poignet
– Faible taille de l’écran par rapport à la façade, avec une base trop épaisse
– Pas de réveil intelligent
– Pas de réponse aux SMS sur iPhone
– Pas de streaming Deezer
– Pas de GPS intégré
– L’application Strava est une blague